Accroître les possibilités économiques pour les femmes et les jeunes en Afrique par la transformation structurelle

Le manque de transformation des structures économiques représente une difficulté de taille pour la croissance soutenue de l’Afrique, ainsi que pour sa capacité de lutter contre le sous­emploi et le chômage chez les jeunes et combler les écarts entre les sexes. La célébration de l’Afrique en croissance — une forte croissance économique et des progrès par rapport à la santé et à l’éducation — est de plus en plus soumise à des questions au sujet de sa durabilité et de son incapacité à faciliter les économies inclusives. Les gouvernements nationaux et les organismes régionaux se rendent compte de l’importance de relever ce défi majeur et cherchent activement des options claires par rapport à la meilleure façon d’y arriver.

Ce projet vise à relever des façons concrètes de réaliser le type de transformation économique qui aide à accroître les moyens de subsistance pour la population croissante de jeunes et les femmes marginalisées. L’objectif est de fournir des options stratégiques pour permettre aux pays de passer de secteurs à faible productivité à des secteurs orientés sur l’exportation à haute productivité et à grande croissance qui peuvent générer des possibilités d’emploi diversifiées. Le projet générera de nouvelles données au sujet des lacunes en matière de compétences, et sur la façon dont ces lacunes limiteront la réalisation d’une croissance inclusive et d’une plus grande participation des femmes et des jeunes à la main­d’oeuvre. Il enrichira également les discussions et les débats au sujet des politiques au­delà des modèles de croissance économique traditionnels par l’exploration du rôle du secteur des services et les répercussions possibles de la soi­disant quatrième révolution industrielle (qui intègre les entrants physiques, numériques et biologiques au processus de production).

Le projet renforcera la capacité des chercheurs africains de diriger les discussions nationales et régionales par rapport à la manière dont les pays — et la région dans son ensemble — peuvent stimuler une croissance économique qui intègre les femmes et les jeunes. La recherche sera effectuée dans quatre pays en Afrique subsaharienne, et comprendra la participation d’équipes nationales. La sélection des pays s’appuiera sur un examen attentif de la diversité géographique, de la disponibilité des données, et de l’adoption éventuelle de politiques. La Development Policy Research Unit (DPRU) de l’Université du Cap exercera un rôle de coordination et de surveillance.

Projet nᵒ

108462

État du projet

Actif

Durée

24 mois

Agent(e) responsable du CRDI

Martha Melesse

Financement total

CAD$ 568,600

Chargé(e) de projet

Haroon Bhorat

Institution

University of Cape Town

Pays d' institution

South Africa

Site internet

http://www.uct.ac.za