Aller au contenu principal

Teresa Comparini a toujours défendu avec passion la vie et la nutrition saines. En 2010, elle a converti sa passion en commerce en ouvrant Terrium, une entreprise chilienne qui vend de délicieux bonbons biologiques et sans sucre. Cette nutritionniste socialement engagée ne s’est pas arrêtée là : elle a fait de Terrium une « entreprise B », ou certifiée « B Corp ».

Certifiées par B Lab, les entreprises B sont des sociétés à but lucratif qui cherchent à résoudre des problèmes sociaux et environnementaux. B Lab est appuyée par Sistema B, un organisme sans but lucratif soutenu par le CRDI qui est à la tête d’un nouveau mouvement d’entreprises B et d’une communauté d’entrepreneurs sociaux en Amérique latine.

Non seulement Terrium produit des produits écologiquement viables, mais l’entreprise est structurée en fonction des besoins des femmes de l’endroit et de leur famille. Teresa a embauché un petit nombre de femmes vivant à proximité du lieu de production afin de réduire les déplacements domicile-travail, et a conçu un modèle d’entreprise qui harmonise les heures de travail et les vacances avec les calendriers scolaires.

Le projet Chiffrer le travail des femmes , financé par le CRDI, a conclu que le temps consacré par les femmes et les filles au travail à la maison et à l’extérieur dépasse en général celui consacré par les hommes et les garçons à ces mêmes activités. Les femmes et les filles s’occupent aussi davantage de leurs grands-parents, parents, enfants et petits-enfants. La souplesse du modèle de Teresa est importante, car elle permet de réduire le fardeau des soins domestiques tout en fournissant aux femmes de bonnes possibilités de travail.

Les entreprises sociales comme celle de Teresa sont en train de transformer notre façon de comprendre les affaires et de répartir les bénéfices.

 Notre approche invite à ouvrir notre esprit, à repousser les frontières du possible et à construire une nouvelle économie, où les débouchés garantissent le bien-être des femmes et de leur famille et ne se réalisent pas aux dépens de la vie. La politique publique se concentre sur la création de possibilités économiques pour les femmes, mais oublie que 40 % des ménages sont des familles monoparentales. Imaginons que la politique publique soutienne la création d’emplois en fonction des besoins réels des femmes et des familles.  - Maria Emilia Correa, directrice de Sistema B

 

crédit: C Communications Teresa Comparini, fondatrice de errium y Biosnack

Le CRDI soutient la recherche sur les modèles d’entreprise inclusifs qui souscrivent à des objectifs sociaux et environnementaux, ainsi qu’économiques.

En collaboration avec Sistema B, le CRDI aide aussi Academia B à élaborer un programme de recherche sur le potentiel de ces entreprises à favoriser le leadership des femmes et à générer des débouchés économiques pour les femmes et les jeunes marginalisés.

Un peu partout dans le monde, les entreprises B ont démontré la viabilité de ce nouveau modèle commercial dans l’économie moderne. La définition du succès a été élargie pour englober la capacité de répondre aux besoins des gens, d’offrir une meilleure qualité de vie et de fournir de bons emplois.

Ce modèle diffère en ce qu’il considère comme un objectif important la nécessité de contribuer au bien-être de la société, outre le rendement financier. Des entreprises B comme Crepes & Waffles, la plus importante chaîne de restaurants en Colombie, proposent des emplois aux mères célibataires; Maravil offre du travail et un revenu aux femmes qui ne peuvent pas s’absenter de leur domicile; et Paloma & Angostura offrent des emplois aux anciennes combattantes de la guérilla en Colombie.

Le modèle d’entreprise B démontre que les sociétés peuvent à la fois faire le bien et obtenir de bons résultats financiers. Comme on le dit au sein du mouvement, il s’agit d’entreprises qui « génèrent la vie ». Il existe aujourd’hui une communauté de plus de 1 600 entreprises certifiées B réparties dans 42 pays, et plus de 120 industries travaillent ensemble pour créer un nouveau système d’entrepreneuriat social.

 

Region

Chile

Chile

Country Profile

Les travaux de recherche que nous avons subventionnés ont permis aux responsables des politiques de mieux comprendre l’économie, les marchés du travail, la prestation des services sociaux et les grands secteurs fondés sur les ressources naturelles (foresterie, pêches et exploitation minière).

Tout au long des années 1970 et 1980, l’appui du CRDI a permis à des chercheurs de demeurer dans le pays et d’y travailler, et ce, même si la dictature militaire avait aboli la recherche en sciences sociales. Chassés des universités et des autres établissements financés par l’État, plusieurs chercheurs ont fondé des organismes de recherche privés dont nous avons subventionné les activités. Par la suite, les travaux de ces organismes et la participation directe de bon nombre de leurs chercheurs à la direction des affaires de l’État ont favorisé le rétablissement des institutions démocratiques.

Développement rural

À la fin des années 1970, nous avons financé le premier programme de recherche de la région sur le développement rural. Vingt ans plus tard, ce programme est devenu le Centre latino-américain pour le développement rural. Établi au Chili, il se penche sur les facteurs qui sous-tendent la réussite ou l’échec des activités de développement menées en milieu rural en Amérique latine.

Une subvention quinquennale a permis au centre de cerner les facteurs qui favorisent la prospérité de la région, la réduction de la pauvreté et la diminution de l’écart entre les riches et les pauvres. Menés en 19 endroits répartis dans dix pays, les travaux ont aidé les responsables des politiques à améliorer les mesures prises pour stimuler le développement rural. Les enseignements qui en ont été tirés ont inspiré le programme de réduction de la pauvreté élaboré par le gouvernement du Mexique en 2014 et la loi sur le développement rural et l’aménagement des terres adoptée par la Colombie en 2013.

Industrie dynamique

De 1980 à 1995, nous avons appuyé des travaux sur les politiques et les pratiques de promotion de l’innovation technologique au Chili. Des chercheurs ont ouvert la voie à l’analyse des tendances du marché du travail par les universités ainsi qu’à l’harmonisation des programmes d’études avec les compétences prisées par l’industrie.

Les chercheurs ont aussi étudié la consommation d’énergie résidentielle, la nécessité d’une utilisation plus efficiente du bois comme combustible et le potentiel de production hydroélectrique à petite et à moyenne échelle. Les politiques de gestion de l’énergie du Chili ont tiré parti de ces travaux.

Recherche médicale

De nouvelles collaborations ont vu le jour entre des chercheurs chiliens, canadiens et israéliens grâce au soutien du Programme conjoint canado-israélien de recherche en santé, une initiative qui porte sur la recherche médicale de pointe et que nous finançons, en collaboration avec la Fondation Azrieli, les Instituts de recherche en santé du Canada et la Israel Science Foundation. Une équipe se penche sur la manière dont les antibiotiques pourraient, en perturbant la flore intestinale, agir sur le fonctionnement cérébral des enfants. Une autre équipe cherche à comprendre les mécanismes moléculaires susceptibles d’avoir des répercussions sur le câblage du cerveau et de faire obstacle au bon développement du cerveau.

Total IDRC Support

Depuis 1974, le CRDI a financé 287 activités d’une valeur de 39,5 millions CAD

Des chercheurs étudient l'eau au Chili.
BANQUE MONDIALE / M.Mantel

* Ces chiffres reflètent les activités du Centre jusqu’en 2018.

Le soutien du CRDI aide à :

  • promouvoir la participation des femmes à la vie civique;
  • veiller à ce que les femmes et les jeunes tirent profit de la croissance économique;
  • vérifier l’efficacité de la réglementation visant à améliorer la nutrition;
  • comprendre les liens entre antibiotiques et santé mentale; et
  • améliorer le bien-être des personnes dans les territoires ruraux et urbains.

Projets

Explorez les projets que nous appuyions dans cette région.

Photo : Maria Fleischmann / Banque mondiale