Aller au contenu principal

Les nouveaux projets permettront de stimuler la recherche climatique axée sur les sexospécificités et les mécanismes sociaux.

30 mai 2019
Le CRDI a le plaisir d’annoncer l’octroi d’un fonds de recherche de 4 millions de dollars pour six nouveaux projets destinés à renforcer l’équité sociale dans le cadre des changements climatiques.
Sven Torfinn / Panos Pictures

Pour assurer l’efficacité de mesures de lutte contre les changements climatiques, la recherche doit aller au-delà de l’étude des facteurs de risque biophysiques. Le sexe, l’ethnicité, le statut socioéconomique, l’âge et la capacité physique ont une incidence sur la façon dont les personnes vivent les effets de ces changements. Ces facteurs doivent être pris en considération pour mettre au point des solutions efficaces en matière d’adaptation aux changements climatiques.

Ces projets récemment financés s’appuient sur les efforts antérieurs du CRDI pour le développement à titre de bailleur de fonds, de collaborateur aux recherches sur le climat fondées sur des données probantes, et d’incubateur de solutions novatrices et inclusives en matière d’adaptation aux changements climatiques. La recherche portera essentiellement sur les mesures de haute qualité, axées sur la demande et pertinentes pour les politiques, en mettant l’accent sur les effets des changements climatiques sur les conditions de vie et les moyens de subsistance des femmes et des filles.

En se concentrant sur l’autonomisation des femmes dans les pays les moins développés, où les pressions climatiques et les perturbations environnementales sont particulièrement aiguës, ces projets permettront de contribuer à la mise en oeuvre de l’Accord de Paris et à la réalisation de l’objectif de développement durable no5.

Pour en savoir plus sur ces nouveaux projets de recherche :

Accroître les connaissances et les technologies d’adaptation aux changements climatiques pour autonomiser les femmes et renforcer la résilience

Le Bangladesh est l’un des quatre pays au monde présentant la plus grande vulnérabilité aux changements climatiques. Ce projet permettra de tester et d’appliquer à grande échelle des technologies d’adaptation au changement climatique appropriées au contexte local qui favorisent l’équité sociale et l’équité sexospécifique et renforcent la résilience des collectivités face aux catastrophes.

Planification de la gestion des risques de catastrophes induites par l’eau au Népal

Au Népal, les catastrophes induites par l’eau sont de plus en plus fréquentes et importantes. Même s’il existe des plans de gestion des risques de catastrophes, l’écart entre les politiques et la mise en application subsiste. Ce projet visera à combler ces lacunes, par l’analyse des liens entre les catastrophes induites par l’eau, les changements climatiques et des facteurs comme la sexospécificité et la migration.

Autonomiser les femmes dans le rôle de chefs de file clés dans la promotion de l’adaptation communautaire aux changements climatiques

Le projet vise à participer au développement équitable sur le plan social en favorisant les initiatives communautaires dirigées par des femmes sur l’adaptation aux changements climatiques et à la prévention des risques de catastrophes, notamment par des stratégies pour la préservation et l’utilisation de l’eau, la production de revenus et la sécurité alimentaire. Les résultats contribueront à la mise en oeuvre de la politique sur les changements climatiques du gouvernement de l’État du Delta.

Étudier les migrations liées au climat et les liens entre les conflits pour renforcer la résilience communautaire dans le bassin du Congo

Les effets nocifs des changements climatiques amplifient les vulnérabilités des 120 millions d’habitants du bassin du Congo qui dépendent de l’agriculture pluviale. On pense également que les changements climatiques exacerbent les conflits par une pression accrue sur les ressources. Ces défis interdépendants menacent les moyens de subsistance, accroissent la concurrence, intensifient les divisions et les tensions ethniques et déclenchent des mesures climatiques mal conçues. Le projet comprendra des activités de recherche quantitatives et qualitatives pour l’orientation et l’évaluation de stratégies sexospécifiques d’adaptation au climat et de résolution des conflits.

Stratégies socio-environnementales pour renforcer la résilience des travailleuses migrantes dans le bassin du fleuve Reconquista en Argentine

Ce projet explore la réalité locale à laquelle sont confrontées des milliers de travailleuses migrantes dans les territoires inférieurs du bassin du fleuve Reconquista, une des régions les plus polluées du pays.
La recherche permettra d’analyser dans quelle mesure les changements climatiques déterminent la migration des femmes dans cette région. Elle se penchera également sur la façon dont les facteurs sociaux tels que la classe sociale, l’appartenance ethnique et la sexospécificité interagissent avec les réalités socio-environnementales et climatiques pour déterminer la capacité des femmes migrantes à exercer leur contrôle sur les ressources et les décisions.

Le développement d’une résilience inclusive aux changements climatiques et aux catastrophes au Bénin

L’incidence des catastrophes liées au climat au Bénin devrait augmenter avec les changements climatiques. L’agriculture est le secteur le plus touché et, bien que le pays ait progressé dans l’élaboration de plans et de politiques nationaux d’adaptation aux changements climatiques et de réduction des risques de catastrophe, ceux-ci accordent une attention limitée aux rôles et aux vulnérabilités spécifiques des femmes et d’autres groupes marginalisés. Le projet vise à contribuer au développement inclusif et résilient aux changements climatiques au Bénin par le biais d’une recherche qui cerne, aborde et promeut les besoins spécifiques des femmes et autres groupes marginalisés. Ces contributions prendront la forme de politiques, de plans et de programmes d’adaptation.