Accélérer la mise au point d’un vaccin contre le virus de la peste porcine africaine grâce à la biologie synthétique

12 janvier 2018
Fonds d’innovation en vaccins pour le bétail

deux cochons

Photo : CRDI / Bartay

Le défi

La peste porcine africaine est une maladie hémorragique très contagieuse causée par un virus décimant des troupeaux entiers de porcs infectés. Répandue dans au moins la moitié de l’Afrique subsaharienne, la peste porcine africaine menace la sécurité alimentaire en raison de pertes économiques dévastatrices.

L’élevage porcin est parmi les plus rentables pour les agriculteurs pauvres. Il est bien connu que le porc peut être utilisé pour améliorer la situation économique des agriculteurs ainsi que la sécurité alimentaire, en particulier pour les femmes.

Retombées révolutionnaires possibles du vaccin contre la peste porcine africaine

Actuellement, il n’existe aucun traitement ni vaccin contre la peste porcine africaine. L’absence de matériel génétique utilisable pour étudier le pathogène est un obstacle majeur à la mise au point d’un vaccin. Contrairement à d’autres virus, le virus de la peste porcine déclenche des réponses immunitaires très complexes qui nécessitent une manipulation compliquée du virus avant la conception et la mise au point d’un vaccin.

On estime qu’il y a 34 millions de porcs en Afrique subsaharienne et qu’un vaccin contre la peste porcine africaine pourrait aider jusqu’à 17 millions de petits agriculteurs, particulièrement des femmes. La mise au point d’un vaccin comme moyen de lutte contre cette maladie contribuerait aussi à améliorer la vie des femmes en Afrique subsaharienne.                                       

Utilisation de la biologie synthétique

Le projet s’appuiera sur de récentes percées scientifiques en biologie synthétique pour éliminer les protéines du virus de la peste porcine africaine à l’origine de la maladie.

Les protéines qui assurent la survie du virus et stimulent les réactions immunitaires du porc seront repérées grâce à la bioinformatique, puis recombinées en un vaccin vivant contre le virus de la peste porcine africaine. Le vaccin recombinant aura la capacité de se régénérer et de stimuler une réponse immunitaire sans causer la maladie.

Résultats escomptés

Le projet vise principalement à produire un prototype de vaccin contre la peste porcine africaine au moyen d’une approche de mise au point à la fine pointe de la technologie, à tester le prototype et à produire un nouveau vaccin contre la maladie si celui-ci se révèle efficace.

Institutions principales

Ce projet découle d’une collaboration entre le J. Craig Venter Institute et l’Institut international de recherche sur l’élevage. L’équipe travaillera également avec le Friedrich Loeffler Institute en Allemagne.

  • Durée : 24 mois
  • Budget : 1,1 million CAD