Campagne « Mes solutions pour des #villessûres »

19 mai 2017
Karla Salazar

Un groupe de 75 chercheurs et responsables des politiques de 16 pays a passé les cinq dernières années à déterminer ce qu’il fallait pour lutter contre la violence, la pauvreté et l’inégalité dans les villes.

Cette « plongée » au coeur de l’expérience quotidienne de la violence urbaine a permis de prouver le lourd fardeau de violence physique et sexuelle que portent les femmes, de l’exposition très précoce des enfants à la violence et des rôles traditionnels restrictifs dans lesquels les hommes et les femmes sont emprisonnés. Cette recherche a également révélé comment un manque de planification, la corruption et la négligence des gouvernements contribuent à accroître les insécurités et les tensions qui existent déjà dans les communautés démunies.

Les 15 équipes de recherche de l’initiative Villes sûres et inclusives (SAIC) ont aussi exploré des approches pour prévenir la violence dans les centres urbains. Financés par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et le Department for International Development du Royaume-Uni, les chercheurs du programme travaillent dans plus de 40 villes de l’Amérique latine, de l’Asie du Sud et de l’Afrique du Sud du Sahara pour vérifier l’efficacité des théories, des stratégies et des interventions en matière de réduction de la violence en milieu urbain. Ils débordent maintenant d’idées, tout comme les autres chercheurs, praticiens et responsables des politiques de ce domaine de travail.

La conférence Safe and Inclusive Cities Exchange réunira les équipes de recherche de l’initiative SAIC et divers intervenants à Nairobi du 29 au 31 mai 2017 afin d’échanger des idées et des connaissances sur les facteurs de la violence urbaine. Les participants discuteront également des stratégies permettant de favoriser la cohésion sociale et le capital social, la revitalisation et le réaménagement ainsi que la protection des groupes les plus vulnérables. La conférence, organisée en collaboration avec le CRDI par le African Leadership Centre, offrira de nombreuses occasions de participation en ligne, notamment des webinaires.

campagne mes solutions pour des villes sûres

Le CRDI a lancé une campagne sur Facebook et Twitter afin de mettre en valeur les nombreuses solutions trouvées par les chercheurs de l’initiative SAIC ainsi que d’autres efforts visant à lutter contre la violence urbaine. Jusqu’à maintenant, des suggestions comme le contrôle de l’étalement urbain, l’établissement d’une capacité locale et la planification tenant compte des deux sexes ont été présentées dans le cadre de la campagne « Mes solutions pour les #villessûres ».

« Écoutez les gens; ils ont la solution », a écrit Thabitha Khumalo, députée du Zimbabwe. Mme Khumalo a participé à la recherche menée dans le cadre de l’initiative SAIC dans les villes de Harare, de Bulawayo et de Kadoma afin d’évaluer en quoi les lois, les politiques et les pratiques actuelles ne parviennent pas à prendre en compte et même aggravent la violence, la pauvreté et les inégalités auxquelles sont confrontées les citadines au Zimbabwe.

La solution de Karla Salazar pour rendre les villes plus sûres est de « coordonner les efforts des gouvernements et des communautés ». Chercheuse à la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales au Costa Rica, Mme Salazar fait partie de l’équipe qui a exploré les stratégies communautaires visant à contrer et à pallier les diverses manifestations de violence au Costa Rica et au Salvador.