Le CRDI pleure la perte de Paul Gérin-Lajoie

27 juin 2018
Paul Gérin-Lajoie

Simon Villeneuve

Le CRDI déplore le décès de Paul Gérin-Lajoie, dont le service à titre de membre du premier Conseil des gouverneurs du CRDI n’a été que l’une des nombreuses contributions importantes de cet homme à la vie publique au Canada et dans les pays en développement.

Paul Gérin-Lajoie est décédé à Montréal le 25 juin 2018 à l’âge de 98 ans.

Il a été le ministre fondateur de l’éducation au Québec dans les années 1960, lorsqu’il a dirigé de vastes réformes du système scolaire au Québec. Les réformes ont porté, entre autres, sur la gratuité de l’enseignement public, la fréquentation scolaire obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, un solide réseau d’enseignement secondaire, des échanges d’étudiants avec la France et une formation renforcée pour les enseignants. Ces principes demeurent la pierre angulaire du système scolaire du Québec.

Après avoir quitté la politique, Paul Gérin-Lajoie a tourné son attention et ses talents vers le développement international. Il a été le président fondateur de l’Agence canadienne de développement international (ACDI) en 1970. Cette même année, il a été nommé au Conseil des gouverneurs du CRDI nouvellement formé. Il a siégé au conseil d’administration du CRDI de 1970 à 1972 et de nouveau de 1973 à 1977.

Ses rôles ont positionné Paul Gérin-Lajoie comme chef de file dans la modernisation de la politique de développement international du Canada. Ils ont contribué à renforcer l’engagement des pays en développement en tant que partenaires égaux et à favoriser la réalisation des programmes de ces pays, plutôt que de les prescrire. Ses contributions au CRDI reflètent sa conviction profonde que la valeur des données probantes, la durabilité et l’habilitation sont des piliers du développement.

Après la fin de son mandat à l’ACDI et au CRDI en 1977, il est devenu président et chef de la direction de la Fondation Paul Gérin-Lajoie, axée sur les programmes scolaires dans les pays en développement. Au milieu des années 2000, le CRDI a appuyé la recherche de la fondation sur les stratégies de développement économique local au Sénégal. Ce n’est qu’un exemple des efforts fructueux de Paul Gérin-Lajoie pour accroître l’engagement du Canada en Afrique de l’Ouest francophone.

Que ce soit en tant qu’architecte du système scolaire moderne du Québec ou de la politique de développement international du Canada, Paul Gérin-Lajoie n’a jamais perdu de vue les personnes concernées dans chaque politique et statistique.

« Ce ne sont pas seulement des statistiques déprimantes - ce sont des êtres humains », a-t-il déclaré devant un auditoire à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en 1975.

L’année suivante, il a prononcé un discours lors de la réunion annuelle d’UNICEF Canada, où il a parlé de l’engagement du Canada auprès des partenaires des pays en développement.

« Pendant longtemps, les pays industrialisés ont eu tendance à considérer l’aide étrangère comme un simple cadeau d’un pays riche à un pays moins fortuné, un cadeau portant les germes de la dépendance entre donateur et bénéficiaire », a-t-il déclaré.

« Cette approche a été transformée : le but du programme d’aide au développement du Canada est de soutenir les efforts déployés par les pays en développement eux-mêmes pour stimuler leur propre croissance économique et l’évolution de leurs systèmes sociaux de manière à répartir les bénéfices du développement le plus largement possible parmi leur population, améliorer la qualité de la vie et permettre à tous les secteurs de leurs populations de participer aux efforts de développement national. »

L’héritage de Paul Gérin-Lajoie se perpétuera grâce au travail des gens et des institutions, comme le CRDI, qu’il a dirigé et inspiré.