Kenya

Le Kenya est depuis longtemps le centre économique de l’Afrique de l’Est et pourtant, la pauvreté y est toujours répandue. Notre soutien à la recherche dans le pays s’est concentré sur le développement rural, l’agriculture, l’agroforesterie, la santé, l’éducation et l’adaptation aux changements climatiques.

Nous avons également accordé la priorité à la recherche en économie, afin d’approfondir les débats sur les questions économiques et de favoriser la prise de décisions fondées sur des données probantes. Par exemple, nous avons contribué à la création du Consortium pour la recherche économique en Afrique (AERC), établi à Nairobi. Ce consortium, qui est maintenant un organisme public indépendant, a permis de remédier à la pénurie de chercheurs en économie spécialistes des politiques en Afrique subsaharienne. 

Au fil des ans, et grâce à ses programmes, des centaines d’économistes ont obtenu leur diplôme de maîtrise ou de doctorat et constituent maintenant un groupe influent oeuvrant tant au sein des administrations publiques de la région que dans le secteur privé et les universités. Ensemble, ils contribuent à leur économie nationale respective, les mettant en bonne position pour une gestion et une croissance durables. 

La communication au service du développement

Tablant sur l’expérience acquise dans le secteur des technologies numériques, nous avons aidé le gouvernement du Kenya à concevoir une politique dans le but de favoriser le développement économique et social. Le financement accordé à un organisme de réglementation indépendant a contribué à l’élaboration d’une stratégie d’accès universel à des services de télécommunications et à Internet. Dans le Kenya Communications Amendment Bill de 2007, sanctionné en janvier 2009, le gouvernement a tenu compte de certaines des recommandations faites par les chercheurs en ce qui concerne l’accès.

Changement politique

Après l’élection démocratique d’un nouveau gouvernement en 2002, nous avons intensifié notre appui à la recherche au Kenya. Nous avons créé le Programme-cadre d’aide à la transition au Kenya, dont les travaux ont soutenu la vision d’avenir des nouveaux dirigeants relativement à différents aspects du développement. Dans la foulée des flambées de violence qui ont suivi les élections de 2007, l’équipe de la Nairobi Peace Initiative, que nous avons appuyée, a fait part des leçons tirées de ses recherches aux parlementaires du Kenya. Son apport a influé sur la loi visant la création de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation en 2008. 

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1972, le CRDI a financé 454 activités d’une valeur de 89 millions CAD

T.Omondi

Grâce à l’appui du CRDI :

  • l’accès à la justice pour 1,5 million de personnes dans les établissements spontanés de Nairobi est amélioré;
  • les inégalités en matière de santé et la faisabilité d’un service de cybersanté au Kenya sont envisagées;
  • un centre d’excellence pour la prévention du VIH est établi;
  • la vulnérabilité des femmes à la violence sexuelle et sexospécifique, en particulier au viol collectif est réduite;
  • la capacité des agriculteurs à lutter contre les répercussions du changement climatique est renforcée;
  • la capacité de recherche de grande qualité et pertinente pour les politiques du Kenya est restaurée et améliorée.

Projets