Adaptation aux changements climatiques dans les établissements informels : Comprendre et soutenir les initiatives ascendantes

Les personnes vivant dans des établissements urbains informels en Amérique latine et dans les Caraïbes sont très vulnérables aux risques liés à l’eau associés aux changements climatiques. Elles sont également des vecteurs efficaces de mécanismes ascendants et communautaires d’adaptation. Ces mécanismes émanent très souvent des femmes, un groupe particulièrement vulnérable qui joue un rôle essentiel pour développer le tissu social permettant une telle adaptation. Beaucoup de travaux de recherche portent sur les causes de la vulnérabilité, toutefois, pour mieux comprendre et appuyer la capacité à améliorer les stratégies de réduction des risques associés aux catastrophes de ces pratiques, il faut réaliser davantage de recherche empirique et de mise en œuvre et mise à l’essai sur le terrain.

Ce projet vise à créer les conditions favorisant l’adoption de stratégies communautaires d’adaptation, en particulier celles pilotées par des femmes, des institutions formelles dans de petites et moyennes villes d’Amérique latine et des Caraïbes, et l’intégration de ces stratégies dans les politiques publiques. Ses travaux de recherche aideront à comprendre les effets d’initiatives pilotées par des femmes sur la réduction de la vulnérabilité et sur l’accroissement de la résilience dans ces régions et à soutenir les approches ascendantes les plus efficaces.

Ce projet sera réalisé de concert avec l’Université de Montréal. Réunissant des méthodologies d’architecture, d’aménagement urbain et de géographie, le projet permettra d’effectuer des travaux de recherche dans cinq villes parmi les pays suivants : Colombie, Chili, Cuba et Haïti, ainsi que des activités de formation et de mise en application dans trois de ces villes. Un total de 27 micro-projets informels d’adaptation comprendront des stratégies de préservation et d’utilisation de l’eau, d’aménagement d’infrastructure garantissant l’accès à de l’eau propre et potable, de protection des personnes et du milieu bâti contre l’eau et de production de revenus, de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance.

Les personnes vivant dans les établissements informels des trois villes où auront lieu des activités de mise en application devraient tirer des avantages directs de ces projets. Les cinq villes devraient aussi en tirer des avantages indirects. Les agences responsables de l’évaluation des risques et les agences environnementales pourront prendre connaissance des pratiques efficaces et en analyser le potentiel d’extensibilité et de transférabilité à d’autres villes.

Projet nᵒ

108501

État du projet

Actif

Date de début

Thursday, February 2, 2017

Durée

48 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Melanie Robertson

Financement total

CAD$ 1,149,100

Pays

Cuba, Haïti

Chargé(e) de projet

Gonzalo Lizarralde

Chargé(e) de projet

Yolaine Beaulieu

Institution

Université de Montréal

Pays d' institution

Canada

Site internet

http://www.umontreal.ca