Chiffrer le travail des femmes - économie sexiste sur le marché et au foyer

Les femmes ont accompli de grands progrès dans les sphères de l'économie et de la politique, mais elles n'ont pas encore rejoint les hommes. Bien que les femmes accomplissent un travail semblable, elles sont habituellement moins bien rémunérées. La scolarité ou l'expérience ne sauraient à elles seules expliquer les écarts salariaux. Les femmes manquent aussi de débouchés, elles ont de la difficulté à obtenir du crédit et elles doivent composer avec des restrictions sociales, voire de la discrimination pure et simple.

Au foyer, les femmes continuent de s'occuper beaucoup plus des enfants et d'effectuer beaucoup plus de tâches ménagères que les hommes. Les décisions familiales et professionnelles s'entremêlent : les femmes acceptent des emplois qui leur permettent de conjuguer leurs engagements familiaux avec un travail rémunéré. Ces emplois sont souvent moins bien rémunérés, à temps partiel ou informels. Ils ont aussi tendance à confiner les femmes dans des situations n'offrant qu'une faible reconnaissance sur le plan économique.

Depuis un certain temps déjà, des universitaires et des militants insistent sur la nécessité de reconnaître la pleine contribution économique des femmes. Le présent projet aborde cette question en intégrant les contributions hors marché des femmes à l'économie de marché. Les équipes de recherche regrouperont par sexe des estimations de la production sur le marché et au foyer afin de produire des indicateurs de l'égalité entre les sexes. Ces indicateurs aideront à élaborer des politiques visant à améliorer le bien-être des femmes. Le projet permettra de mieux comprendre les vies économiques des filles et des femmes. Jusqu'à maintenant, on ne disposait d'aucune démarche globale et systématique pour étudier cette question.

Le projet fait fond sur les investissements antérieurs dans les comptes de transfert nationaux, qui reposent sur les diverses étapes du cycle de vie des hommes et des femmes afin d'offrir de meilleures mesures économiques de la production et de la consommation.

Le Development Policy Research Unit de l'Université du Cap (financé par le CRDI) exécutera le projet de concert avec l'Université de la Californie à Berkeley (grâce au financement de la Fondation Hewlett). Ces équipes collaboreront étroitement avec une dizaine d'équipes nationales en Afrique subsaharienne, en Asie et en Amérique latine ainsi qu'avec d'autres équipes de pays à revenu élevé (qui ne reçoivent aucun financement dans le cadre du présent projet). Les travaux s'échelonneront sur une période de trois années. Plus précisément, les équipes de recherche
- perfectionneront et appliqueront la méthodologie afin d'estimer comment les femmes et les hommes, à chaque étape de leur vie, obtiennent et utilisent des ressources économiques;
- produiront et publieront des indicateurs nationaux sexospécifiques du développement comportant des mesures de l'activité économique, selon l'âge, sur le marché et au foyer;
- communiqueront les résultats aux responsables des politiques, aux médias et directement au public en publiant des notes d'analyse, des communiqués de presse et des renseignements en ligne sur les résultats du projet;
- réuniront les estimations de ce projet et des estimations comparables provenant d'autres pays membres du réseau des comptes de transfert nationaux et utiliseront la base de données transnationale pour mener des recherches sur les sexospécificités et le travail non rémunéré.

On s'attend à ce que le projet permette d'obtenir des estimations cohérentes et qu'il incite les responsables des politiques de chacun des pays à reconnaître la contribution économique des femmes de même que les diverses options en matière de politiques pour accroître leur bien-être.

Projet nᵒ

107451

État du projet

Actif

Date de début

Monday, January 20, 2014

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Rodriguez, Mr. Edgard

Financement total

CAD$ 551,800

Pays

Asie, Amérique latine, Sud du Sahara

Chargé(e) de projet

Morne Oosthuizen

Institution

University of Cape Town

Site internet

http://www.uct.ac.za