Combattre le jaunissement mortel du cocotier (FCRSAI 2e phase)

La maladie du jaunissement continue de menacer les récoltes de noix de coco et les revenus des agriculteurs de Côte d'Ivoire. Le présent projet permettra de formuler des recommandations en matière de recherche et de politiques afin de s'attaquer au problème.

La culture de la noix de coco : un moyen de subsistance essentiel
En Côte d'Ivoire, les cocoteraies occupent environ 50 000 hectares (un hectare pour cinq agriculteurs) et produisent quelque 45 000 tonnes de coprah par année. Le coprah est l'amande desséchée du coco, d'où l'on extrait l'huile de coprah (ou de coco).

La noix de coco est la principale source de revenu des agriculteurs pauvres du littoral. Au cours des 10 dernières années, en Côte d'Ivoire, la maladie du jaunissement mortel a détruit plus de 350 hectares de cocotiers et causé la perte de 12 000 tonnes de coprah par année. Elle a eu des répercussions néfastes sur le revenu des agriculteurs et sur la nutrition des familles des régions côtières, et menace de s'étendre aux cocoteraies du Ghana. Le problème est en train de prendre une envergure mondiale.

Mieux connaître le jaunissement mortel du cocotier
Les chercheurs comptent :
- cartographier l'étendue géographique de la maladie;
- déterminer quels sont les différents vecteurs locaux et les plantes hôtes intermédiaires;
- décrire les souches locales de la maladie et les comparer aux autres souches africaines et à celles des Caraïbes;
- concevoir des stratégies efficaces et pratiques pour la prise en charge de la maladie.

L'équipe formulera des recommandations reposant sur des données probantes afin de guider, aux échelons national et régional, l'élaboration des politiques en matière de replantation, de sélection et de prévention de la maladie.

Le projet vise à renforcer les capacités de recherche locales en ce qui concerne :
- les tests diagnostiques;
- les techniques de dépistage de la maladie, en laboratoire comme sur le terrain;
- la surveillance de la quarantaine.

Des habitants de la région visée apprennent à reconnaître les cultivars résistants ou tolérants, adaptés aux conditions locales, qui conviennent pour les programmes de replantation, de sélection et de certification. L'équipe du projet s'emploie à concevoir et à mettre à l'essai des pratiques fondées sur la science qui permettront aux agriculteurs, hommes et femmes, de prendre en charge la maladie de façon efficace.

La mise en oeuvre du projet est effectuée par un partenariat de recherche public-privé, sous la direction de la Station de recherche Marc Delorme (rattachée au Centre national de recherche agronomique) et de l'Université Nangui Abrogoua, en Côte d'Ivoire, et de Sporometrics, au Canada.

Projet nᵒ

107789

État du projet

Actif

Date de début

Friday, August 1, 2014

Durée

30 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Butare, Innocent

Financement total

CAD$ 2,568,065

Pays

Ghana, Côte d'Ivoire

Chargé(e) de projet

Prof KONAN Konan Jean Louis

Institution

Centre national de recherche agronomique

Site internet

http://www.cnra.ci

Chargé(e) de projet

Yaima Arocha Rosete

Institution

SPOROMETRICS INC.

Site internet

http://www.sporometrics.com

Chargé(e) de projet

Hortense Diallo

Institution

Université Nangui Abrogoua