Adaptation aux changements climatiques grâce à une gestion améliorée des bassins versants dans le bassin du Tensift, au Maroc

Au Maroc, la croissance de la population urbaine exerce des pressions sur les réserves d'eau limitées du pays. L'accroissement de la demande d'eau provenant de l'agriculture, de l'industrie et du tourisme oblige le pays à trouver de nouvelles façons de gérer cette ressource. Ce projet de recherche proposera des orientations stratégiques, fondées sur des données probantes, pour orienter la gestion intégrée des ressources en eau. Le fleuve Tensift, dans le centre du Maroc, prend sa source dans les montagnes de l'Atlas et traverse la plaine du Haouz avant d'aller se jeter dans l'océan Atlantique. Le bassin, une zone montagneuse semi-aride, compte plus de 3 millions d'habitants, dont le tiers habitent dans la ville de Marrakech. Les autres habitants vivent dans de plus petites villes et dans des régions rurales. La demande d'eau augmente pour répondre à la croissance des besoins de la population alors que l'approvisionnement est limité par la sédimentation des barrages et la surexploitation des ressources en eaux souterraines. D'autres problèmes, tels que la dégradation de l'écosystème et les répercussions des changements climatiques, compromettent la qualité et la disponibilité de l'eau, accroissant ainsi le risque de sécheresse et d'inondations dans le bassin versant. Compte tenu de ces pressions, ce projet cherche à éclairer les modifications à apporter à la façon dont on aborde actuellement la gestion intégrée des ressources en eau. On cherche ainsi à renforcer les capacités des populations de s'adapter aux changements environnementaux. L'École nationale forestière d'ingénieurs, établie à Salé, au Maroc, dirigera une équipe de recherche multidisciplinaire. Cette équipe évaluera les problèmes de disponibilité de l'eau et de gestion du bassin versant dans le bassin du Tensift, notamment sur les plans biophysique, écologique, climatique et socio-économique. Elle utilisera des modèles pour estimer les futurs schémas d'utilisation des ressources hydriques afin de déterminer quelles populations sont les plus vulnérables et quels secteurs sont les plus exposés. Forte de cette analyse, l'équipe collaborera avec les parties intéressées pour envisager d'éventuels mécanismes d'adaptation. On pourrait entre autres offrir de payer les services environnementaux pour encourager les collectivités en amont à préserver les importantes fonctions écologiques. Cette approche aidera à sauvegarder l'approvisionnement en eau et à prévenir les risques d'inondations pour les utilisateurs en aval. Ce projet permettra au gouvernement, aux organismes de la société civile locale et aux collectivités de mieux comprendre les facteurs qui influent sur la vulnérabilité socio-économique et biophysique dans le bassin versant. Les chercheurs collaboreront étroitement avec les collectivités, y compris les groupes de femmes, pour cerner les possibilités d'améliorer la gestion du bassin versant. De concert, ils élaboreront un plan stratégique fondé sur leurs constatations et sur les priorités des parties intéressées, qui présentera les priorités d'adaptation dans l'optique d'une gestion intégrée des ressources en eau. L'équipe communiquera aussi ses résultats à l'occasion de conférences nationales et internationales ainsi que dans des revues à comité de lecture.

Projet nᵒ

107644

État du projet

Actif

Date de début

Monday, September 15, 2014

Durée

36 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Braun, Heidi

Financement total

CAD$ 645,951

Pays

Maroc

Chargé(e) de projet

Dr. Abdellatif Khattabi

Institution

Association Marocaine des Sciences Régionales

Site internet

http://www.amsr.ma

Institution

Centre de recherches pour le développement international

Site internet

http://www.idrc.ca

Chargé(e) de projet

Prof. Diane Pruneau

Institution

Université de Moncton

Site internet

http://www.umoncton.ca