Acquisition de terres à grande échelle en Afrique de l'Ouest

Au moment où l'agriculture prend une dimension plus stratégique dans le monde, l'acquisition de terres à grande échelle - phénomène également nommé " acquisition massive de terres " ou " accaparement des terres " - devient une source de préoccupation croissante en Afrique de l'Ouest.

Les hausses récentes des prix des matières premières ont incité certains gouvernements et des investisseurs privés à acquérir ou à louer de grandes étendues de terres à l'étranger afin d'y produire des aliments et des biocarburants. Ces investissements peuvent profiter aux collectivités, notamment par des emplois, l'augmentation des revenus, une hausse de la productivité et une meilleure technologie, mais ils constituent aussi une menace pour les droits fonciers, l'environnement et la sécurité alimentaire.

Certains pays y ont réagi en se dotant de politiques et de lois qui leur assurent un meilleur contrôle de leurs terres arables. Cependant, en Afrique subsaharienne, où s'effectuent la plupart de ces transactions et où vivent des populations particulièrement vulnérables, les gouvernements n'ont pas encore élaboré de stratégies, de politiques ou de lois pour protéger leurs intérêts nationaux.

Ce projet examinera les acquisitions à grande échelle de terres agricoles dans neuf pays d'Afrique de l'Ouest, à savoir le Burkina Faso, la Guinée-Bissau, la Guinée, le Bénin, le Mali, le Togo, le Sénégal, le Niger et la Côte d'Ivoire. Son objectif est de mieux comprendre l'ampleur de ces transactions dans la région, et l'incidence de ces dernières sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. Il mobilisera aussi les collectivités touchées afin d'élaborer un meilleur cadre qui permettra d'orienter les prochaines acquisitions de terres.

Les équipes de chercheurs établiront la liste des ventes de terres dans chaque pays, les situeront sur des cartes et réaliseront des études d'impact dans trois à quatre pays. Les équipes utiliseront les résultats obtenus pour sensibiliser la population aux conséquences de l'acquisition à grande échelle de terres et l'informer là-dessus. Elles participeront aussi à des débats sur l'adoption de directives volontaires pour une gestion responsable des terres et des ressources naturelles.

À la suite de l'étude, le projet établira des comités de veille au sein des collectivités, et leur apprendra à surveiller les transactions, à transmettre et à diffuser l'information, et à élaborer des mesures et des stratégies visant à mieux défendre les droits des collectivités.

Les résultats seront transmis aux organismes de la société civile, au milieu universitaire et aux collectivités concernées. Par ailleurs, les chercheurs publieront les résultats de l'étude et participeront à des ateliers nationaux et internationaux. Enfin, des publications, des documents audiovisuels, des colloques et des ateliers permettront d'informer et de sensibiliser la population.

Projet nᵒ

106638

État du projet

Terminé

Date de début

Sunday, April 1, 2012

Date butoir

Tuesday, March 31, 2015

Durée

34 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Mougeot, Luc

Financement total

CAD$ 356,000

Pays

Afrique

Chargé(e) de projet

Eric Chaurette

Institution

Inter Pares

Site internet

http://www.interpares.ca