Aller au contenu principal

L’éclosion de peste porcine africaine doit galvaniser les efforts de vaccination

30 août 2019

Dominique Charron

Vice-présidente, Programmes et partenariats, CRDI

Il n’existe pas de vaccin contre la peste porcine africaine (PPA). Donc, lorsque les efforts traditionnels d’endiguement échouent, facilitant sa propagation sur de vastes étendues d’Asie, le monde devrait être très préoccupé.

La PPA est endémique depuis longtemps en Afrique subsaharienne et est présente dans certaines régions d’Europe depuis des décennies. Elle est inoffensive pour les humains, mais elle est mortelle et très contagieuse pour les porcs. Elle anéantit des troupeaux entiers tout en menaçant la sécurité alimentaire et en causant des pertes économiques dévastatrices.

Aujourd’hui, la maladie s’est propagée en Asie et en Europe, où les organismes de santé animale luttent pour endiguer ce qui est devenu la plus grande éclosion de maladie animale au monde. Depuis août dernier, plus de 3,6 millions de porcs ont été abattus en Asie dans le seul but de contrôler l’éclosion.

La maladie n’a pas atteint le Canada, mais elle présente une grave menace. Les agriculteurs canadiens se souviennent bien de la détection de plusieurs cas isolés d’encéphalopathie spongiforme bovine, communément appelée « maladie de la vache folle », dans des troupeaux de bovins canadiens entre 2003 et 2005. La maladie a fait cesser temporairement les exportations de boeuf dans plus de 30 pays. Le Réseau canadien de recherche en politiques sur le commerce des produits agricoles estime qu’il a coûté plus de 4 milliards de dollars à l’industrie. La crise régionale de la PPA pourrait devenir une crise mondiale si les efforts d’endiguement échouent et si un vaccin ne peut pas être mis au point à temps.

En réponse à l’éclosion de la PPA, le gouvernement fédéral intensifie ses efforts d’endiguement pour empêcher la maladie d’entrer au pays. Il a en outre investi jusqu’à 31 millions de dollars pour des chiens détecteurs supplémentaires dans les aéroports canadiens. Cela a aidé à détecter les importations illégales de produits de viande qui pourraient être contaminés et qui pourraient mettre les élevages de porcs canadiens à risque. C’est un enjeu de taille. Le Canada occupe le troisième rang parmi les exportateurs de porc, générant plus de 24 milliards de dollars par année pour l’économie canadienne et contribuant à la création de plus de 100 000 emplois directs et indirects. De plus, le Canada a convoqué un forum à Ottawa à la fin avril pour discuter d’une réponse mondiale à la crise de la PPA.

Le Canada joue également un rôle de premier plan dans l’effort essentiel visant à mettre au point un vaccin efficace.

Le Fonds d’innovation en vaccins pour le bétail, appuyé par la Fondation Bill et Melinda Gates, Affaires mondiales Canada et le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) du Canada, investit près de 57 millions de dollars pour accélérer la mise au point, la production et la livraison durable de nouveaux vaccins améliorés contre les maladies animales touchant les petits exploitants agricoles les plus pauvres et les plus vulnérables en Afrique et en Asie. Par exemple, le CRDI soutient deux centres de recherche – le J. Craig Venter Institute des États-Unis et l’Institut international de recherche sur l’élevage au Kenya – en collaboration avec le Friedrich Loeffler Institute en Allemagne, pour mettre au point un vaccin qui pourrait être un outil essentiel afin de freiner la propagation de la PPA et, un jour, l’éradiquer.

Le projet vise à surmonter un obstacle principal qui a rendu difficiles les efforts de mise au point d’un vaccin jusqu’à présent, soit les réponses immunitaires complexes générées par le virus chez les porcs infectés. Des techniques microbiologiques avancées rendent maintenant possibles les manipulations compliquées du virus nécessaires à la mise au point d’un vaccin sûr et efficace.

Heureusement, cet effort allait bon train avant l’apparition de l’éclosion actuelle. Les chercheurs ont fait d’importants progrès en jetant les bases qui leur permettront de manipuler la génétique du virus de la PPA. C’est là une étape clé dans la mise au point d’un virus synthétique qui peut servir de vaccin sûr et efficace.

Au cours de l’éclosion actuelle, il est compréhensible que les pays intensifient les réponses d’endiguement connues, notamment les efforts visant à abattre les troupeaux infectés et vulnérables et à détecter les produits et sous-produits de viande contaminés aux postes frontaliers.

Il s’agit là de mesures importantes pour enrayer la propagation de la PPA, car l’éclosion actuelle a déjà fait flamber les prix du porc jusqu’à 40 % et menacé la sécurité alimentaire dans les pays touchés où le porc est un aliment de base.

En fin de compte, comme pour la plupart des maladies virales animales, la solution la plus rentable à long terme pour lutter contre la PPA est la mise au point d’un vaccin efficace. La réalisation de cette solution est à l’horizon. La crise actuelle nous rappelle que la communauté mondiale ne peut garantir que la PPA et d’autres maladies touchant le bétail comme la peste des petits ruminants et la fièvre de la vallée du Rift resteront confinées dans des zones où elles sont endémiques depuis longtemps. Il se peut qu’elles se propagent lorsque les conditions sont propices.

La responsabilité d’intervenir est mondiale. La collaboration internationale, y compris dans le domaine de la recherche sur les vaccins, est le moyen le plus sûr d’agir face à ces menaces pour obtenir un résultat positif.

Cet article paraît également sur le site de LaPresse et The Producer.

Dominique Charron est vice-présidente, Direction générale des programmes et des partenariats, au Centre de recherches pour le développement international (CRDI). Elle est vétérinaire et est titulaire d’un doctorat en épidémiologie, obtenu de l’Université de Guelph.

Lire plus du même auteur