Avantages possibles de la téléphonie mobile pour la surveillance épidémiologique au Mali

La charge de morbidité au Mali est l'une des plus lourdes au monde. L'utilisation de téléphones mobiles pour surveiller les flambées de maladies pourrait contribuer à réduire cette charge. La surveillance de la santé publique pour prévenir les maladies et lutter contre elles passe par l'obtention de données fiables en temps opportun. Dans le cas du paludisme, par exemple, un diagnostic rapide est essentiel à l'élimination de la maladie. Cependant, au Mali, où le paludisme est la principale maladie et la principale cause de décès - notamment chez les enfants de moins de cinq ans -, la surveillance se fait encore au moyen d'un système de radio autonome de communication (RAC) qui rend l'extraction de données lente et difficile. Ce projet mettra à l'essai l'extraction et le traitement des données sur les maladies au moyen de téléphones mobiles. Il étudiera comment la téléphonie mobile peut améliorer la surveillance des maladies au Mali par l'accélération de l'extraction des données, et l'amélioration de leur fiabilité et de leur exhaustivité. Il tentera de déterminer l'impact du système mobile sur l'efficacité de la surveillance, et de démontrer qu'il est possible d'utiliser des logiciels libres et du matériel bon marché. On testera la récupération des données chaque jour en ce qui concerne les maladies à déclaration obligatoire et chaque semaine en ce qui concerne le paludisme, dans le cadre d'une étude comparative menée dans le district sanitaire de Kolokani, lequel regroupe 22 centres de santé desservant une population de plus de 200 000 habitants. La moitié des centres du district utilisera la téléphonie mobile et l'autre, l'ancien système RAC. La Direction nationale de la santé (DNS) du Mali, qui collabore à ce projet, compte passer à un système de surveillance par téléphonie mobile. L'équipe de recherche travaillera donc en étroite collaboration avec la section Surveillance épidémiologique des maladies de la DNS. Le directeur de la DNS, un cochercheur, sera responsable de faire valoir les recommandations de politiques auprès des décideurs du ministère de la Santé. La recherche produira des données probantes et des enseignements à l'échelle du district que la DNS compte utiliser pour appliquer le système à l'échelle du pays. Le projet permettra aussi de créer une base de données sur les maladies fiable et à jour pour le district sanitaire de Kolokani, et renforcera les compétences des étudiants et des assistants de recherche dans le domaine des pratiques en santé mobile.

Projet nᵒ

106802

État du projet

Terminé

Date de début

Monday, December 12, 2011

Date butoir

Saturday, January 12, 2013

Durée

13 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Larocque, Renee

Financement total

CAD$ 68,928

Pays

Afrique de l'Ouest

Coresponsable de projet

Abdel Kader Traoré

Coresponsable de projet

Cheik Oumar Bagayoko

Institution

Réseau Informatique Malien d'Information et de Communication Médicale

Site internet

http://www.keneya.net