Aller au contenu principal

FAQ sur l’appel régional du programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX)

Inscrivez-vous à la liste de diffusion KIX pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour sur KIX.

Écoutez le webinaire foire aux questions pour l’appel à manifestations d´intérêt pour la région Europe, Asie et Pacifique du KIX Pacifique qui a eu lieu le 30 juillet.

Écoutez le webinaire foire aux questions pour l’appel de propositions régional en Amérique latine et dans les Caraïbes qui a eu lieu le 12 août.

DÉTAILS CONCERNANT L’ADMISSIBILITÉ ET LES CANDIDATS

1. Quelles sont les quatre régions de subventions du programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX) ?

Le KIX a lancé les quatre appels régionaux suivants, par voie de concours, afin de générer et mobiliser des connaissances innovantes pour  relever les défis en matière d’éducation partagés par les pays membres du Partenariat mondial pour l’éducation (PME).

Appel à manifestation d’intérêt pour la région Europe, Asie et Pacifique du KIX

  • Lancement de l’appel : 15 juillet 2020
  • Clôture de l’appel : 2 septembre 2020

Appel à propositions pour la région Amérique latine et Caraïbes

  • Lancement de l’appel : 15 juillet 2020
  • Clôture de l’appel : 30 septembre 2020

Appel à propositions pour la région Afrique occidentale et centrale, et océan Indien

  • Lancement de l’appel : 31 juillet 2020
  • Clôture de l’appel : 30 septembre 2020

Appel à propositions pour la région Afrique orientale, australe et occidentale

  • Lancement de l’appel : 28 août 2020
  • Clôture de l’appel : 6 novembre 2020

2. Quels sont les pays visés par les divers appels ?  

Les projets financés par l’intermédiaire de ces appels doivent viser des pays membres du PME et être réalisés dans ces pays. Ils devraient faire participer des acteurs du système éducatif de ces pays.

Veuillez consulter la liste (ci-dessous) des pays du PME  admissibles dans chacune des régions.  

Région Europe, Asie et Pacifique

Région Amérique latine et Caraïbes

Afrique 21

Afrique occidentale et centrale, et océan Indien

Afrique 19

Afrique orientale, australe et occidentale

Afghanistan

Albanie

Bangladesh

Bhoutan

Cambodge

Géorgie

République kirghize

Laos

Maldives

Moldavie

Mongolie

Myanmar

Népal

Pakistan

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Soudan

Tadjikistan

Timor-Leste

Ouzbékistan

Vietnam

Yémen

Dominique

Grenade

Guyana

Honduras

Haïti

Nicaragua

Sainte-Lucie

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Bénin

Burkina Faso

Burundi

Cap-Vert

Cameroun

République centrafricaine

Tchad

Comores

Côte d’Ivoire

République démocratique du Congo

Djibouti

Guinée

Guinée-Bissau

Madagascar

Mali

Mauritanie

Niger

République du Congo

Sénégal

Togo

Sao Tomé-et-Principe

Érythrée 

Éthiopie

Gambie

Ghana

Kenya

Lesotho

Libéria

Malawi

Mozambique

Nigéria

Rwanda

Sierra Leone

Somalie (Somaliland et Pount) 

Soudan du Sud

Tanzanie (continentale et Zanzibar)

Ouganda

Zambie

Zimbabwe

3. Qui peut présenter une demande en tant qu’organisation individuelle ou diriger un consortium  ?

Les appels régionaux du programme KIX donnent la priorité au financement des organisations du Sud.

Admissibilité à l’appel à manifestation d’intérêt pour la région Europe, Asie et Pacifique du KIX :

  • Organisations basées dans l’un des pays qui composent la région Europe, Asie et Pacifique du KIX (voir liste en annexe A du document d’appel).
  • Les organisations basées dans les pays à revenu faible ou intermédiaire des régions suivantes : Asie centrale, Caucase, Europe de l’Est, Moyen-Orient et Afrique du Nord, Asie du Sud, Asie du Sud-Est et îles du Pacifique. Les organisations de ces régions peuvent postuler en tant qu’organisations individuelles ou organisations principales d’un consortium, ou en tant que membres d’un consortium.

Admissibilité à l’appel de propositions dans la région Amérique latine et Caraïbes du KIX :

  • Les propositions doivent être soumises par des organisations enregistrées ou constituées en société au niveau national ou international et basées dans n’importe quel pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Admissibilité à l’appel de propositions dans la région Afrique orientale et centrale et Océan indien du KIX :

  • Les propositions doivent être soumises par des organisations enregistrées ou constituées en société au niveau national ou international et basées dans n’importe quel État d’Afrique.

Admissibilité pour l’appel à propositions dans la région KIX Afrique de l’Est, de l’Ouest et du Sud :

  • Les propositions doivent être soumises par des organisations enregistrées ou constituées en société au niveau national ou international et basées dans n’importe quel État d’Afrique. 

4. La priorité est-elle accordée aux demandes des organisations des pays membres du PME (par rapport à celles qui sont basées dans un pays des régions décrites dans l’appel)  ?

Il n’y a pas de préférence et les deux seront évaluées de la même manière.

5. Qu’entendez-vous par « organisations individuelles »  ?

Les organisations individuelles peuvent être des organisations non gouvernementales, des organisations de la société civile, des universités, des établissements universitaires, des instituts de recherche, des think tanks, des organisations du secteur privé (à but lucratif) ou des fondations privées (à but non lucratif).

Les organisations basées dans les régions précisées dans l’appel sont invitées à présenter leur demande en tant qu’organisations individuelles ou en tant que responsables de consortiums.

6. Qu’entend-on par « consortiums »  ? Qui peut être membre d’un consortium  ?

  • Les consortiums sont des groupes d’organisations qui se réunissent pour soumettre une proposition afin de recevoir un financement du KIX et mettre en œuvre leur projet. Les groupes de trois organisations au maximum peuvent présenter une demande en tant que consortium.
  • Les propositions émanant de consortiums doivent mentionner une organisation principale. L’organisation principale doit être une organisation basée dans la région de l’appel (voir ci-dessus).
  • Les membres du consortium peuvent être des organisations de la région, des bureaux nationaux, régionaux ou internationaux d’organisations multilatérales, des organisations non gouvernementales internationales, ou d’autres organisations de l’extérieur de la région.
  • Les membres de consortiums doivent établir entre eux des partenariats justes et équitables.

7. Quels sont les critères que vous rechercherez dans un organisme principal?

  • Capacité à gérer une subvention de grande envergure d’un point de vue financier et opérationnel;
  • Présence sur le terrain;
  • Expérience thématique dans l’objet de la proposition;
  • Capacité à coordonner plusieurs partenaires et membres d’un consortium (si c’est le cas);
  • Capacité à participer à la dynamique d’échange des connaissances avec les autres cohortes de projets approuvés.

8. Les consortiums peuvent-ils avoir d’autres partenaires?

Oui, les consortiums peuvent désigner d’autres partenaires participant au projet. Il peut être nécessaire d’inclure d’autres partenaires, tels que des associations d’enseignants, une organisation non gouvernementale pertinente, ou des personnes possédant une expertise particulière en matière de recherche. De plus, chaque projet devrait tenir compte des parties prenantes pertinentes pour les objectifs du projet (notamment les parties prenantes pertinentes pour les stratégies de mobilisation des connaissances) et de la meilleure façon de les mobiliser.

9. Les consortiums peuvent-ils inclure des gouvernements nationaux?

Non. La plus grande partie du financement du GPE est directement octroyée aux gouvernements pour qu’ils puissent mettre en oeuvre leurs plans d’éducation sectoriels. Le KIX est un mécanisme supplémentaire servant à appuyer les secteurs de l’éducation qui cible différents acteurs.

Toutefois, les candidats sont invités à inclure les gouvernements nationaux et locaux en tant que partenaires stratégiques dans leurs projets. La mise à l’échelle dans les systèmes d’éducation nécessitera très probablement l’établissement de liens avec les gouvernements.

10. Les consortiums doivent-ils absolument inclure des organismes canadiens?

Non.

11. Les partenaires doivent-ils se trouver dans la même région géographique  ?

Non. Les partenaires du consortium n’ont pas besoin d’être dans la même région géographique. Le responsable d’un consortium doit être originaire de la région de l’appel, mais les membres du consortium peuvent être originaires de n’importe où.

12. Le KIX peut-il aider à apparier les candidats pour former un consortium  ?

Non. Il incombe au candidat de trouver des partenaires et de former un consortium. Le CRDI n’apparie pas les bénéficiaires de subventions

13. Les organismes à but lucratif peuvent-ils présenter une demande de subvention mondiale du KIX?

Oui, les organismes à but lucratif peuvent présenter une demande.

  • Les organismes à but lucratif qui travaillent au développement de la technologie éducative ou à l’élaboration de programmes d’études et d’autres ressources sont admissibles. Toutefois, les organismes à but lucratif qui fournissent des services éducatifs de base (p. ex., les écoles privées) ne sont pas admissibles au financement du KIX. Le KIX continuera d’appliquer la stratégie de mobilisation du secteur privé du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE).
  • Les propositions qui comprennent des acteurs du secteur privé doivent démontrer comment les ressources du secteur privé (par exemple, le savoir-faire financier ou technique) contribueront au projet.
  • Tous les bénéficiaires, y compris les organismes à but lucratif, doivent se conformer à la Politique de libre accès du CRDI.

14. Une organisation qui a déjà reçu ou qui reçoit actuellement des fonds pour des initiatives du CRDI, du Partenariat mondial pour l’éducation ou du programme Partage de connaissances et d’innovations peut-elle postuler dans le cadre de cet appel ?

Oui, les organisations qui ont été ou sont actuellement bénéficiaires de subventions du CRDI, du PME ou du KIX sont autorisées à postuler dans le cadre de l’appel régional.

15. Combien de demandes une organisation peut-elle soumettre  ?

Il n’y a pas de limite au nombre de demandes qu’une organisation peut présenter. Vous pouvez présenter autant de propositions que vous le souhaitez en tant qu’organisation individuelle, en tant que responsable d’un consortium ou en tant que membre d’un consortium.


16. Une organisation peut-elle soumettre des demandes à plusieurs appels du Programme Partage de connaissances et d’innovations régional  ?

Oui.

17. Une organisation dont l’enregistrement est en cours dans un pays admissible membre du KIX peut-elle donner suite à un appel ?

Les organisations doivent déjà être enregistrées ou constituées en société dans un pays ciblé par le KIX (annexe A des appels) ou dans les régions expressément définies dans chaque appel sous la rubrique « Admissibilité ».

PORTÉE

18. Quels sont les défis de la politique régionale? 

Chaque proposition vise à répondre aux besoins des pays membres du PGE en matière de connaissances et d’innovation. Pour identifier ces demandes, les pôles régionaux KIX ont dirigé (de mars à juillet 2020), dans les pays membres du PGE, un processus de définition des défis stratégiques communs pour les systèmes d’éducation publics. Le processus comprenait des consultations avec des parties prenantes gouvernementales et non gouvernementales de l’éducation des pays concernés et des experts régionaux, et un examen des plans du secteur de l’éducation et des analyses régionales de l’éducation. 

En harmonisant les appels de propositions avec les grandes priorités qui sont ressorties des consultations et de l’examen, KIX s’attend à ce que les projets financés soient immédiatement pertinents et utiles pour les systèmes d’éducation concernés. 

Rapport sur les progrès et les priorités :

  • Pôle KIX Europe, Asie et Pacifique du : (EN), (FR), (SP)  
  • Pôle KIX Amérique latine et Caraïbes : (EN), (FR), (SP)  
  • Pôle KIX Afrique de l’Ouest et centrale et Océan indien (Africa 21) : (EN), (FR), (SP)  
  • Pôle KIX Afrique de l’Est, du Sud et de l’Ouest (Africa 19) : (EN), (FR), (SP

19. Est-il préférable de répondre à un seul défi régional ou à plusieurs d’entre eux dans une proposition? 

Les propositions doivent uniquement indiquer les défis auxquels elles se rapportent étroitement. Il n’est pas forcément préférable de relever plusieurs défis que d’en relever un seul. 

20. Est-il possible de soumettre une proposition qui est mise en oeuvre entre deux régions du KIX (par exemple, un pays du pôle KIX 19 et deux pays du pôle KIX 21) ?

Non. Les appels régionaux du KIX sont conçus pour répondre aux exigences régionales des pays membres du PME. Les  pôles régionaux du KIX ont dirigé un processus dans les pays membres du PME pour cerner les défis stratégiques communs aux systèmes d'éducation publics. Les appels de propositions sont alignés sur les grandes priorités qui ont été cernées dans chaque région, et le KIX s'attend à ce que les projets financés soient immédiatement pertinents et utiles pour les systèmes d'éducation concernés.

21. Quelles sont les différences entre les appels visant les pôles Afrique 21 et Afrique 19 ?

  • Chaque pôle rassemble des pays qui ont une histoire, une géographie et des caractéristiques environnementales communes en matière d’éducation et de langue, en plus de défis socioéconomiques similaires. Le pôle Afrique 21 est composé de pays membres du PME, principalement d’Afrique occidentale et centrale, et de l’océan Indien. Le pôle Afrique 19 est composé de pays membres du PME, principalement d’Afrique orientale, australe et occidentale. Pour en savoir plus sur les pôles du KIX, cliquez ici. Les appels portent sur différents défis.
  • Une organisation basée en Afrique peut poser sa candidature comme postulant individuel, chef de file d’un consortium ou membre d’un consortium en réponse à l’appel du pôle Afrique 21 ou à l’appel du pôle Afrique 19. La différence réside dans les défis identifiés dans chaque document d’appel et dans l’orientation des projets.
  • Les propositions pour l’appel du pôle Afrique 21 doivent être centrées sur au moins trois pays membres du PME dans la région de l’appel (voir la liste à la question no 2 ou l’annexe A du document d’appel).
  •  Les propositions pour l’appel du pôle Afrique 19 doivent être centrées sur au moins trois pays membres du PME dans la région de l’appel (voir la liste à la question no 2 ou l’annexe A du document d’appel).

22. Quels sont les niveaux d’éducation couverts par l’appel ?

  • La programmation KIX couvre l’enseignement préscolaire, primaire et du début du secondaire.
  • Le KIX se concentre également sur le perfectionnement professionnel des enseignants.

23. Les projets peuvent-ils être liés à l’enseignement supérieur ou à l’enseignement et formation techniques et professionnels (EFTP)  ?

Non. En tant que mécanisme du PME, le KIX se concentre sur l’éducation à la petite enfance jusqu’au début du secondaire, en plus de la formation des enseignants. Les établissements d’enseignement supérieur peuvent contribuer à la résolution de ces problèmes et, à ce titre, les universités sont invitées à présenter leur demande.

Bien que d’autres programmes du CRDI se concentrent sur le renforcement de l’EFTP et de l’enseignement supérieur, ce n’est pas un objectif des appels de propositions du KIX.

24. Clarification de la portée de l’appel

Nous voudrions souligner l’importance de trouver des approches innovantes pour relever un ou plusieurs des défis communs en matière de politiques, surtout si vous ne travaillez pas déjà avec une approche spécifique. Les approches peuvent être prometteuses ou déjà éprouvées. Chaque approche doit être clairement définie et présentée (nom, lieu où elle a été appliquée, preuve de ses résultats). En raison de la portée de l’appel, qui concerne la recherche orientée vers l’action, les projets ne peuvent pas se fonder sur la recherche exploratoire pour créer une innovation. En outre, la période de 31 mois est insuffisante pour concevoir et tester une innovation, et fournir des éléments permettant de la mettre à l’échelle. Veuillez vous concentrer sur les approches innovantes existantes et sur la manière dont elles pourraient être mises à l’échelle, en lien avec les systèmes d’éducation publique. Pour les projets qui impliquent la recherche d’innovations supplémentaires, indiquez les critères de sélection potentiels que vous utiliserez pendant le processus de définition.

MISE À L’ÉCHELLE 

25. Qu’entend-on par « soutenir la production de connaissances sur et pour la mise à l’échelle »? 

La mise à l’échelle est le processus d’amélioration et d’approfondissement de l’élargissement, de l’ampleur, de la portée, de la qualité, de l’équité, ainsi que de la viabilité des changements, des avantages et des solutions que les innovations apportent aux systèmes éducatifs.

Les projets financeront la recherche appliquée pour appuyer la mise à l’échelle des solutions novatrices sélectionnées. En particulier : 

1. Mettre en œuvre des mesures visant à adapter et à peaufiner les solutions novatrices afin de mieux répondre aux besoins contextuels des pays sélectionnés. 

2. Élaborer et expérimenter des moyens et des modèles pour les mettre à l’échelle. 

3. Appuyer le renforcement des capacités des personnes ou des groupes qui essaieront les approches adaptées. 

4. Évaluer les résultats. 

Le KIX n’appuiera pas la mise à l’échelle des innovations éprouvées dans les pays et régions sélectionnés. La mise en œuvre intégrale d’une approche innovante à l’échelle nationale dans plusieurs pays dépasse le budget et le mandat du KIX. 

26. Quel soutien de mise à l’échelle KIX apportera-t-il aux projets de subventions régionales sélectionnés?

Les projets de subventions régionales sélectionnés auront la possibilité de recevoir un soutien pour leurs recherches de mise à l’échelle par le biais de ROSIE (Research on Scaling the Impact of Innovations in Education - Recherche sur la mise à l’échelle de l’impact des innovations pédagogiques). ROSIE est un projet KIX dirigé par le Centre pour l’éducation universelle de la Brookings Institution qui a deux fonctions principales. La première fonction consiste à aider les bénéficiaires de subventions mondiales et régionales à améliorer la qualité et les résultats de leurs efforts de mise à l’échelle en leur fournissant des cadres, des méthodologies et des ressources liés à la mise à l’échelle, en renforçant les capacités liées à la mise à l’échelle par des échanges de connaissances, l’apprentissage entre pairs et un soutien ciblé en matière de mentorat, et en générant en collaboration de nouvelles idées de mise à l’échelle et en les appliquant à leur travail. La deuxième fonction est de saisir les métaenseignements parmi les projets KIX sur l’élargissement de l’impact des innovations en matière d’éducation dans les contextes des pays à faible et moyen revenu. Les bénéficiaires de subventions utiliseront les résultats obtenus pour documenter leurs actions et leurs efforts de mise à l’échelle, ainsi que pour contribuer à la base de données mondiale sur la mise à l’échelle dans l’éducation. Les projets sélectionnés souhaitant recevoir un soutien et à participer à ROSIE devront soumettre une brève manifestation d’intérêt. Si les projets régionaux choisissent de ne pas demander à participer à ROSIE, ils bénéficieront toujours de l’accès à son cadre, ses méthodologies, ses ressources et ses résultats et ils recevront un soutien à la recherche de la part des directeurs de programme responsables de leurs projets. Vous pouvez trouver plus d’informations sur ROSIE ici.

DÉTAILS DE L’APPEL DE PROPOSITIONS

27. Qu’est-ce que le KIX ?

Le programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX) est une entreprise commune du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) et du Centre de recherches pour le développement international CRDI. L’objectif du KIX est de renforcer les systèmes d’éducation nationaux et d’accélérer les progrès éducatifs dans les pays du Sud en comblant les lacunes en matière de connaissances, en améliorant l’accès aux données probantes et en renforçant les systèmes pour appuyer la production et l’utilisation de données probantes et d’innovations dans les pays membres du PME.

Le KIX est mécanisme de financement pour l’octroi de subventions à l’échelle mondiale et régionale afin d’investir dans la production de connaissances et dans l’innovation, ainsi que pour appliquer à grande échelle des approches éprouvées.

28. Quels sont les pays membres du Partenariat mondial pour l’éducation (PME)  ?

Le PME travaille avec près de 70 pays en développement pour les aider à élaborer et à mettre en œuvre des plans de bonne qualité pour le secteur éducatif et à mettre en place des systèmes d’éducation solides. Les pays se joignent au partenariat après avoir élaboré un plan exhaustif pour le secteur de l’éducation qui est approuvé par leurs partenaires. En savoir plus.

Les appels régionaux du programme KIX sont conçus pour répondre aux priorités précises des pays membres du PME dans la région indiquée. L’annexe A du document d’appel de propositions respectif fournit une liste des pays membres du PME dans la région.

29. Qu’entend-on par « recherche »?

Les subventions régionales pour le programme KIX sont destinées aux projets de recherche pour le développement qui sont axés sur les problèmes, orientés vers l’action et conçus pour générer de nouvelles connaissances et de nouvelles données. Ils ciblent, mobilisent et font intervenir de façon créative de nombreux types d’utilisateurs des connaissances pour s’assurer que la recherche est pertinente et accessible. Les utilisateurs collaborent généralement avec les chercheurs à la création des connaissances. Les projets sont conçus de manière à pouvoir éclairer les politiques, les pratiques et le développement technologique.

30. Qu’est-ce que le « continuum de l’intégration de la dimension du genre » ?

Par continuum de l’intégration de la dimension du genre, on entend les stratégies qui sont appliquées dans l’évaluation, la conception, la mise en oeuvre et l’évaluation de programmes et qui tiennent compte des considérations liées au genre et s’attaquent aux inégalités fondées sur le genre.

Les projets devraient être sensibilisés aux sexospécificités, ou sensibles aux sexospécificités, ou adaptés aux sexospécificités, ou transformateurs à l’égard des sexospécificités.

Les questions qui suivent constituent un guide sur l’intégration de la dimension de genre :

  Sensibilisés aux sexospécificités  Sensibles aux sexospécificités  Adaptés aux sexospécificités  Projets transformateurs à l’égard des sexospécificités 
Définition   La sexospécificité (les expériences différenciées et croisées des femmes, des hommes, des garçons et des filles) est prise en compte dans la justification du projet de recherche, mais n’est pas un concept opérationnel dans la conception et la méthodologie de mise en oeuvre.  La sexospécificité est prise en compte dans la justification du projet de recherche et dans la conception et la méthodologie du projet, mais ne s’étend pas (encore) à une analyse ou une action visant à lutter contre les inégalités entre les sexes.  La sexospécificité est prise en compte dans la justification, la conception et la méthodologie du projet de recherche, et fait l’objet d’une analyse rigoureuse pour éclairer la mise en oeuvre et la communication et influer sur les stratégies.  Examine, analyse et établit une base de données probantes pour éclairer les changements pratiques à long terme dans les relations de pouvoir et les normes structurelles, les rôles et les inégalités qui définissent les expériences différenciées des hommes et des femmes. La recherche transformatrice à l’égard des sexospécificités devrait conduire à un changement durable par l’action. 
Question clé à poser  La justification de la recherche inclut-elle des données sur les rôles, les expériences et les impacts différenciés sur les hommes, les femmes, les filles et les garçons ?  + Le plan de recherche comprend-il une analyse des rôles, des expériences et des impacts différenciés sur les hommes, les femmes, les filles et les garçons ?  + La recherche utilise-t-elle l’analyse pour mettre en oeuvre des mesures visant à tenir compte des résultats de l’analyse, à s’en inspirer et à y donner suite ? 

La recherche va-t-elle au-delà de l’analyse des rôles différenciés, des expériences, des écarts de perception et explore-t-elle les causes structurelles sous-jacentes, les normes, les relations de pouvoir à l’origine de ces différences ? 

PLUS : La recherche met-elle en oeuvre des mesures pour s’attaquer aux causes structurelles sous-jacentes, aux normes et aux relations de pouvoir à l’origine des différences ? 

Les candidats sont vivement invités à se renseigner sur les ressources permettant d’aborder de manière appropriée l’égalité des genres, l’équité et l’inclusion dans la proposition de projet, par exemple ce Guide pour intégrer une démarche sexospécifique dans votre proposition. 


31. Qu’entendez-vous par « innovation »  ?

L’innovation fait référence à une combinaison d’outils, de pratiques, de politiques, de programmes, de technologies, d’approches, de méthodologies ou de toute autre intervention pouvant être utilisée pour améliorer l’accès à l’éducation et à la qualité de l’éducation dans les pays en développement. La combinaison des différents éléments peut varier en fonction des contextes et des besoins pour produire de nouvelles solutions aux problèmes en matière d’éducation.

32. Y a-t-il une méthodologie que le CRDI préfère ? 

Non, nous n’avons aucune préférence, mais les méthodologies choisies doivent être appropriées pour répondre aux questions et atteindre les objectifs du projet. Les propositions doivent être explicites et s’accompagner d’une justification des choix méthodologiques. La qualité des projets sera évaluée par rapport au cadre Qualité de la recherche plus du CRDI (comme indiqué dans le document d’appel).

PARTENARIATS

33. Qui sont les acteurs du domaine de l’éducation ?

Les acteurs du domaine de l’éducation peuvent inclure (sans s’y limiter) des groupes d’éducation locaux, des syndicats d’enseignants, des directeurs d’école et des enseignants, des parents et des enfants, des fonctionnaires du ministère de l’Éducation, des partenaires de développement et des décideurs politiques.

34. Comment puis-je attester les activités dans un pays membre du PME et les relations avec des intervenants du domaine de l’éducation ?

  • Les relations avec des intervenants du domaine de l’éducation peuvent être attestées par des projets antérieurs ou en cours mis en oeuvre par l’organisation.
  • L’organisation doit présenter clairement les intervenants du domaine de l’éducation qui participent aux projets mentionnés et fournir des détails sur leur rôle comme partenaires ou bénéficiaires directs.

35. Une organisation individuelle peut-elle présenter une demande de projet pour travailler dans le nombre requis de pays membres du PME dans la région sans détenir une preuve de partenariat dans chaque pays ?

Oui. Nous comprenons que les candidats puissent avoir eu des contacts avec des parties prenantes dans certains pays, mais pas dans tous. Veuillez expliquer votre expérience et indiquer une stratégie de mobilisation des connaissances, pour le projet proposé, qui comprend toute partie prenante ou tout contexte national supplémentaire (pour faire en sorte que le projet soit pertinent et atteigne les résultats visés).

36. Si le Centre de recherches pour le développement international ou le Partenariat mondial pour l’éducation finance déjà des initiatives liées aux défis politiques, est-il nécessaire que les propositions correspondent à ces projets  ?

Les projets financés dans le cadre de cet appel sont censés :

  1. Rechercher et dégager des approches et des innovations pertinentes pour relever le défi politique commun. Des approches pertinentes peuvent comprendre ceux qui sont déjà financés par le PME ou le CRDI, mais peuvent également en inclure d’autres au sein ou en dehors des pays concernés. Ceux-ci peuvent ou non bénéficier d’un financement externe.
  2. Adapter et mettre à l’épreuve ces approches pour évaluer comment mettre à l’échelle les répercussions positives dans les pays membres du PME.
  3. Mobiliser les connaissances et renforcer les capacités afin que les approches puissent être appliquées dans les politiques et les pratiques.

FINANCEMENT ET ADMINISTRATION

37. L’organisation « principale » assume-t-elle toutes les responsabilités financières  ? D’autres membres du consortium peuvent-ils aider à la gestion financière, administrative et logistique  ?

L’organisation principale est chargée de veiller à ce qu’il y ait un accord de subvention unique avec un bénéficiaire principal qui est responsable de tous les aspects de la subvention. Le bénéficiaire principal peut conclure des accords de sous-subventions avec des partenaires qui peuvent alors être responsables de certaines parties du travail (en faisant rapport au responsable), mais, en fin de compte, l’organisation principale est chargée de faire rapport sur toutes les questions financières et techniques liées au travail.

38. Quelle est la fourchette budgétaire par projet et le montant du financement global par région ?  

Les budgets des projets individuels varient entre 750 000 et 1,2 million de dollars canadiens. Le financement total disponible varie selon la région :

  • Région Europe, Asie et Pacifique du KIX : 7,75 millions de dollars canadiens
  • Région Amérique latine et Caraïbes du KIX : 4 millions de dollars canadiens 
  • Région Afrique occidentale et centrale, et océan Indien du KIX : 7,75 millions de dollars canadiens
  • Région Afrique orientale, australe et occidentale du KIX : 7,75 millions de dollars canadiens

LIENS DU KIX

39. Comment ces appels cadrent-ils avec d’autres appels du KIX que j’ai vus ?

  • En 2019, le KIX a lancé un appel pour cerner les groupes qui coordonneront les centres régionaux. Le KIX a également lancé un appel mondial en 2019 pour financer la recherche visant à renforcer les systèmes d’éducation par des innovations éprouvées, dans le cadre de projets mettant l’accent sur six domaines thématiques de base dans ces systèmes. Les projets ont financé des travaux dans au moins trois pays et dans au moins deux régions du KIX.
  • Un thème transversal dans les activités du KIX a trait à la façon de s’assurer que des approches novatrices pour l’éducation sont efficacement et correctement mises à l’échelle dans les systèmes d’éducation nationaux; c’est pourquoi KIX a lancé un appel à propositions pour la recherche sur la mise à l’échelle d’innovations dans le domaine de l’éducation.
  • Dans le cadre de la réponse à la pandémie de COVID-19, le KIX a lancé un appel à propositions fermé pour soutenir un observatoire sur les répercussions de la pandémie et les réponses politiques et pratiques à celle-ci dans les pays membres du PME en Afrique.
  • En juillet et août 2020, le KIX lance quatre appels régionaux destinés à répondre aux exigences des pays membres du PME en matière de connaissances et d’innovation. Chaque centre régional du KIX a mené un processus de mars à juillet 2020 dans les pays membres du PME afin de cerner les défis politiques communs aux systèmes d’éducation publics. Ce processus comprenait la consultation des principaux décideurs politiques nationaux en matière d’éducation des pays membres du PME, des groupes locaux du secteur de l’éducation et des experts dans la région, ainsi que l’examen des plans du secteur et des analyses régionales relatives à l’éducation. Le processus permettant de dégager les priorités façonne le programme du centre régional et constitue également la base par laquelle le CRDI a sélectionné, en consultation avec le PME, les défis à inclure dans les appels régionaux.
  • Les propositions financées par le truchement des appels régionaux contribueront à élargir les connaissances sur les innovations dans le domaine de l’éducation et sur la manière de les mettre à l’échelle. Comme elles concernent plusieurs pays, elles intégreront également le transfert de connaissances. Ces propositions représentent des éléments clés du KIX qui étaient présents dans les appels précédents.
  • L’appel régional fait partie d’un mécanisme plus large au sein du KIX pour financer la recherche qui génère des données probantes pour éclairer l’élaboration de politiques. Les appels régionaux ont un caractère local, tant en termes de priorités qu’en ce qui concerne les partenaires, mais ils seront intégrés à l’effort global du KIX pour générer et mobiliser des connaissances afin de faciliter des débats éclairés.