Stimuler les emplois chez les jeunes dans le secteur de l’agroalimentaire

Mary Nana Anima Akrofi à Parkso, au Ghana
Mary Nana Anima Akrofi
Bourse de recherche
2016

Sur le plan financier, les jeunes s’en tirent mieux que les adultes dans la transformation du manioc au Ghana. Nana Anima Akrofi, titulaire d’une bourse de recherche du CRDI en 2016, croit qu’ils pourraient également les dépasser sur le plan de la production et du marketing s’ils avaient davantage accès au crédit et à des services de vulgarisation.

Le Ghana est le sixième plus grand producteur de manioc au monde et cette culture demeure l’aliment de base le plus important du pays. L’importance économique du manioc est également croissante et pourrait créer des emplois pour les femmes et les jeunes, tout en augmentant la sécurité alimentaire.

Mme Akrofi a tenté de déterminer le rôle des jeunes dans la chaîne de valeur du manioc et la mesure dans laquelle le rendement qu’ils obtiennent se compare à celui des adultes. « Le principal défi auquel les jeunes font face est le faible accès au crédit et aux services de vulgarisation », explique-t-elle. Cela entrave leurs activités de production. Toutefois, leurs activités de transformation du manioc (transformation des racines en flocons secs ou en farine) sont relativement plus rentables que celle des adultes. »

Mme Akrofi souligne que la bourse de recherche du CRDI lui a permis « de déterminer les enjeux pour les entreprises agroalimentaires, qui pourraient entraîner des possibilités d’amélioration pour la sécurité alimentaire et la sécurité du revenu. » Cette expérience « m’a ouvert la possibilité de poursuivre des études plus approfondies et d’entreprendre une recherche universitaire. »

 

Vous voulez rester au courant des dernières possibilités de financement ? Abonnez-vous à nos alertes de financement..