Amplifier l’impact sexotransformateur de l’inclusion financière des femmes

Au cours des dernières années, les pays en développement ont accompli d’impressionnants progrès pour accroître l’accessibilité des services financiers. La croissance a été stimulée par des innovations du secteur privé qui réduisent le coût de l’intermédiation financière. Cela a été soutenu par les efforts concertés des responsables des politiques et des bailleurs de fonds, qui se fondent sur l’hypothèse que l’inclusion financière stimulera la croissance économique et réduira la pauvreté. Cette hypothèse s’appuie sur un corpus de données probantes indiquant qu’un accès accru au secteur financier formel peut augmenter l’épargne, l’investissement et le revenu. Bien que ces données probantes soient encourageantes, d’importantes lacunes de connaissances subsistent.
Premièrement, les études donnant les résultats les plus généralisables n’indiquent pas quels types de services financiers sont les plus transformateurs. Deuxièmement, il y a un risque que certains services financiers laissent les femmes pour compte. Une récente méta-analyse des programmes d’épargne a montré que les avantages importants sont concentrés chez les hommes et que les efforts visant à reproduire des résultats positifs chez les femmes ne parviennent pas à produire d’avantages à grande échelle. Troisièmement, beaucoup des travaux de recherche sur l’inclusion financière ont porté sur les résultats intermédiaires, tels que l’épargne, plutôt que sur les avantages directs pour les femmes, y compris leur bien-être, leur autonomisation, leur autosuffisance et leur voix.
Ce projet s’inscrit dans une grappe de trois projets évaluant de quelle manière les innovations du secteur financier peuvent avoir un impact sexotransformateur qui ne se limitent pas à aider les femmes à accéder plus facilement à des fonds. En particulier, il vise à étudier l’influence du processus de prise de décisions relatives au ménage et de la dynamique sexospécifique sur l’adoption, l’utilisation et l’impact des innovations financières pour les entrepreneures et les petites exploitantes agricoles. Il tentera de savoir de quelle manière les différents types de produits financiers se répercutent sur le bien-être des femmes, y compris le revenu, la main-d’oeuvre, les buts personnels et le pouvoir décisionnel. En outre, il définira les facteurs habilitants requis pour rendre l’inclusion financière sexotransformatrice.

Projet nᵒ

108801

État du projet

Actif

Durée

24 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Jemimah Njuki

Financement total

CAD$ 498,800

Pays

Kenya

Programme

Emploi et croissance, Agriculture et sécurité alimentaire

Chargé(e) de projet

Simone Schaner

Institution

University of Southern California

Institution Country

United States

Institution Website

http://www.usc.edu