Aller au contenu principal

Pertes et dommages liés au climat : le CRDI lance un nouveau projet dans les pays vulnérables

 
2 décembre 2022
Alors que le monde accueille favorablement la création d’un fonds mondial pour les pertes et les dommages associés aux changements climatiques dans les pays les plus vulnérables, de nouvelles recherches appuyées par le CRDI aideront à élaborer et à mettre en œuvre des stratégies pour faire face aux pertes et aux dommages.
Au Bangladesh, une femme se tient debout dans l’eau jusqu’à la taille. Une clôture métallique est partiellement submergée derrière elle.
ONU – Femmes Asie et Pacifique
Aklima Khatun a souffert lors des inondations de 2019 à Jamalpur, au Bangladesh, une région qui a de nouveau été durement touchée en 2022.

Ce projet de 1,5 million de dollars canadiens sur trois ans renforcera la capacité des chercheuses et des chercheurs ainsi que des responsables politiques des pays du Sud à réagir aux catastrophes associées aux changements climatiques extrêmes et aux événements climatiques à évolution lente. Il soutient l’élaboration de politiques et de mécanismes de mise en œuvre pour faire face aux pertes irréparables (telles que les terres envahies par la montée des eaux) et aux dommages récupérables (tels que les bâtiments ou les routes endommagés).

Dirigé par l’International Centre for Climate Change and Development (Centre international pour le changement climatique et le développement) en collaboration avec l’Institute for Study and Development Worldwide (l’Institut d’étude et de développement du monde entier), le projet a été lancé en novembre à Charm el-Cheikh, en Égypte, lors de la 27e Conférence des parties (COP27) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. La recherche portera dans un premier temps sur le Bangladesh, le Népal, le Rwanda et le Vanuatu. Six autres pays — Antigua-et-Barbuda, le Burkina Faso, les Maldives, le Mozambique, le Pakistan et le Sénégal — bénéficieront de données secondaires, d’un examen des politiques et de possibilités de formation et d’ateliers sur les politiques sur les pertes et les dommages.

Produire des données probantes locales pour éclairer les négociations mondiales

Parallèlement aux mesures d’atténuation et d’adaptation, les pertes et les dommages sont devenus un pilier essentiel de la lutte contre la crise climatique anthropique. Lors de la COP27, les gouvernements du monde entier ont pris la décision sans précédent de mettre en place de nouvelles modalités de financement et un fonds dédié pour aider les pays en développement à faire face aux pertes et aux dommages. Les gouvernements ont également convenu de mettre en place un comité de transition chargé de formuler des recommandations à la COP28 de l’année prochaine sur la façon de mettre en œuvre à la fois les nouvelles modalités de financement et le fonds.

Dans les pays du Sud, les investissements dans la recherche sur les pertes et les dommages ont été limités, ce qui a entraîné un manque de données probantes pour soutenir l’élaboration de politiques nationales et un manque de clarté sur la façon dont les pays vulnérables peuvent formuler des réponses. Ce nouveau projet appuyé par le CRDI aidera à combler les lacunes en matière de connaissances et de capacités des pays vulnérables afin qu’ils soient mieux équipés pour faire face aux pertes et aux dommages, en utilisant les possibilités de financement nationales et internationales. Les données probantes issues des études de cas locales du projet et de la recherche participative dans les pays du Sud éclaireront et enrichiront également les processus politiques internationaux en matière de pertes et de dommages.

Pour en savoir plus sur le projet