Aller au contenu principal

Utilisez ce type pour entrer des renseignements sur un nouveau profil du CRDI. (p. ex : Conseil d'administration, Comité de gestion du Centre, Chercheurs canadiens, Anciens présidents, ..)

Pôles régionaux du KIX

25 avril 2020

Le Partage de connaissances et d’innovations du Partenariat mondial pour l’éducation, une initiative conjointe entre le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) et le CRDI, vise à améliorer les politiques et les pratiques d’éducation dans les pays du Sud.

La transmission et l’échange de connaissances sont l’une des principales fonctions du KIX. Les représentants des pays échangent des renseignements, des innovations et des meilleures pratiques pour établir leurs politiques et programmations en matière d’éducation, ainsi que pour combler les lacunes dans les connaissances et éclairer les priorités en matière de politiques.

Quatre pôles régionaux gérés par un partenaire d’apprentissage régional font office de services de courtage du savoir pour le KIX. Chacun d’eux représente un groupe de pays partenaires du PME et fonctionne comme un forum régional pour faciliter l’échange et la mobilisation de connaissances, l’apprentissage, la synthèse et la collaboration entre les principaux acteurs nationaux du domaine de l’éducation. Voici quelques exemples des responsabilités et objectifs généraux des pôles :

  • Favoriser l’échange de connaissances régionales axées sur la demande et renforcer la capacité des membres des pôles à cerner, utiliser, échanger et mobiliser des données probantes;

  • Produire des synthèses pertinentes de connaissances et de données probantes et les fournir aux acteurs concernés;

  • Favoriser une mobilisation régionale efficace ainsi que l’utilisation des connaissances et des données probantes.

Parmi les autres activités :

  • La réalisation d’examens du système d’éducation;

  • L’établissement de plateformes d’échange numériques;

  • L’élaboration d’un appel régional à l’action pour définir les priorités des parties prenantes en éducation.

Les pôles régionaux soutiennent également un autre élément essentiel du programme : le financement. Ils servent de mécanisme de financement pour l’octroi de subventions à l’échelle mondiale et régionale, afin d’investir dans la production de connaissances et dans l’innovation, et d’appliquer à grande échelle des approches éprouvées.

Les quatre pôles régionaux du KIX

Map of Africa

KIX Afrique 19 gère le pôle qui supervise les activités dans 19 pays partenaires du Partenariat mondial pour l’éducation, principalement en Afrique orientale et australe. Il s’agit d’un consortium composé de trois organisations :

  • L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), qui encourage la collaboration internationale dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture afin d’accroître le respect universel de la justice, de la loi et des droits de l’homme, ainsi que des libertés fondamentales proclamées dans la Charte des Nations unies.

  • Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), qui fournit une aide humanitaire et au développement à des enfants du monde entier.

  • L’Union africaine, qui est composée de 55 États membres et qui englobe l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA). L’ADEA, une institution panafricaine qui repose sur des partenariats entre les ministères africains de l’Éducation et de la Formation ainsi que leurs partenaires techniques et externes, vise à agir comme un catalyseur pour les réformes et les politiques et pratiques prometteuses en mettant en commun les idées, les expériences, les leçons apprises et les connaissances.

Map of Africa

KIX Afrique 21 gère le pôle qui supervise les activités dans 21 pays partenaires du Partenariat mondial pour l’éducation, principalement en Afrique occidentale et centrale. Il s’agit d’un consortium composé de trois organisations :

KIX EAP est composé d’une organisation qui supervise les activités des pays partenaires du Partenariat mondial pour l’éducation en Asie, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, et dans les îles du Pacifique :

Media
Map
  • Le Réseau sur les politiques et la coopération internationales en éducation et en formation (NORRAG), un réseau mondial composé de membres. Le mandat principal et la force du NORRAG sont la production, la diffusion et le courtage de connaissances essentielles, et le renforcement des capacités parmi le large éventail de parties prenantes qui constituent le réseau. Ces parties prenantes guident et façonnent les politiques et les pratiques d’éducation aux niveaux national et international. Elles sont liées par un engagement commun en faveur des principes de justice sociale, d’équité et de qualité dans l’éducation.

KIX ALC supervise les activités des pays partenaires du Partenariat mondial pour l’éducation en Amérique latine et dans les Caraïbes. Il s’agit d’un consortium de deux organisations :

  • SUMMA, créé en 2016 par la Banque interaméricaine de développement et la Fundación Chile avec le soutien des ministères de l’Éducation du Brésil, du Chili, de la Colombie, de l’Équateur, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, du Panama, du Pérou et de l’Uruguay. En tant que premier laboratoire de recherche et d’innovation en éducation pour l’Amérique latine et les Caraïbes, SUMMA a pour mission d’accroître la qualité, l’équité et l’inclusion au sein des systèmes d’éducation de la région en améliorant le processus décisionnel menant aux politiques et aux pratiques d’éducation.

  • L’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO), qui se consacre à l’harmonisation et à l’intégration économiques, à la protection des droits de l’homme et des droits juridiques, ainsi qu’à l’encouragement de la bonne gouvernance parmi les pays indépendants et non indépendants des Caraïbes orientales. L’OECO compte actuellement 11 membres répartis dans l’ensemble de la région : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Dominique, Grenade, Guadeloupe, Martinique, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les Grenadines et les îles Vierges britanniques.

 

Contact: kix@idrc.ca

La plateforme de modification génétique CRISPR/cas9 pour améliorer le rendement des vaccins dans les lignées cellulaires aviaires – Phase 2

Les maladies aviaires entraînent des pertes économiques dévastatrices pour les petits éleveurs du monde entier. Les œufs de poule embryonnés restent la principale plateforme de production de vaccins pour la volaille dans le monde entier, malgré des limites évidentes. Ces œufs sont généralement chers et principalement importés, ce qui limite l’accès aux vaccins pour les petits éleveurs en raison de leur prix élevé. Tout aussi importantes sont les considérations éthiques liées à l’utilisation des œufs de poule embryonnés et à la quantité importante de déchets d’œufs qui est produite – une question de coût critique, en particulier pour les pays à faibles et moyens revenus. En outre, l’offre des œufs de poule embryonnés, en particulier pendant les pandémies virales aviaires, est limitée, ce qui réduit la capacité à répondre à toute menace émergente.

L’amélioration de la production de vaccins à partir de la culture cellulaire est désormais une alternative majeure pour l’industrie des vaccins pour la volaille en général. L’objectif de ce projet est d’améliorer les rendements viraux en supprimant la barrière protectrice qui inhibe la reproduction de plusieurs virus hautement pathogènes pour l’animal et l’humain, dont le virus Ebola, la grippe et le VIH. Après l’achèvement d’une première phase réussie, ce projet fera avancer la recherche vers un prototype final de lignée cellulaire modifiée qui peut attirer un développement industriel et une commercialisation supplémentaire.

Cette nouvelle technologie pourrait réduire considérablement les coûts de production des vaccins. En outre, elle peut être utilisée dans de nombreux autres systèmes de production de vaccins existants, ce qui permet d’améliorer la disponibilité des vaccins contre un large éventail de maladies du bétail qui sont importantes pour les petits exploitants des pays en développement.

Ce projet est soutenu grâce au Fonds d’innovation en vaccins pour le bétail (FIVB), un partenariat entre la Fondation Bill et Melinda Gates, Affaires mondiales Canada et le CRDI. Le fonds représente un investissement conjoint de 57 millions de CAD sur cinq ans visant à financer le développement, la production et la commercialisation de vaccins innovants contre les maladies du bétail prioritaires en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Asie du Sud-Est.

Project ID
109615
Project Status
Actif
Duration
20 months
IDRC Officer
Victor Mbao
Total Funding
CA$ 1,175,900.00
Location
Asie du sud
Sud du Sahara
Programmes
Systèmes alimentaires résilients au climat
Fonds d’innovation en vaccins pour le bétail
Institution Country
United Kingdom
Project Leader
Institution
The Pirbright Institute

Un nouvel accord numérique pour un pacte social inclusif post-COVID-19 : développer des stratégies numériques pour la reconstruction sociale

Pour de nombreuses personnes dans le monde, les technologies numériques ont permis de poursuivre le travail, l’éducation et la communication pendant la pandémie de COVID-19. Toutefois, pour la moitié de la population mondiale qui ne peut pas se connecter à Internet, la pandémie a mis en lumière l’inégalité d’accès et de distribution des technologies numériques dans le monde. Cette fracture numérique persistante sape la capacité des gouvernements à exploiter les technologies pour la prestation efficace et sûre des services nécessaires en ligne, ce qui signifie que l’éducation, le commerce et l’aide d’urgence ne sont pas accessibles à ceux qui en ont le plus besoin.

Ce projet étudiera les liens entre l’économie informelle et la transformation numérique de la gouvernance. Parmi les questions examinées figurent la possibilité de « formaliser » les petites entreprises et d’augmenter ainsi l’assiette fiscale qui finance la protection sociale; l’impact des services numériques pendant le confinement et la reprise éventuelle; les facteurs qui freinent l’accès numérique; et le rôle de la gouvernance démocratique et de la responsabilité. Le projet vise à étayer les débats politiques sur le rôle de la numérisation dans la gestion des catastrophes et des pandémies, et la reconstruction économique et sociale des économies émergentes. Il fournira des signaux immédiats aux décideurs politiques sur les forces et les faiblesses des stratégies de réponse actuelles et contribuera à créer les conditions de la reprise économique grâce à l’amélioration des flux d’information et des rendements associés à la numérisation.

Le projet portera sur six pays : La Colombie, l’Inde, le Nigeria, le Pérou, l’Afrique du Sud et le Sri Lanka, et permettra d’établir des comparaisons avec d’autres pays de ces régions.

Project ID
109488
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Ruhiya Seward
Total Funding
CA$ 1,668,100.00
Location
Colombie
Inde
Nigéria
Pérou
Sud du Sahara
Asie du sud
Sri Lanka
Programmes
Gouvernance démocratique et inclusive
Gouvernance et justice
Institution Country
South Africa
Project Leader
Institution
Research ICT Africa

Produire des données probantes rigoureuses sur les interventions qui mènent à des systèmes alimentaires équitables et durables

L’inégalité entre les sexes est très répandue dans l’agriculture, bien que les femmes soient fortement engagées dans ce secteur. Alors que les systèmes alimentaires subissent des transformations dues aux changements climatiques et à la croissance démographique, il est essentiel de veiller à ce que ces changements n’entraînent pas d’inégalités entre les sexes, n’exacerbent pas les inégalités existantes ou ne délaissent personne, en particulier les femmes. Il faut pour cela mieux comprendre les multiples voies par lesquelles l’évolution des systèmes alimentaires peut favoriser ou entraver l’égalité des sexes, ou, à l’inverse, comment l’égalité des sexes pourrait conduire à des systèmes alimentaires plus robustes qui répondent aux besoins et aux priorités de tous. Jusqu’à présent, les discussions et les cadres des systèmes alimentaires n’ont pas tenu compte de la sexospécificité.

Ce projet cherche à déterminer les interventions, et donc les solutions, qui peuvent soutenir un résultat positif pour l’égalité des sexes au fur et à mesure de l’évolution rapide de ces systèmes alimentaires. Cela nécessitera des actions à trois niveaux clés : la production agricole, la distribution et la livraison (chaîne de valeur) et la consommation (décisions en matière d’alimentation). Au moins deux points névralgiques en matière de climat et d’inégalité entre les sexes en Afrique et en Asie du Sud et du Sud-Est seront déterminés pour être étudiés.

Le projet analysera les systèmes alimentaires et la dynamique sexospécifique dans les systèmes afin d’établir les leviers des inégalités. Il établira ensuite des priorités et mettra à l’essai un ensemble d’innovations optimisées pour parvenir à un système alimentaire sexospécifique. Les principaux résultats de cette recherche seront des données et des éléments de preuve sur la manière d’optimiser les résultats en matière d’égalité des sexes dans le contexte de l’évolution rapide des systèmes alimentaires. Elle fournira également des données probantes sur les combinaisons d’interventions dans le système alimentaire et d’interventions sexospécifiques, telles que l’accès et le contrôle des ressources et des revenus, qui conduisent à l’égalité des sexes et à des systèmes alimentaires durables.

Project ID
109431
Project Status
Actif
Duration
30 months
IDRC Officer
Renaud De Plaen
Total Funding
CA$ 1,500,000.00
Location
Asie du sud
Sud du Sahara
Programmes
Systèmes alimentaires résilients au climat
Systèmes alimentaires résilients au climat
Agriculture et sécurité alimentaire
Institution Country
France
Project Leader
Institution
CGIAR system organization

Ne laisser personne pour compte : Lutter contre les inégalités et les exclusions grâce à l’Indice mondial du pluralisme

e Programme 2030 comprend une aspiration à réaliser des progrès durables pour tous et à « ne laisser personne pour compte », mais l’exclusion systématique et les inégalités structurelles persistent dans le monde entier. Le manque de capacité pour évaluer l’état de l’exclusion et surveiller les tendances au fil du temps constitue un obstacle majeur empêchant de surmonter ces problèmes.

Le Centre mondial du pluralisme définit le pluralisme comme un ensemble de valeurs et d’actions fondées sur le respect de la diversité, qui soutiennent et alimentent les sociétés inclusives. Le Centre a élaboré un cadre analytique unique appelé « Indice mondial du pluralisme », qui est fondé sur une recherche qualitative sur les moteurs du pluralisme dans différentes sociétés et qui comprend des indicateurs de pluralisme ainsi qu’une méthodologie de mesure qui a été mise à l’essai dans certains pays. S’appuyant sur un programme de recherche de cinq ans, le Centre mondial du pluralisme est désormais en mesure de préparer le terrain pour mettre à l’échelle la couverture géographique de l’Indice.

Le Centre mondial du pluralisme mènera des recherches pour améliorer la capacité de saisir la nature intersectionnelle de la diversité et des expériences de pluralisme dans le monde. En outre, il établira et collaborera avec un réseau de partenaires dans trois régions pour effectuer des évaluations au moyen de l’Indice dans six pays. Les résultats faciliteront la collaboration avec d’importants intervenants du pays afin d’éclairer les politiques et les pratiques. Afin de promouvoir l’application des résultats pour en permettre l’utilisation concrète, le Centre mondial du pluralisme renforcera les capacités d’analyse et de diffusion des données, notamment grâce à l’élaboration d’une plateforme interactive de visualisation des données.

Project ID
109354
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Tavinder Nijhawan
Total Funding
CA$ 500,000.00
Location
Nord du Sahara
Asie du sud
Sud du Sahara
Institution Country
Canada
Project Leader
Institution
Global Centre for Pluralism/Centre mondial du pluralisme
Institution Country
Canada
Institution
Global Centre for Pluralism/Centre mondial du pluralisme

Concevoir des stratégies d’évaluation et de communication afin de générer un impact pour les centres de cyberpolitique – DECI-4

De nombreuses évaluations stratégiques ont révélé que l’apprentissage et les communications sont essentiels aux interventions en matière de recherche pour le développement. Cependant, l’apprentissage stratégique et les communications pour le développement sont difficiles, et les projets ont besoin de stratégies d’adaptation adaptées à des contextes complexes et changeants afin de garantir que la recherche contribue à des changements positifs dans les écosystèmes politiques. Il n’existe aucun plan directeur pour mener une recherche efficace pour le développement, mais, pour y arriver, il faut faire preuve de souplesse et de réflexion prospective. Ce projet prévoit le renforcement des capacités organisationnelles pour aider les centres de cyberpolitique à accroître l’impact de la recherche en renforçant leurs capacités en matière d’évaluation, de communication de la recherche et de gestion adaptative.

L’initiative des centres de cyberpolitique appuie le renforcement organisationnel à l’intention d’un ensemble de groupes de réflexion et d’action régionaux spécialisés dans les recherches sur les politiques publiques qui sont à l’avant-garde de l’intelligence artificielle, des données et des sociétés Internet. Le projet Concevoir des stratégies d’évaluation et de communication afin de générer un impact (DECI) est le principal mécanisme de renforcement de ce groupe d’institutions. Quant au projet DECI-4, il combine des méthodes d’évaluation, de communication et d’apprentissage, en offrant du mentorat tout au long du cycle du projet. Des évaluations externes ont démontré que les bénéficiaires de subventions du CRDI ont intérêt à avoir un partenaire d’apprentissage ou un mentor qui appuie la réflexion, la planification stratégique et les pratiques de gestion adaptative pour aider à renforcer le développement organisationnel.

Le projet DECI-4 procédera également à une évaluation de la modalité des centres de cyberpolitique à l’échelle du programme afin d’aider le CRDI à évaluer l’impact et l’efficacité de cette approche. Conformément à sa propre approche à l’égard du changement, le programme des centres de cyberpolitique a un ensemble d’hypothèses qui méritent d’être examinées et confirmées. L’examen aidera le CRDI à comprendre comment le soutien a conduit au renforcement organisationnel et permettra de déterminer les résultats attendus et inattendus.

Project ID
109338
Project Status
Actif
Duration
24 months
IDRC Officer
Ruhiya Seward
Total Funding
CA$ 226,875.00
Location
Amérique du Sud
Asie du sud
Sud du Sahara
Programmes
Gouvernance démocratique et inclusive
Économies en réseaux
Institution Country
Canada
Project Leader
Institution
New Economy Development Group, Inc.

Climat et résilience – Coûts de fonctionnement pour le renforcement des capacités

Ce projet appuiera le partenariat Climat et résilience en couvrant les coûts opérationnels, y compris les salaires et les avantages sociaux, les frais de bureau et les déplacements du personnel du CRDI. Des documents d’approbation de projet distincts autoriseront l’exécution de projets de recherche et d’activités individuels en ce qui concerne la gouvernance, la communication et l’évaluation des programmes.

Le Fonds de transition Climat et résilience est un partenariat entre le CRDI et le Department for International Development du Royaume-Uni. Il s’agit d’un investissement conjoint de 7,1 millions de dollars canadiens sur deux ans visant à accroître, à mettre en œuvre et à évaluer les répercussion de la recherche sur le climat, ainsi qu’à concevoir la prochaine génération de recherches nécessaires pour accélérer l’adaptation et catalyser l’action sur le climat dans les pays du Sud.

Project ID
109311
Project Status
Actif
Duration
24 months
IDRC Officer
Bruce Currie-Alder
Total Funding
CA$ 707,788.00
Location
Bangladesh
Ghana
Inde
Kenya
Madagascar
Mali
Mozambique
Namibie
Sénégal
Asie du sud
Sud du Sahara
Zimbabwe
Programmes
Systèmes alimentaires résilients au climat
Adaptation aux changements climatiques et résilience

La technologie et l’avenir du travail : Répercussions sur les inégalités dans les pays du Sud

Ce projet vise à répondre aux préoccupations croissantes concernant le risque que les changements technologiques n’exacerbent les inégalités dans les pays du Sud. Une grande partie de la réflexion actuelle qui sous-tend ce point de vue est spéculative et étayée par peu de données probantes empiriques. Lorsqu’il existe des données probantes, ces dernières ont tendance à ignorer les particularités de l’emploi dans les pays du Sud – par exemple, l’importante économie informelle, le chômage à vaste échelle, et les tendances sexospécifiques du travail rémunéré et non rémunéré. L’objectif de ce projet est de combler cette lacune importante en matière de connaissances et de produire une base de données probantes afin d’éclairer les discussions concernant les répercussions des changements technologiques sur l’avenir du travail et les inégalités dans les pays du Sud.

En se concentrant sur trois questions clés – les modèles de changement technologique et leurs répercussions sur l’avenir du travail; la protection sociale et le travail de soins; et l’économie informelle – le projet explorera le lien entre les progrès technologiques, l’avenir du travail et les inégalités dans les pays du Sud (en mettant l’accent sur l’Afrique subsaharienne et le Moyen-Orient). De plus, des études axées sur un secteur précis viendront compléter ces travaux et fourniront des données probantes contextuelles dans des domaines tels que l’exploitation minière, les services bancaires, le travail de soins, la fabrication et l’économie numérique/de plateforme.

L’expertise en matière de politique et de recherche au sein des pays du Sud sera exploitée pour faire entendre la voix et le point de vue des pays du Sud. En permettant la mise en place d’un réseau de recherche des pays du Sud, le projet visera à élaborer et à diffuser des politiques rigoureuses et fondées sur des données probantes, ainsi que des meilleures pratiques pour relever les défis liés à l’avenir du travail dans les pays sélectionnés.

Project ID
109330
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Martha Melesse
Total Funding
CA$ 803,900.00
Location
Moyen-Orient
Nord du Sahara
Sud du Sahara
Asie du sud
Sud du Sahara
Institution Country
South Africa
Project Leader
Institution
WITS Commercial Enterprise (Proprietary) Limited

Occasions, coûts et résultats liés au travail à domicile plateformisé pour les femmes : Études de cas au Cambodge, au Myanmar et en Thaïlande

Ce projet comblera des lacunes importantes en matière de connaissances sur les occasions qu’ont les femmes de travailler à domicile sur des plateformes numériques et permettra de comparer différentes formes de travail sur une plateforme. Les résultats serviront à éclairer les recommandations fondées sur des données probantes à l’intention des décideurs politiques et des entreprises de plateforme, dans le but ultime de soutenir l’utilisation par les femmes des plateformes numériques de manière à accroître leur capacité d’agir, leur sécurité économique et leur inclusion.

Les recherches indiquent que, en raison des normes sociales restrictives, les femmes dans les pays du Sud travaillent souvent à domicile. En outre, les femmes valorisent la souplesse qui leur permet d’équilibrer les tâches domestiques et la génération de revenus. L’économie des plateformes — en particulier les plateformes de main d’œuvre, les marchés en ligne et les médias sociaux — crée de nouvelles possibilités d’emploi et d’entrepreneuriat pour les femmes qui ont des entreprises à domicile et qui semblent faire preuve d’une grande souplesse. Enfin, les données probantes montrent que les femmes des pays du Sud utilisent de plus en plus ces plateformes.

En fournissant des données probantes sur les différentes formes de travail à domicile sur une plateforme et leur impact sur les marchés du travail des femmes au Cambodge, au Myanmar et en Thaïlande, ce projet soutiendra un effort multipartite visant à accroître les possibilités des femmes et à améliorer leur autonomisation dans un contexte de promotion de la « plateformisation ». Les recherches transnationales qui examineront ces questions mettront en lumière les façons dont les environnements politiques et réglementaires façonnent la participation des femmes aux différentes formes de travail à domicile reposant sur une plateforme numérique.

À mesure que les entreprises de plateforme étendent leurs activités et pénètrent de nouveaux marchés tels que le Myanmar et le Cambodge, une meilleure compréhension de la dynamique du travail à domicile sur une plateforme pour les femmes pourrait fournir des recommandations concrètes aux entreprises pour qu’elles mettent en place des politiques plus sensibles aux sexospécificités qui favorisent l’autonomisation des femmes.

Project ID
109328
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Gillian Dowie
Total Funding
CA$ 754,700.00
Location
Cambodge
Birmanie
Asie du sud
Thaïlande
Programmes
Économies durables et inclusives
Emploi et croissance
Institution Country
United States
Project Leader
Institution
JustJobs Network Inc.

Promouvoir un secteur privé résilient et inclusif dans des contextes fragiles : Une étude de cas concernant certains pays africains

Selon les estimations, plus de 80 % des personnes les plus pauvres du monde vivront dans des contextes fragiles d’ici 2030. L’Organisation de coopération et de développement économiques note que 38 des 58 pays fragiles du monde se trouvent en Afrique, ce qui représente 28 % de la population du continent. Si l’on veut atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies, il faudra effectuer un changement transformateur qui libérera le potentiel économique des pays fragiles d’Afrique et qui aura un effet positif sur les communautés locales.

La promotion d’un secteur privé résilient et durable pour avoir un impact revêt une importance cruciale. Ce projet permettra de mieux comprendre l’écosystème d’investissement à impact dans certaines économies africaines fragiles. Il fera la lumière sur leurs spécificités, et documentera les occasions et les défis en matière d’investissement à impact. De plus, l’équipe de recherche concevra des modèles d’investissement à impact ainsi que des stratégies de construction d’écosystèmes. Les conclusions fourniront des éléments pour l’élaboration d’un rapport détaillé et permettront d’éclairer l’engagement des parties prenantes pendant les principaux forums en Afrique et en Asie.

Project ID
109313
Project Status
Actif
Duration
12 months
IDRC Officer
Flaubert Mbiekop
Total Funding
CA$ 289,300.00
Location
Asie du sud
Sud du Sahara
Institution Country
Kenya
Project Leader
Institution
Intellecap Advisory Services Private Limited
S'abonner à Asie du sud