La recherche mondiale pour l’action locale

Date de l'événement :
December 01, 2016
Endroit :
CRDI, 8e étage, salles Hopper A et B
150, rue Kent
Ottawa,
Canada
Heure :
9:00am - 4:00pm

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) a le plaisir d’organiser une conférence d’une journée pour présenter les activités de recherche des titulaires d’une bourse de recherche pour 2016.

Les dix titulaires d’une bourse de recherche de cette année ont effectué pendant un an des travaux de recherche rémunérés portant sur un ou plusieurs pays en développement, correspondant à la mission du CRDI et relevant du mandat du CRDI.

Toutes et tous sont bienvenus. Veuillez confirmer votre présence d’ici le 28 novembre 2016 à hmcintosh@idrc.ca.

Coup d’oeil sur le programme

Session 1 – 09 h 10 à 10 h 15

Nana Anima Akrofi (@anaminaj16)
Analyse du rôle et du succès des jeunes dans la chaîne de valeur du manioc au Ghana

Gloria Song (@gloooooria)
Mise en oeuvre de la Loi sur la violence familiale en Guyane
 

Session 2 – 10 h 30 à 12 h

Parnali Dhar Chowdhury (@ParnaliC)
Comprendre les connaissances et les perceptions des enfants d’âge scolaire quant aux schémas de consommation de boissons à Dhaka, au Bangladesh

Catherine Gucciardi Garcez (@CGucciGarcez)
Production décentralisée d’électricité et villes résilientes : gouvernance liée au système énergie-climat-inclusion sociale au Brésil

Juan Carlos Rivillas (@RivillasJuanito)
Inégalités en matière de mortalité maternelle et infantile liées au financement de la santé en Colombie
 

Session 3 – 13 h à 14 h 35

Erika Malich (@erikathinks)
Accessibilité des résultats de recherche aux fins d’établissement de politiques au Pérou

Heather McIntosh (@hmcin041)
Détermination des réseaux d’influence : le rôle de l’innovation numérique dans les mesures de secours prises à la suite des séismes de 2015 au Népal

Rachel Kalbfleisch (@Rkalbfle)
Les objectifs de croissance des jeunes micro-entrepreneurs à Nairobi : étude de cas du secteur manufacturier dit « Jua Kali »
 

Session 4 – 14 h 50 à 15 h 55

Gussai Sheikheldin (@GussaiHS)
Susciter à nouveau l’innovation : les intermédiaires technologiques publics en Tanzanie

Andréanne Martel (@AndreanneMartel)
Comment combiner une question complexe et une stratégie d’application à grande échelle  ? L’exemple de l’intégration de la sexospécificité à l’application à grande échelle (Inde).
 


Nana Anima Akrofi

Programme : Agriculture et sécurité alimentaire, Bureau régional de l’Afrique subsaharienne du CRDI
Twitter : @anaminaj16
Titre du projet : An analysis of the role and performance of youth in the cassava value chain in Ghana (Analyse du rôle et du succès des jeunes dans la chaîne de valeur du manioc au Ghana)
Pays visé par la recherche : Ghana

Description de la présentation :

Le manioc est la principale composante du PIB agricole ghanéen. La chaîne de valeur du manioc constitue un secteur stratégique et en expansion pour le développement économique de plusieurs pays, notamment le Ghana, grâce auquel les jeunes peuvent stimuler la création d’emplois. L’analyse actuelle des jeunes travaillant dans le secteur agricole s’appuie sur des données cumulatives. Cette analyse permet difficilement de comprendre si les jeunes effectuant des activités agricoles sont en situation de désavantage comparé à leurs homologues adultes. Cette analyse utilise la chaîne de valeur du manioc comme étude de cas pour pallier le manque de données probantes concernant la place des jeunes dans la chaîne de valeur du manioc, la raison de cette situation, leur réussite et les contraintes auxquelles ils font face.

Biographie :

Avant de rejoindre le programme Agriculture et sécurité alimentaire en tant que titulaire d’une bourse de recherche pour 2016, Mme Akrofi était étudiante de cycle supérieur en agroalimentaire à l’Université du Ghana. Ses travaux de recherche portent sur la place et la réussite des jeunes dans la chaîne de valeur du manioc et mettent l’accent sur les aspects sexospécifiques. Elle s’intéresse également, entre autres, aux systèmes alimentaires et à la nutrition, aux changements climatiques, aux mesures de résolution des pertes après récolte et à la fourniture de services directs pour améliorer la santé et la sécurité alimentaire au Ghana et en Afrique subsaharienne. Anima était adjointe de recherche à l’Université du Ghana, où elle travaillait sur la nutrition et d’autres projets parrainés par CARE International (Ghana), le groupe AJINOMOTO (Japon), Global Alliance for Improved Nutrition (GAIN), Alliance for Global Research in Agriculture (AGRA), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et l’Institute of Development Studies (IDS-Royaume-Uni) au Ghana. Elle est actuellement adjointe de recherche du projet sur les indicateurs d’accessibilité aux régimes alimentaires nutritifs en Afrique (Indicators of affordability of nutritious diets in Africa (IANDA) mené par l’Université Tufts, l’Université du Ghana et l’Université Sokoine.

Gloria Song

Programme : Gouvernance et justice
Twitter : @gloooooria
Titre du projet : Implementation of the Domestic Violence Act in Guyana (Mise en oeuvre de la Loi sur la violence familiale en Guyane)
Pays visé par la recherche : Guyane

Description de la présentation :

L’année 2016 marque le 20e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Loi sur la violence familiale en Guyane, un pays caribéen aux prises avec un fort taux de violence fondée sur le sexe. La Loi sur la violence familiale permet aux victimes de violence familiale de s’adresser aux tribunaux pour obtenir une ordonnance de protection. Mais à quel point cette loi est-elle efficace pour protéger les victimes de la violence familiale  ? Ces travaux étudient les expériences et les points de vue des fournisseurs de services juridiques, notamment les avocats, les magistrats, les ONG et le gouvernement, afin de cerner les problèmes liés au processus d’application des ordonnances de protection et à la mise en oeuvre de la Loi sur la violence familiale. Cette étude a pour objectif de formuler des recommandations sur les mesures à prendre pour protéger les victimes de violence familiale et favoriser leur autonomisation.

Biographie :

Avant de se joindre au CRDI, Mme Song travaillait dans le domaine du droit des pauvres à Cambridge Bay (Nunavut) pour le compte de la Commission des services juridiques du Nunavut. Elle est actuellement co-présidente du Barreau du Comité d’accès à la justice du Nunavut. Elle a aussi travaillé au Projet de recherche sur les questions liées au sexe et à la défense des droits de la femme du Centre d’aide juridique, à Windhoek, en Namibie, où elle réalisait des recherches sur les droits de la personne dans le cadre du Programme international des jeunes juristes de l’Association du Barreau canadien, ainsi qu’à titre de stagiaire dans un cabinet de défense criminelle pour un procès pour crimes de guerre à La Haye au Tribunal pénal international pour l’ancienne Yougoslavie, et comme adjointe de recherche à un cabinet de recherches spécialisé dans les revendications territoriales autochtones. Mme Song est titulaire d’une maîtrise en droit de l’Université d’Ottawa, dont les travaux de recherche portaient sur l’accès à la justice au Nunavut. Elle est aussi titulaire d’un doctorat en jurisprudence de l’Osgoode Hall Law School et d’un baccalauréat en communications, avec spécialisation en science politique, de l’Université d’Ottawa.

Parnali Dhar Chowdhury

Programme : Alimentation, environnement et santé
Twitter : @ParnaliC
Titre du projet : Understating school children’s knowledge and perception of beverage consumption patterns in Dhaka, Bangladesh (Comprendre les connaissances et les perceptions des enfants d’âge scolaire quant aux schémas de consommation de boissons à Dhaka, au Bangladesh)
Pays visé par la recherche : Bangladesh

Description de la présentation :

Au cours de la deuxième moitié du siècle dernier, les boissons gazeuses et autres boissons sucrées sont venues à occuper une part de plus en plus importante de l’apport énergétique total des enfants, et elles contribuent grandement à l’épidémie d’obésité infantile. Cette étude, dans laquelle la relation entre consommation de boissons sucrées et obésité chez les enfants sert de toile de fond, se penche sur les principaux facteurs de risque qui amènent des enfants d’âge scolaire à acheter des boissons sucrées, et sur l’influence des annonces publicitaires télévisées et de l’environnement alimentaire à la maison et à l’école sur leurs comportements liés à l’achat et à la consommation de boissons sucrées.

Biographie :

Mme Dhar Chowdhury est titulaire d’un doctorat portant sur la compréhension de la transmission de la dengue au Bangladesh, qu’elle a obtenu en 2015. Elle a bénéficié de nombreux financements et subventions pour la conduite de sa thèse, notamment de la bourse du Manitoba Health Research Council Doctoral Fellowship, de la Bourse du CRDI aux chercheurs candidats au doctorat et de la Médaille d’excellence Sanofi Pasteur pour l’épidémiologie des maladies transmissibles Elle est titulaire de deux maîtrises et s’appuie sur une expérience en gestion de projet et coordination de projet acquise au sein de plusieurs institutions partenaires aux États-Unis, au Canada et au Bangladesh. Avant de rejoindre l’équipe du programme Alimentation, environnement et santé en tant que titulaire d’une bourse de recherche en janvier 2016, Mme Dhar Chowdhury exerçait la fonction de chercheuse invitée au Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada à Winnipeg. Ses travaux de recherche actuels examinent le lien entre l’obésité infantile et la consommation de boissons sucrées. À la conclusion de ses travaux en tant que titulaire d’une bourse de recherche du CRDI, Mme Dhar Chowdhury rejoindra l’US Food and Drug Administration en tant que chercheuse universitaire du Oak Ridge Institute of Science and Education (ORISE), afin de travailler sur les maladies infectieuses (p. ex., les arboviroses) et les facteurs de risques sanitaires en Asie du Sud et en Amérique du Sud.

Catherine Gucciardi Garcez

Programme : Changements climatiques
Twitter : @CGucciGarcez
Titre du projet : Distributed electricity generation and resilient cities: Governance for the energy-climate-social inclusion nexus in Brazil (Production décentralisée d’électricité et villes résilientes : gouvernance liée au système énergie-climat-inclusion sociale au Brésil)
Pays visé par la recherche : Brésil

Description de la présentation :

Les travaux de Mme Gucciardi Garcez au CRDI consistent à examiner la gouvernance des projets pilotes sur l’électricité renouvelable décentralisée dans les communautés à faible revenu, urbaines et périurbaines du Brésil. La production décentralisée d’électricité est une tendance grandissante pour encourager la production d’énergies renouvelables et accroître l’efficacité énergétique dans le secteur de l’électricité. Il est prévu que ce phénomène joue un rôle important pour la transition vers une économie à faible intensité de carbone, ce qui contribuerait à l’atteinte de deux objectifs de développement durable (7 et 13). Mme Gucciardi Garcez a étudié cinq projets pilotes : les deux premiers sont mis en oeuvre dans la région du nord-est du Brésil dans le cadre de programmes sociaux d’hébergement. Le premier permet aux familles de tirer des revenus de la vente d’électricité et le deuxième permet aux foyers de réduire leur consommation. Les trois autres projets pilotes ont lieu dans les favelas de Rio de Janeiro et permettent de réduire la consommation tout en passant de connexions illégales à des connexions réglementées. Les travaux de Mme Gucciardi Garcez cherchent à tirer des enseignements de ces projets pilotes afin de guider la gouvernance de villes résilientes et inclusives au Brésil.

Biographie :

Mme Gucciardi Garcez a obtenu un doctorat en gestion et politiques de durabilité au Centre pour le développement durable de l’Université de Brasilia en août 2015. Dans le cadre de son doctorat, elle a exercé les fonctions de chercheuse universitaire au sein du réseau brésilien sur le climat (Rede Clima), réseau qui examine l’adaptation aux changements climatiques des petits agriculteurs dans la partie semi-aride du Brésil. Mme Gucciardi Garcez est également titulaire d’une maîtrise en politique environnementale et gestion délivrée par l’Université de Brasilia, qui portait sur les politiques relatives au biocarburant du Brésil. Mme Gucciardi Garcez a travaillé comme conseillère en approvisionnement énergétique au ministère de l’Énergie et de l’Infrastructure de l’Ontario. Elle traitait de nombreux dossiers liés aux énergies renouvelables et aux changements climatiques, notamment la participation de la province à la Western Climate Initiative et à l’Entente d’investissement dans l’énergie. Mme Gucciardi Garcez a réalisé son baccalauréat en sciences appliquées et ingénierie à l’Université de Toronto. Elle s’intéresse particulièrement aux travaux de recherche interdisciplinaires qui examinent les interdépendances, notamment la gouvernance, l’énergie et le développement inclusif et durable.

Juan Carlos Rivillas

Programme : Santé des mères et des enfants
Twitter : @RivillasJuanito
Titre du projet : Health financing-related inequalities in maternal and infant mortality in Colombia (Inégalités en matière de mortalité maternelle et infantile liées au financement de la santé en Colombie)
Pays visé par la recherche : Colombie

Description de la présentation :

Le financement de la santé contribue à atteindre les objectifs de couverture santé universelle. Par conséquent, les politiques de financement de la santé et la mobilisation des ressources peuvent être déterminantes en matière de recours aux services de santé, de qualité des soins et de protection financière universelle pour appuyer la mise en oeuvre de politiques de protection de la santé infantile et maternelle. Cette étude vient enrichir la documentation existante et combler certaines lacunes de recherche en pointant les inégalités existantes en matière de mortalité maternelle et infantile liées au financement de la santé en tant que dimension économique et sociale en Colombie.

Biographie :

Avant de rejoindre le programme du CRDI pour la santé des mères et des enfants en tant que titulaire d’une bourse de recherche, M. Rivillas était directeur des observatoires de santé nationaux du service d’épidémiologie du ministère de la Santé et de la protection sociale colombien, à Bogota. Il a reçu des fonds de recherche de la part de la Commission européenne pour étudier les inégalités en matière de santé en Italie et de la part du British Council pour étudier le tissu économique de la santé à Londres. Il s’intéresse principalement aux politiques de financement de la santé à l’appui d’une couverture santé universelle, à la mesure des inégalités sociales, de la pauvreté et de l’exclusion sociale, et à la santé et au développement dans le monde. Il est titulaire d’un baccalauréat ès sciences en gestion de la santé délivré par l’Université d’Antioquia à Medellín (Colombie) et d’une maîtrise ès sciences en politiques et économie de la santé délivrée par l’Université de Turin (Italie).

Erika Malich

Programme : Initiative Think tank
Twitter : @erikathinks
Titre du projet : Research accessibility for policy influence in Peru (Accessibilité des résultats de recherche aux fins d’établissement de politiques au Pérou)
Pays visé par la recherche : Pérou

Description de la présentation :

Bien qu’il soit entendu que la recherche puisse permettre d’orienter l’élaboration de politiques, de nombreux défis à l’utilisation des résultats de recherche demeurent. Bien que l’accessibilité des résultats de recherche soit importante pour la compréhension de ce processus, cet enjeu n’a pas été formulé correctement dans la documentation concernant le lien entre recherche et politiques. Cette présentation a pour objectif de commencer à détailler l’importance du concept d’accessibilité des résultats de recherche pour influencer les politiques. Acquérir une compréhension générale du concept d’accessibilité (notamment de ses dimensions physiques, intellectuelles et sociales) permettra de cerner les perceptions des chercheurs et des responsables des politiques au Pérou quant à l’accessibilité de la recherche, afin de favoriser le partage accru des connaissances en la matière.

Biographie :

Mme Malich est titulaire d’une maîtrise en gouvernance mondiale délivrée par la Balsillie School of International Affairs de l’Université de Waterloo et d’un baccalauréat en affaires publiques et en gestion de politiques de l’Université Carleton. Avant de rejoindre l’Initiative Think tank, Mme Malich était chercheuse en santé mondiale au Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale et travaillait en tant qu’agente de promotion de la réglementation et la conformité pour Environnement Canada. Elle s’intéresse particulièrement au développement international, à la protection de l’environnement, aux politiques publiques et à la gouvernance.

Heather McIntosh

Programme : Économies en réseaux
Twitter : @hmcin041
Titre du projet : Tracing networks of influence: Digital innovations in the crisis response to the 2015 Nepal earthquakes (Détermination des réseaux d’influence : le rôle de l’innovation numérique dans les mesures de secours prises à la suite du séisme de 2015 au Népal)
Pays visé par la recherche : Népal

Description de la présentation :

L’innovation numérique continue d’apparaître comme un outil pertinent pour coordonner et répartir l’aide lors de la survenance de catastrophes. Sa capacité potentielle à fournir des solutions de communication peu coûteuses et efficaces aux citoyens dans le besoin en fait un outil particulièrement attrayant pour les pays en développement. Bien que les compétences nécessaires pour les utiliser, l’accès aux outils et aux réseaux, et les faibles taux d’alphabétisation puissent constituer des obstacles à la demande et l’obtention d’aide par les citoyens au moyen de l’innovation numérique, les catastrophes précédentes sont des exemples d’utilisation par les citoyens de ces solutions pour une mobilisation spontanée face à des situations critiques. Cette étude vise à comprendre le rôle de l’innovation numérique dans les crises et cherche notamment à savoir si (et comment) cet outil a favorisé ou entravé les mesures d’intervention déployées lors des tremblements de terre au Népal en 2015.

Biographie :

Avant de bénéficier d’une bourse de recherche du CRDI en janvier 2016, Mme McIntosh avait rejoint l’équipe du programme Économies en réseau en mars 2015, afin d’aider à gérer les activités de communication et de planification de la troisième Conférence internationale sur les données ouvertes. Elle est actuellement doctorante à l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur l’influence des technologies de communication sur la gestion et l’intervention organisationnelles en cas de crise. Elle enseigne également à temps partiel à la School of Social Communication de l’Université Saint-Paul et est adjointe à la rédaction de la version canadienne du Global Media Journal.

Rachel Kalbfleisch

Programme : Emploi et croissance
Twitter : @Rkalbfle
Titre du projet : Growth aspirations of youth micro-entrepreneurs in Nairobi: A case study of the Jua Kali manufacturing sector (Les objectifs de croissance des jeunes micro-entrepreneurs à Nairobi : étude de cas du secteur manufacturier dit « Jua Kali »)
Pays visé par la recherche : Kenya

Description de la présentation :

L’entrepreneuriat constitue une solution potentielle à la crise du chômage qui touche les jeunes en Afrique subsaharienne, non seulement parce qu’il permet de créer des emplois pour les entrepreneurs eux-mêmes, mais également parce qu’il permet de créer des postes pour des employés. Au Kenya, de nombreux jeunes se lancent dans l’entrepreneuriat par nécessité et créent de petites entreprises informelles pour survivre. Il est communément admis que ces entrepreneurs motivés par la nécessité ont des objectifs de croissance minimes, ce qui est un moteur important de croissance des entreprises actuelles. Cependant, on ne sait actuellement que très peu de choses sur les motivations et les intentions des jeunes chefs d’entreprise du secteur marginal de Nairobi, appelé Jua Kali. Cette étude fait la lumière sur les facteurs qui permettent d’expliquer les différences d’objectifs de croissance des jeunes micro-entrepreneurs kenyans et remet en question le point de vue apparemment prédominant selon lequel les entrepreneurs « par nécessité » ont des objectifs moins élevés que les personnes qui entreprennent par choix.

Biographie :

Mme Kalbfleisch suit actuellement un programme de maîtrise en développement international à la Norman Paterson School of International Affairs. Avant de rejoindre le programme Emploi et développement du CRDI, elle travaillait en tant qu’analyste débutante des politiques à Affaires mondiales Canada au sein du Bureau de l’économiste en chef. Elle est titulaire d’un baccalauréat en journalisme de l’Université Carleton. Elle s’intéresse particulièrement aux défis en matière de développement auxquels fait face l’Afrique subsaharienne, un intérêt qui est né d’une expérience d’organisation de programmes de randonnée au Kenya, en Ouganda et au Rwanda en 2011, lorsqu’elle était chef de programme en Afrique de l’Est chez Operation Groundswell.

Gussai Sheikheldin

Programme : Fondements pour l’innovation
Twitter : @GussaiHS
Titre du projet : Re-inviting innovation: Public technology intermediaries in Tanzania (Susciter à nouveau l’innovation : les intermédiaires technologiques publics en Tanzanie)
Pays visé par la recherche : Tanzanie

Description de la présentation :

Les intermédiaires technologiques publics constituent une part importante des efforts nationaux de la Tanzanie en matière de développement technologique depuis les années 1970. À l’instar de leurs homologues dans d’autres pays, les intermédiaires technologiques publics sont des organismes semi-indépendants établis par l’État, qui en demeure le propriétaire ou l’actionnaire principal (organismes parapublics). En s’appuyant sur leur propre structure et leurs propres procédures, les intermédiaires technologiques publics agissent à titre d’intermédiaire entre la recherche-développement, les industries et les marchés, conformément aux priorités nationales. La Tanzanie connaît une période de croissance économique importante, et alors que le secteur industriel/manufacturier est à la traîne, des politiques nationales sont mises en oeuvre pour stimuler les sciences, la technologie et l’innovation, et pour promouvoir l’industrialisation à l’aide d’une approche s’éloignant du statu quo. Afin de susciter à nouveau l’innovation, les intermédiaires technologiques publics doivent mettre à jour les aspects réglementaires et financiers hérités de l’époque de contrôle de l’économie du pays, avant 1990. Ces travaux examinent les défis et les occasions liées à la restructuration des intermédiaires technologiques publics pour améliorer leur appui complet des plans de développement de la Tanzanie.

Biographie :

M. Sheikheldin mène des travaux de recherche interdisciplinaires sur les dynamiques de la technologie et des politiques dans le contexte du développement durable. Son profil de recherche, qui met l’accent sur les pays à revenus faibles et intermédiaires, porte sur le changement technologique et le rôle des agents institutionnels de développement en Afrique, tels que les établissements de recherche-développement polytechnique, les entreprises émergentes productrices d’énergies renouvelables et les industries innovantes. Il est doctorant à la School of Environmental Design and Rural Development de l’Université de Guelph. Il est titulaire d’une maîtrise d’ingénierie et politiques publiques délivrée par l’Université McMaster et d’un baccalauréat en techniques d’ingénierie délivré par la Minnesota State University.

Andréanne Martel

Programme : Politique et évaluation
Twitter : @AndreanneMartel
Titre du projet : How might we integrate a complex issue and a scaling strategy  ? The case of including gender along the pathway to scale (Comment combiner une question complexe et une stratégie d’application à grande échelle ? L’exemple de l’intégration de la sexospécificité à l’application à grande échelle)
Pays visé par la recherche : Inde

Description de la présentation :

Malgré l’intérêt croissant des praticiens, des chercheurs et des bailleurs du secteur du développement international pour l’application à grande échelle, peu d’études s’intéressent aux enjeux et aux défis liés à l’application des résultats de recherche à grande échelle dans une optique sexospécifique. Quelles stratégies d’application à grande échelle ou quelles approches fonctionnent pour différentes catégories d’hommes, de femmes et de jeunes  ? Quelles sont les répercussions de ces approches sur les femmes et les filles  ? Quels sont les obstacles sexospécifiques du processus d’application à grande échelle  ? Quelles stratégies peuvent stimuler l’inclusion des femmes lors de l’application à grande échelle  ? Comment parvenir à des résultats durables et à grande échelle tout en encourageant l’égalité entre les sexes  ? Cette étude se fonde sur une analyse approfondie de plusieurs études de cas portant sur deux projets de recherche financés par le CRDI en Inde ces cinq dernières années (concernant tous les deux l’accès à la justice et la violence sexuelle). Ces deux projets prenaient en compte la sexospécificité et avaient pour objectifs de remettre en cause les normes, les pratiques ou les politiques en ayant recours à des stratégies de transformation et d’adaptation. Cette étude vise à répondre à une question essentielle : comment prendre en compte des enjeux complexes, mais importants, comme la sexospécifité, dans une stratégie d’application à grande échelle oeil ? Cette présentation s’appuie sur des recherches théoriques féministes pour examiner les approches, plans et discours relatifs à l’égalité des sexes des organismes de subvention de la recherche et des agences de développement.

Biographie :

Mme Martel est titulaire d’une maîtrise en science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Avant de se joindre au CRDI, elle était chargée de coordonner un centre de recherche sur la coopération internationale à l’UQAM. Elle a également coordonné un réseau international sur les ressources naturelles (REINVENTERRA) qui réunit des chercheurs provenant du milieu universitaire et des acteurs d’organisations de la société civile de trois régions (Afrique de l’Ouest, Asie du Sud-Est et Amérique latine). Depuis 2010, elle a également procédé à l’évaluation de projets qui ont vu le jour en Haïti après le séisme et ont été mis en oeuvre par des ONG et des organisations internationales.