Améliorer la responsabilité des gouvernements locaux au profit des collectivités pauvres et marginalisées de l'Ouganda

Au moyen d'études de cas en Ouganda, ce projet mettra à l'épreuve les approches internationales et gouvernementales dominantes visant l'amélioration de la participation et de la responsabilité des gouvernementaux locaux.

Lutter contre la pauvreté au moyen de la gouvernance
L'Ouganda fait face à plusieurs défis en matière de développement et de bonne gouvernance. Cela est particulièrement vrai dans les zones rurales, où vivent 94 % des personnes affectées par une pauvreté chronique. Des institutions de gouvernance locale plus fortes, de même que la participation et la mobilisation accrues des citoyens constituent des stratégies essentielles pour faire face à la pauvreté dans des pays tels que l'Ouganda. Ces stratégies visent à rapprocher le gouvernement des citoyens afin que les fonctionnaires puissent plus facilement répondre aux demandes des citoyens et leur rendre des comptes. Il en découle des interventions mieux conçues et mieux ciblées dans une gamme de services de base.

Faire entendre sa voix et améliorer la responsabilité
Ces dernières années, la popularité des outils de responsabilité sociale s'est accrue, ces derniers constituant des stratégies informelles et faciles d'accès pour accroître la prise de parole des citoyens et améliorer la responsabilité publique. Ces outils comprennent un vaste éventail de mesures et de mécanismes que les citoyens et les collectivités peuvent employer pour tenir les fonctionnaires responsables, à l'échelle locale et nationale. Voici quelques exemples en Ouganda :
- des cartes de pointage à remplir par les citoyens;
- des campagnes publiques dans les médias;
- des accords sur le rendement pour les principaux responsables de district;
- des chartes de la clientèle;
- des réunions communautaires sur la responsabilité (connues sous le nom de Barazas).

Les résultats ont parfois été mitigés. Les mesures de responsabilité sociale sont souvent caractérisées par une absence de coordination et peuvent être vues comme n'étant qu'une parodie de participation. C'est-à-dire qu'elles stimulent la participation au moyen d'outils techniques qui peuvent être sujets au contrôle politique ou qui peuvent ne pas s'attaquer aux obstacles politiques plus profonds.

Garantir le droit légal de participation
Ce projet vise à étudier l'utilisation des outils de responsabilité sociale en Ouganda dans une perspective juridique. Des chercheurs mettront à contribution les enseignements tirés d'expériences internationales antérieures.

Dans le cadre de ce projet, on considère que les mécanismes redditionnels sociaux n'ont pas atteint leurs objectifs dans la mesure où ils n'ont pas été complètement institutionnalisés ou mis en lien avec les mécanismes redditionnels formels. Le fait de créer des liens plus solides pourrait rendre les mécanismes formels plus à même de répondre aux besoins locaux.

De nombreux objectifs ciblés par les mécanismes redditionnels sociaux existent déjà. Il pourrait être intéressant de les considérer en tant que droits légaux à la participation par l'intermédiaire de la garantie d'une participation des citoyens aux affaires publiques en vertu de la constitution ougandaise.

Méthodologie du projet
L'équipe du projet analysera des études de cas afin de comparer différentes interventions en matière de participation et de responsabilité sociale utilisées par un bailleur de fonds appuyant le développement international, un gouvernement ou des organisations de la société civile. Les études de cas examineront les Barazas et les associations d'utilisateurs d'eau créées en vertu de la Water Act.

Les chercheurs utiliseront les méthodes traditionnelles des sciences sociales ainsi que l'analyse juridique. Leurs outils seront conçus pour saisir les dimensions sexospécifiques, et l'accent sera placé sur les collectivités rurales.

Le projet visera à produire des solutions concrètes pour améliorer la participation et la responsabilité publique à l'échelle du gouvernement local. Il suscitera des enseignements qui contribueront à orienter et à améliorer les approches établies de participation et de responsabilité sociale.

Projet nᵒ

107762

État du projet

Actif

Date de début

Thursday, June 18, 2015

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Di Giovanni, Adrian

Financement total

CAD$ 350,500

Pays

Ouganda

Chargé(e) de projet

Namusobya Salima

Institution

Initiative for Social & Economic Rights

Site internet

http://www.iser-uganda.org/