L’alimentation, les politiques de santé et l’éthique à l’ère des partenariats public-privé

23 janvier 2018
Youth activists, thought leaders, and several 2017 graduates of the University of Cape Town’s Emerging African Leaders Programme met in Nairobi in November

Une nouvelle publication alimente d’une manière unique le dialogue mondial sur les relations de travail entre les décideurs, les chercheurs, les acteurs de la société civile et l’industrie de l’alimentation et des boissons dans le but de prévenir les maladies non transmissibles causées par le régime alimentaire, et montre concrètement aux gouvernements ce qu’ils doivent faire pour éviter les pièges éthiques de ces relations.

Les régimes du monde entier ont connu des bouleversements négatifs au cours des dernières décennies : aujourd’hui, on compte près de deux milliards de personnes obèses ou présentant un surpoids, et les maladies non transmissibles sont la cause principale de 70 % des décès au niveau mondial.

Le fardeau social et économique qui en résulte est particulièrement lourd dans les pays en développement, qui représentent 75 % des décès attribuables aux maladies non transmissibles. Aux prises avec des ressources de plus en plus limitées et des mesures d’austérité, les décideurs et les gouvernements de ces pays se sont mis à collaborer de plus en plus étroitement avec des partenaires de l’industrie de l’alimentation et des boissons, qui sont, dans de nombreux cas, directement responsables de la production et de la commercialisation des produits malsains et ultra-transformés à l’origine de l’épidémie de maladies non transmissibles.

Une nouvelle publication jette une nouvelle lumière sur les mesures que peuvent prendre les décideurs, les chercheurs et les acteurs de la société civile des pays à faible et à moyen revenu qui travaillent avec l’industrie de l’alimentation et des boissons dans le but de prévenir les maladies non transmissibles causées par le régime alimentaire, et montre concrètement aux gouvernements ce qu’ils doivent faire pour éviter les pièges éthiques de ces partenariats.

Produite par le UK Health Forum et financée par l’Institut de la santé publique et des populations des Instituts de recherche en santé du Canada et le CRDI, « What can we learn from collaborations between public health and the food and drinks industry? » vise à informer les décideurs et à renforcer la gouvernance afin d’éviter et d’atténuer les conflits d’intérêts dans divers contextes nationaux.

Le recueil est l’une des premières publications de recherche mondiale à se pencher sur les occasions, la gouvernance commune et les défis éthiques qui découlent de ces interactions. On y révèle toutes sortes d’histoires. On explore notamment les problèmes de gouvernance qu’un ancien ministre de la Santé de Fidji a dû résoudre lors de la mise en oeuvre d’un partenariat public-privé entre le gouvernement et l’industrie de l’alimentation afin d’améliorer l’approvisionnement alimentaire et la santé publique. On cherche aussi à déterminer si les liens entre l’industrie alimentaire et une prestigieuse université chilienne, liens qui vont du financement de bourses à la mise sur pied de programmes conjoints, présentent un risque pour l’indépendance de l’université et sa capacité à apporter une contribution utile à l’élaboration des politiques nationales.

Lisez le recueil au complet pour découvrir d’autres exemples. (PDF en anglais, 2.08 Mo)