Aller au contenu principal

Mise au point d'un spray nasal pour prévenir l'infection par la COVID-19

22 novembre 2021
En mars 2020, l'Organisation mondiale de la Santé a déclaré l'état de pandémie suite à l'émergence d'un nouveau coronavirus (SRAS-CoV-2) qui provoque la COVID-19, une infection respiratoire potentiellement mortelle. À ce jour, hormis les nouveaux traitements Molnupiravir et Ritonavir, il n'existe aucun agent antiviral administré par voie orale ou nasale pour prévenir ou traiter les infections par le SRAS-CoV2.
A classic illustration of a coronavirus.
World Health Organization

Un médicament antiviral administré sous forme de spray ou de préparation orale que les gens pourraient prendre chez eux pour réduire leurs symptômes et accélérer leur rétablissement pourrait alléger la charge de travail écrasante des hôpitaux et contribuer à endiguer les éclosions dans les pays dont le système de soins de santé est faible. Il renforcerait également l'approche à deux volets pour lutter contre la pandémie, c'est-à-dire le traitement (par le biais de médicaments) et la prévention (principalement par la vaccination). 

Une équipe de chercheurs dirigée par les Drs David Marchant et Frederick West, de l'Université de l'Alberta s'est concentrée sur l'optimisation des têtes de série et la mise au point du prototype d'une préparation pharmaceutique antivirale nasale à large spectre (RespVirex). Ce spray pourrait être utilisé pour protéger les travailleurs de la santé et les patients à haut risque contre le SRAS-CoV2. Les chercheurs ont modifié chimiquement le RespVirex, ce qui le rend idéal pour une production à grande échelle en raison des rendements élevés et de son niveau de pureté supérieur. En outre, des expériences sur des modèles cellulaires et animaux ont permis d'optimiser l'efficacité antivirale du RespVirex dans des modèles de hamster infectés par le SRAS-CoV2, ainsi que son absorption cellulaire et son niveau de distribution dans les voies respiratoires lorsqu'il est pulvérisé et nébulisé en aérosol. 

L'équipe du projet a mis au point des prototypes de spray nasal, de nébuliseur et d'aérosol de poche efficaces, dotés de propriétés pharmacocinétiques ADME (absorption, distribution, métabolisme et excrétion) optimales. En outre, avec la collaboration des Drs Ndongo Dia et Christophe Peyrefitte de l'Institut Pasteur de Dakar (Sénégal), le projet a démontré l'efficacité du RespVirex contre le SRAS-CoV2 ainsi que plusieurs isolats viraux respiratoires et tropicaux d'Afrique, indiquant que le RespVirex peut être potentiellement utile pour combattre d'autres infections respiratoires telles que la grippe et le virus respiratoire syncytial. Les résultats de ce projet ont permis à l'équipe d'être en bonne position pour accomplir les bonnes pratiques de fabrication (BPF) et donc de déposer une demande auprès de Santé Canada pour obtenir l'autorisation de mener un futur essai clinique de phase 1 chez des adultes en bonne santé. Si les essais cliniques s'avèrent concluants, le RespVirex a le potentiel de devenir un composé prometteur et d'être intégré à terme dans l'arsenal contre la COVID-19 et d'autres infections respiratoires. 

Des chercheurs du Canada et du Sénégal ont participé à ce projet. Le projet a été sélectionné pour un financement dans le cadre de la possibilité de financement pour une intervention de recherche rapide contre la COVID-19 (mai 2020), qui a été coordonnée par les Instituts de recherche en santé du Canada en partenariat avec le CRDI et plusieurs autres organismes de financement de la recherche en santé des quatre coins du Canada.