Aller au contenu principal

Gagner en sécurité alimentaire en réduisant les pertes d’aliments

3 juin 2021
Le CRDI et le Centre australien pour la recherche agricole internationale lancent un nouveau programme de recherche de 3 millions de dollars canadiens.
Farmers and agriculture in storage shed.
Bartay

Travaillant de concert à l’élaboration de la feuille de route sur l’impact de l’avenir de l’alimentation, le CRDI et le Centre australien pour la recherche agricole internationale (ACIAR) ont identifié la perte de nourriture comme étant un défi majeur dans la gestion des systèmes alimentaires durables. Maintenant, le CRDI et l’ACIAR lancent un nouveau programme de recherche doté de 3 millions de dollars canadiens pour réduire les pertes d’aliments dans les pays en développement.

Environ un tiers de la nourriture produite dans le monde est soit gaspillée, soit perdue. Alors que dans la plupart des pays riches, les aliments sont gaspillés par les consommateurs et les détaillants, les pertes alimentaires dans les pays à faible revenu se produisent principalement pendant la culture, la récolte, la transformation, le stockage et le transport, c’est-à-dire bien avant que les aliments n’atteignent les consommateurs.

« La réduction des pertes d’aliments dans les pays en développement contribuera à combattre la faim, à augmenter les revenus et à améliorer la sécurité alimentaire », a déclaré Jean Lebel, président du CRDI. « En outre, la réduction des pertes alimentaires présente des avantages environnementaux en réduisant le gaspillage de ressources comme les terres, l’eau, l’énergie et les intrants, et en réduisant les émissions de carbone inutiles. »

Le dirigeant de l’ACIAR, Andrew Campbell, a déclaré : « Nous devons réduire les pertes d’aliments si nous voulons améliorer la sécurité alimentaire, combattre la faim et accroître le bien-être humain dans les pays à faible revenu. Si nous parvenons à réduire les pertes alimentaires, il y aura plus de nourriture disponible pour ceux qui en ont besoin. Et cela permet aussi de réduire la pression exercée sur les ressources naturelles servant à produire les aliments. »

Le Programme de recherche sur les pertes alimentaires soutiendra des projets en Afrique et dans la région Asie-Pacifique. Les premières priorités consistent à trouver des moyens de réduire les pertes le long des chaînes de valeur dans le cas des mangues et des tomates au Sri Lanka et au Pakistan, des produits horticoles dans la région du Pacifique, et du poisson-chat au Vietnam et en République démocratique populaire lao. On premier se penchera également sur les pertes alimentaires affectant les communautés urbaines vulnérables en Zambie et au Malawi.

Le programme a été lancé dans le cadre d’un dialogue du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires organisé conjointement par l’ACIAR et le CRDI, et qui a eu le 3 juin 2021. Ce dialogue a réuni des directeurs de recherche du monde entier pour discuter du défi mondial que constitue la perte d’aliments, ainsi que des prévisions en la matière, afin d’identifier des voies innovantes pour résoudre ce problème.

Le Programme de recherche sur les pertes alimentaires n’est que la plus récente collaboration entre l’ACIAR et le CRDI du Canada. Les deux organismes travaillent ensemble depuis 2013 afin de soutenir la recherche agricole internationale pour le développement et d’investir dans ce domaine. « En travaillant de concert, nous avons une portée plus large et un impact plus grand », a déclaré M. Campbell.

M. Lebel a ajouté que le partenariat ACIAR-IDRC soutient aussi le développement des réseaux de recherche internationaux des deux pays, ce qui apporte des avantages au niveau national également.