Le CRDI déplore la perte du Dr Mark Wainberg

April 21, 2017

Dr. Mark Wainberg, expert du VIH/sida de premier plan

McGill University

Le milieu de la recherche a perdu, le 11 avril dernier, un, reconnu mondialement, le Dr Mark Wainberg.

Il était reconnu à l’échelle internationale comme faisant partie de l’équipe ayant découvert le premier médicament antiviral pour traiter les patients atteints du VIH et il a aussi été reconnu pour ses contributions dans le domaine de la résistance du VIH aux médicaments, lesquelles contributions ont permis de sauver des millions de vies.

Âgé de 71 ans, M. Wainberg était directeur du Centre sur le sida de l’Université McGill à l’Hôpital général juif et professeur de médecine, de microbiologie et d’immunologie à l’Université McGill à Montréal. Il a été le premier scientifique au Canada à travailler directement sur le VIH, en mettant en place le Centre sur le sida de l’Université McGill en 1984.

Le CRDI se trouve privilégié d’avoir pu collaborer avec le Dr Wainberg à deux reprises sur des projets de l’Initiative de recherche en santé mondiale (IRSM). D’une part, le Dr Wainberg était le chef de projet Renforcement des capacités de réalisation d’essais en matière de prévention du VIH/sida grâce au réseau TanZamBo (de 2010 à 2014), une composante de l’Initiative canadienne de vaccin contre le VIH, une collaboration entre le gouvernement du Canada et la Bill & Melinda Gates Foundation. L’objectif principal de TanZamBo était d’établir une capacité de recherche en prévention du VIH en Tanzanie, en Zambie et au Botswana, et ce, avec le soutien de collaborateurs de McGill et de Harvard. TanZamBo a mis l’accent sur l’« apprentissage par la pratique » afin d’augmenter la capacité des jeunes chercheurs à soutenir les efforts en matière de prévention et de contrôle du VIH/sida. LeDr Wainberg et les membres de son équipe étaient activement engagés dans le mentorat des membres de l’équipe africaine, en fournissant des mises à jour sur les nouvelles questions et les questions sans réponse concernant le traitement, les stratégies de prévention et les questions potentielles de recherche ainsi que sur la direction à prendre pour des recherches novatrices.

Par ailleurs, le Dr Wainberg oeuvrait également à titre de cochercheur du Epidemiology of human papillomavirus (HPV) infection and feasibility of the implementation of an HPV vaccine in Haiti (de 2010 à 2013), qui cherchait à augmenter la couverture vaccinale en Haïti avec la promotion d’une meilleure compréhension des questions liées à la vaccination, à encourager et à soutenir les approches innovantes pour améliorer le taux de vaccination parmi les groupes difficiles à atteindre et pour renforcer la capacité de recherche en Haïti. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le cancer du col de l’utérus causé par le virus du papillome humain (VPH), constitue la moitié des cas de décès liés au cancer chez les Haïtiennes. Ce projet visait à générer la preuve nécessaire à l’établissement de base d’une infrastructure pour un programme de vaccination contre le VPH dans le pays.

Le Dr Wainberg a reçu de nombreuses reconnaissances, notamment, l’Ordre du Canada, l’Ordre national du Québec; il était membre de la Société royale du Canada, a été fait chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur en France, a été le récipiendaire d’un Prix d’excellence de l’Association pour la microbiologie médicale et l’infectiologie Canada pour l’ensemble de ses réalisations, ainsi que du prix Killam, pour la science de la santé en 2012; finalement, il a aussi été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne pour avoir révolutionné la compréhension du VIH/sida sur les plans médical et politique.

On se souviendra de lui comme d’un scientifique visionnaire ainsi que d’un ardent défenseur des traitements concernant le VIH/sida. Il critiquait souvent ouvertement les gouvernements qui, selon lui, pouvaient faire plus pour combattre la maladie et il était déterminé à doter les pays en voie de développement de la médication nécessaire. Le CRDI et le milieu de la recherche tout entier pleurent sa perte, mais les répercussions de ses recherches perdureront dans la vie des millions de gens que ses recherches ont aidés.