Aller au contenu principal

Financement à venir pour une intervention de recherche rapide contre la variole simienne

13 juillet 2022
Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le CRDI, au nom du gouvernement du Canada, collaborent à la création d’une possibilité de financement accélérée qui sera offerte pour réagir rapidement aux flambées de variole simienne au Canada et en Afrique. Le concours sera lancé la semaine du 1 août 2022.
Lésions de la variole du singe sur une main et un avant-bras.
Lésions typiques de la variole simienne.

Tous les projets de recherche doivent être codirigés par des chercheurs canadiens et africains. La subvention maximale disponible sera de 3 millions de dollars canadiens sur une période pouvant aller jusqu'à deux ans sous la forme d'une seule subvention. Ce montant peut augmenter si le financement de partenaires devient disponible. Un complément à une subvention ou son renouvellement peut être possible en fonction de l'évolution de l'épidémie de variole simienne.  

Étant donné l’importance d’une réponse de recherche interdisciplinaire, cette possibilité de financement inclura une étape de manifestation d'intérêt. Tous les candidats doivent soumettre un résumé de 250 mots maximum décrivant les premières réflexions concernant leur proposition et les approches potentielles de collaboration avec des chercheurs nationaux et internationaux. 

De plus amples renseignements sur ce concours sont affichés sur le site web d’IRSC.

L'IA au service de la santé mondiale

30 juin 2022

Le programme Intelligence artificielle au service de la santé mondiale (IASM) est un investissement de 15,5 millions de dollars canadiens sur cinq ans du CRDI. Il finance des chercheurs des pays du Sud afin de renforcer les systèmes de santé en tirant parti de solutions faisant appel à l'intelligence artificielle (IA) responsable et contextualiser pour améliorer la santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM) pour les femmes et les filles, et soutenir une préparation et des réponses plus efficaces et équitables aux épidémies et aux pandémies.

Le défi

L'usage de l'IA transforme la planification des systèmes de santé et la manière dont les services de santé sont fournis dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI). Lorsque les solutions faisant appel à l'IA sont mises en œuvre à l'aide d'approches centrées sur les personnes et fondées sur les droits, elles peuvent générer des gains en matière d'efficacité et améliorer les résultats en matière de santé, depuis la surveillance de la santé publique jusqu'aux points de service de soins de santé. L'IA offre également la possibilité de soutenir la préparation, la reprise et la réponse face aux pandémies et aux épidémies.  

Malgré la promesse de l'IA d'améliorer la santé mondiale, il existe d'importantes implications éthiques, juridiques et sociales qui, si elles ne sont pas gérées et gouvernées de manière appropriée, peuvent se traduire par des risques bien réels pour les personnes et les populations. L'augmentation actuelle de la demande de solutions faisant appel à l'IA axées sur la santé dans les PFR-PRI n'est pas proportionnelle aux investissements réalisés afin de renforcer les systèmes de santé, les données crédibles, les personnes qualifiées et l'infrastructure informatique requise.

L'initiative ou notre approche

Le programme IASM soutiendra des travaux dans les domaines suivants :

  • Réseau mondial de recherche sur la mise en œuvre de la prévention, de la préparation et de la réponse aux épidémies et aux pandémies : conception, mise en œuvre, utilisation, mise à l'échelle et gouvernance d'innovations faisant appel à l'IA contextualisées et responsables.
  • Pôles régionaux de recherche sur la mise en œuvre de la santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM) : concevoir, mettre en œuvre, utiliser, étendre et gouverner des innovations faisant appel à l'IA contextualisées et responsables.  
  • Soutenir la recherche et les innovations en matière d'IA responsable : recherche et soutien sur le développement et le déploiement de l'IA de manière responsable, y compris les analyses de genre et intersectionnelles.
  • Ensembles de données représentatifs des PFR-PRI : sur la santé sexuelle, reproductive et des mères.
  • Commercialisation de solutions faisant appel à l'IA : soutenir les entreprises en phase de démarrage pour qu'elles puissent commercialiser leurs innovations en matière d'IA pour la santé.
  • Échange et application des connaissances : soutenir la collaboration, les capacités et l'application des connaissances à travers tous les projets du programme IASM pour se positionner en vue d'avoir des répercussions.

Apprenez-en davantage :

FAQ pour les organismes (pôles) gérant des réseaux d’innovation régionaux dans le domaine de l’intelligence artificielle afin d’améliorer les résultats en matière de santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM)

1. Les propositions de quels pays sont admissibles au financement?

Cet appel à propositions est ouvert à la sélection d’organismes individuels ou de groupes d’organismes ayant leur siège dans les régions respectives (région MOAN, région ALC et Asie), la préférence étant donnée aux organismes des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI). Veuillez consulter l’annexe 3 de l’appel pour connaître les pays admissibles.

2. Quelle est la portée géographique de l’initiative?

Pour cette initiative, les organismes individuels ou les groupes d’organismes doivent avoir leur siège en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes (région ALC), ou au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (région MOAN).

3. Qui peut répondre à cet appel à propositions complètes?

Cet appel à propositions n’est pas ouvert aux individus ou aux ministères et agences gouvernementales, mais il est ouvert aux instituts de recherche publics et aux centres, laboratoires et départements universitaires publics.

4. S’il s’agit d’un consortium, qui soumettra la proposition au CRDI?

Un consortium doit désigner un organisme demandeur principal qui devra présenter la proposition, assumer la responsabilité de la gestion des fonds de subvention du CRDI et coordonner les ententes de financement avec d’autres organismes du consortium.

5. L’expression d’intérêt de l’appel à propositions complètes indique que 6 à 10 projets de recherche portant sur l’innovation seront soutenus. Existe-t-il des directives sur la manière dont les projets doivent être répartis entre la recherche et l’innovation?

Non, c’est quelque chose qui peut être déterminé par le pôle comme approprié afin d’atteindre les résultats du réseau. Les pôles doivent être sélectionnés dans les trois régions (Asie, région ALC et région MOAN).

6. La composition des consortiums qui est de trois membres est-elle une variable fixe ou ce nombre peut-il être plus important?

Trois est le nombre maximum de membres officiels d’un consortium. D’autres institutions collaboratrices peuvent être incluses dans la conception du réseau; toutefois, ces institutions ne seront pas officiellement reconnues dans la convention de subvention. Notez également que l’accord contractuel du CRDI ne sera signé qu’avec l’organisme demandeur principal. Les deux autres organismes seront estimés comme des sous-bénéficiaires.

7. Quelle est la durée du financement?

Le financement de la recherche sera assuré pour une durée maximale de 36 mois.

8. Quand les personnes ayant soumis une proposition seront-elles informées du résultat?

Les personnes ayant soumis une proposition seront informées au plus tard le 16 septembre 2022 de l’avancement de leur proposition dans le processus d’examen.

Le CRDI se réserve le droit de mettre un terme au processus à tout moment et sans préavis ou, à sa discrétion, d’accorder la totalité des subventions ou de ne pas en accorder dans le cadre du présent appel. En outre, les subventions ne seront accordées que sous réserve de la disponibilité des fonds.

9. Où devons-nous présenter notre proposition?

Veuillez soumettre votre proposition au moyen de ce lien avant le 16 août 2022. Les propositions présentées par courriel ne seront pas acceptées.

10. Si nous avons des questions, comment pouvons-nous obtenir des réponses?

Les demandes de renseignements concernant l’appel à propositions de l’initiative IASM et le processus associé doivent être adressées par courriel à AI4GH@idrc.ca. Les demandes pour lesquelles il est possible de trouver une réponse en lisant attentivement le document de l’appel ou des documents associés ne recevront pas de réponse. Les nouvelles questions et réponses importantes seront ajoutées à cette liste.

11. Les coûts indirects peuvent-ils être inclus dans le budget total du projet?

Le CRDI s’attend à ce que les bénéficiaires de subventions absorbent les coûts indirects ou les frais administratifs d’un projet dans le cadre de leur contribution à titre de bénéficiaire d’une subvention du CRDI. Lorsqu’un organisme a une politique de recouvrement des coûts indirects justifiable, le CRDI peut autoriser des coûts indirects (voir ci-dessous) pouvant atteindre 13 % de tous les coûts administrés par le bénéficiaire de subvention du CRDI. Le taux des coûts indirects proposé dans le budget ne doit pas dépasser le taux organisationnel du bénéficiaire de subvention et devrait être vérifiable.

Lorsqu’un projet comprend des sous-bénéficiaires de subventions du CRDI qui administrent une partie du projet, la contribution maximale peut être répartie par l’organisme demandeur principal et l’organisme codemandeur, mais elle ne doit jamais dépasser 13 % du budget total.

12. Y a-t-il un format particulier pour donner suite à l’appel?

Oui, ceci est décrit dans le document d’appel à propositions. Les annexes sont exclues du nombre maximal de pages.

La durée du projet doit être indiquée en mois.

13. La devise du budget doit-elle être en dollars canadiens?

Le montant total du financement demandé par l’organisme demandeur principal doit être présenté dans sa monnaie locale et son équivalent en dollars canadiens. Le montant du financement demandé par l’organisme codemandeur canadien doit être présenté en dollars canadiens.

14. Un cofinancement est-il nécessaire?

Non. Un cofinancement n’est pas requis pour cet appel. Néanmoins, dans le cas des candidats qui sont sélectionnés pour recevoir une subvention, la politique du CRDI sur les contributions locales s’appliquera de la façon énoncée ci-après.

  • Tout organisme demandeur sélectionné pour recevoir un financement du CRDI sera tenu d’apporter des contributions locales au projet.
  • Les contributions locales représentent les montants en espèces déboursés par l’organisme demandeur et provenant de ses propres ressources, de subventions privées ou de subventions reçues d’autorités locales, provinciales ou nationales à l’appui du projet.
  • Les contributions en nature peuvent comprendre le salaire du personnel permanent, ainsi que le matériel, les infrastructures et les coûts indirects.
  • Les contributions locales doivent figurer dans le budget du projet.

15. Est-ce que je recevrai une rétroaction au sujet de ma proposition?

Seules les personnes ayant soumis des propositions qui répondent à tous les critères d’admissibilité et qui passent au Comité d’examen externe recevront des commentaires.

Appel à propositions : Organismes (pôles) gérant des réseaux d’innovation régionaux dans le domaine de l’intelligence artificielle afin d’améliorer les résultats en matière de santé sexuelle, reproductive et des mères

Une photo illustrant l'application de l'intelligence artificielle à la santé

Les propositions complètes doivent être reçues au plus tard le 16 août 2022 à 23 h 59, heure avancée de l’Est (HAE). Veuillez noter que la date limite est prolongée jusqu'au 16 août et que le processus de soumission sera retardé d'une semaine.

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) a le plaisir d’annoncer un appel à propositions visant à sélectionner jusqu’à trois établissements qui établiront des pôles régionaux afin de gérer des réseaux en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes (région ALC), et au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (région MOAN). Chaque pôle sera géré par un établissement (ou un consortium d’établissements) basé dans la région et développera un réseau de recherche régional basé sur un processus de sélection compétitif axé sur l’amélioration des résultats en matière de santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM) à l’aide d’approches et de solutions faisant appel à l’intelligence artificielle (IA) responsable.

À propos du CRDI, des divisions de programme et des axes

Le CRDI est une société d’État créée en 1970 par le Parlement du Canada. Le CRDI soutient et renforce les capacités des personnes ainsi que des établissements et organismes des pays en développement d’exécuter les travaux de recherche qu’ils estiment les plus urgents. Il travaille avec des chercheurs et des utilisateurs de la recherche afin de les aider à relever les défis de l’heure dans leur pays et à contribuer à l’avancement de leur discipline à l’échelle mondiale.

La stratégie décennale du Centre, la Stratégie 2030, fait valoir la vision du CRDI à l’égard d’un monde plus durable et inclusif, et prévoit la mission suivante pour le Centre : le CRDI sera un chef de file de la recherche pour le développement, en investissant dans la recherche et l’innovation de haute qualité, en favorisant la mutualisation des connaissances et en mobilisant des alliances pour des sociétés plus durables, plus prospères et plus inclusives. (Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la Stratégie 2030 du CRDI.)

Dans le cadre de cette stratégie, nous avons défini les cinq programmes suivants qui façonneront les interventions du CRDI au cours de la prochaine décennie – faire du savoir un outil en vue d’améliorer les conditions de vie dans les pays en développement :

  • Systèmes alimentaires résilients au climat
  • Gouvernance démocratique et inclusive
  • Éducation et sciences
  • Santé mondiale
  • Économies durables et inclusives

L’égalité des genres et l’inclusion sont au cœur de l’ensemble de nos programmes. Dans les sections suivantes, vous verrez comment nous prévoyons aborder cet aspect dans l’ensemble de nos programmes.

Cet appel est une initiative conjointe des programmes Santé mondiale et Éducation et sciences. Il vise à tirer parti des investissements du CRDI dans l’IA et le renforcement des systèmes de santé axés sur les personnes afin de faire progresser l’apprentissage sur la façon dont les applications de l’IA peuvent être mises à l’essai et à l’échelle en vue d’améliorer les résultats liés à la santé sexuelle, reproductive et des mères.

Aperçu de l’appel

Contexte et justification

L’utilisation de l’IA permet de transformer la planification des systèmes de santé et la manière dont les services de santé sont fournis dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI). Une IA conçue et mise en œuvre de manière responsable peut contribuer à améliorer les résultats en matière de santé mondiale. Dans le domaine des résultats de la SSRM, les applications de l’IA ont le potentiel de renforcer les points de service de soins de santé, de guider les diagnostics et de fournir des renseignements personnalisés fondés sur l’analyse en temps réel des données pertinentes. Par exemple, des modèles et des applications d’IA ont été mis au point afin de faciliter la détection précoce de la pré-éclampsie et améliorer la précision du dépistage du VIH.

Dans les pays à faible revenu, les indicateurs relatifs à la santé sexuelle, reproductive et des mères – que l’on appelle aussi plus généralement la santé sexuelle et reproductive et les droits connexes (SSRD) – ne sont pas sur la bonne voie en vue d’atteindre l’objectif de développement durable (ODD) 3 : Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge. L’inadéquation de la prestation de SSRM a été associée à des grossesses non désirées, notamment chez les adolescentes, à des mariages précoces et forcés, à des complications liées à des avortements à risque, à la violence sexospécifique et à une augmentation des infections transmissibles sexuellement (ITS). Cette situation touche particulièrement les groupes vulnérables tels que les adolescentes, les personnes en situation de handicap, les personnes réfugiées et les populations déplacées à l’intérieur des pays. La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions dévastatrices sur les résultats de la SSRD, comme l’accès aux services essentiels et le soutien aux survivantes de la violence sexospécifique. L’inégalité entre les genres, le point central de l’ODD5, est un défi essentiel que les femmes et les filles doivent surmonter, notamment en ce qui a trait aux questions relatives à la santé sexuelle et reproductive.

Malgré la promesse de l’IA d’améliorer les résultats de la SSRM, il existe d’importants risques éthiques, juridiques et sociaux qui doivent être gérés, atténués et gouvernés de manière appropriée. Par exemple, des préjugés nuisibles peuvent être intégrés dans les algorithmes, ce qui peut se traduire par des messages de santé publique, des diagnostics et des protocoles de traitement qui comportent des biais. En outre, une grande partie des données nécessaires au développement de modèles d’IA peut comporter des défis en matière de SSRM et est non représentative ou inaccessible. L’augmentation actuelle de la demande de solutions en matière d’IA axées sur la santé dans les PFR-PRI n’est pas proportionnelle aux investissements réalisés afin de renforcer les systèmes de santé, les données crédibles, les personnes qualifiées et l’infrastructure informatique requise.

Principaux objectifs

Grâce à cet appel, jusqu’à trois pôles seront mis en place et gérés, un respectivement dans la région MOAN, la région ALC et l’Asie. Ces pôles seront gérés par un organisme ou un consortium d’organismes régionaux. Chacun de ces pôles sera chargé d’établir, de gérer et de soutenir la mise en œuvre de réseaux de recherche dans sa région respective. La mise en place du réseau consiste à lancer un appel ouvert pour sélectionner des projets de recherche relatifs à la mise en œuvre, dans la région correspondante, qui travaillent sur la SSRM ou effectuent des recherches sur les innovations en matière d’IA relatives à la SSRM, l’approche typique étant de sélectionner entre six et dix projets. Les projets sélectionnés devraient représenter la diversité linguistique, de genre et géographique de la région respective, la diversité des domaines d’application de l’IA à la SSRM, et la diversité des parties prenantes concernées, par exemple, les universitaires qui effectuent des recherches, les jeunes entreprises, les ministères de la santé, les think tanks orientés vers la recherche, les cabinets de conseil, les laboratoires ou les groupes communautaires. Les projets de recherche portant sur l’innovation qui sont sélectionnés recevront un financement et un soutien sous forme de subventions secondaires pour un projet de recherche sur la mise en œuvre d’une durée d’au moins 18 mois.

L’objectif général de chacun des trois réseaux de recherche portant sur l’innovation est de faire progresser la SSRM dans la région MOAN, la région ALC et l’Asie au moyen d’une recherche de mise en œuvre favorisant le développement et le déploiement responsables des innovations en matière d’IA. Par responsables, nous entendons des innovations en matière d’IA qui sont éthiques, respectent les droits de la personne, sont inclusives et contribuent à la durabilité environnementale.

Les objectifs spécifiques visent à :

  1. Renforcer le corpus de données probantes multidisciplinaires émergeant des personnes effectuant des recherches basées dans les PFR-PRI sur la façon de développer et de mettre à l’échelle des innovations responsables en matière d’IA pour améliorer la SSRM dans la région MOAN, la région ALC ou l’Asie.
  2. Renforcer les capacités de recherche en matière d’innovation dans la région MOAN, la région ALC ou l’Asie pour élaborer, déployer et mettre à l’échelle des applications en matière d’IA responsables dans des contextes « réels » afin d’améliorer les résultats en matière de SSRM.
  3. Approfondir la compréhension et les pratiques éclairées pour améliorer l’inclusion sociale et de genre et limiter les préjugés qui y sont liés dans la conception, la mise en œuvre et l’utilisation des solutions en matière d’IA pour la SSRM.
  4. Influencer les politiques, les pratiques et les efforts en matière d’IA et de SSRM afin de développer ou de commercialiser des solutions relatives à l’IA qui sont responsables.

Les principales responsabilités des pôles sont les suivantes :

  • Développement et gestion d’un processus d’appel à propositions ouvert pour sélectionner des projets de recherche sur l’innovation axés sur l’utilisation de l’IA pour améliorer les résultats de la SSRM.
  • Renforcer la manière dont l’égalité des genres et l’inclusion (EGI) et l’analyse intersectionnelle sont abordées dans les projets de recherche portant sur l’innovation, et s’assurer que chaque équipe de projet de recherche possède l’expérience multidisciplinaire appropriée requise.
  • Soutenir la mise en réseau des équipes de recherche sélectionnées afin de renforcer l’échange de connaissances.
  • Recueillir et synthétiser les résultats relatifs aux retombées en matière de santé, aux processus d’innovation, au renforcement de l’égalité des genres et de l’inclusion et aux stratégies de mise à l’échelle.
  • Faciliter la mobilisation équitable des femmes dans la recherche et les rôles de direction.

La nature exacte du rôle des pôles n’est pas entièrement déterminée pour permettre à l’organisme ou aux organismes proposant de fournir des renseignements sur la manière dont ils se proposent d’ajouter de la valeur aux réseaux régionaux pour veiller à ce que ses extrants et ses objectifs soient plus importants que la simple somme des projets de recherche individuels.

Les pôles joueront également un rôle important dans le cadre d’un investissement plus large du CRDI dans l’IA au service de la santé mondiale (IASM). Cela comprend la collaboration avec les autres réseaux de recherche sur la mise en œuvre et les pôles d’innovation dans les autres régions du monde. À titre d’exemple, nous prévoyons qu’il sera nécessaire pour les pôles de réfléchir collectivement à des questions cruciales comme les approches de l’égalité des genres et de l’inclusion, l’éthique et la mise à l’échelle responsable des innovations en matière d’IA dès le début du cycle du projet.

Portée indicative du travail pour les pôles du réseau

Les activités suivantes sont indicatives et doivent être réalisées par les pôles, en s’appuyant sur les responsabilités principales décrites ci-dessus.

Mettre en place et gérer le réseau :

  • Développer et gérer un appel à propositions ouvert portant sur l’IA pour la recherche d’innovation dans le domaine de la SSRM.
  • Développer et gérer un comité d’examen des appels, composé d’experts pluridisciplinaires et garantissant une participation égale des hommes et des femmes – avec une priorité accordée aux personnes basées dans la région où se trouve le pôle.
  • Octroyer des subventions aux équipes de recherche retenues qui effectueront des recherches particulières portant sur l’innovation d’une durée maximale de 18 mois.
  • Soutenir l’intégration et l’inclusion d’équipes de recherche sélectionnées pour devenir membres du réseau.
  • Présenter au CRDI les rapports techniques et financiers intermédiaires et finaux.

Soutien aux membres du réseau :

  • Fournir une assistance technique et méthodologique aux sous-bénéficiaires, selon les besoins.
  • Veiller à ce que les membres du réseau adoptent des pratiques et des approches responsables en matière d’IA.
  • Planifier et diriger des ateliers de réseau et d’autres activités de soutien au réseau conçues pour s’attaquer collectivement à des problèmes communs ou faciliter la collaboration entre projets, le cas échéant.
  • Aider les membres du réseau à trouver des occasions de prendre part à des initiatives en matière de SSRM qui pourraient leur permettre de tirer profit des résultats et des méthodes de leur recherche.
  • Faciliter les rapports des sous-bénéficiaires et la collecte des résultats et des histoires de changement.
  • Mettre les sous-bénéficiaires en contact avec d’autres ressources (connaissances, finances, etc.), selon les besoins.

Prévoir une collaboration et une mobilisation internationales :

  • Coordonner avec d’autres activités plus larges organisées par le programme IASM.
  • Assurer la coordination avec le CRDI et d’autres projets en matière d’IASM afin de s’impliquer dans des échanges mondiaux et multidisciplinaires, organiser des initiatives et des événements conjoints, le cas échéant, et permettre le développement efficace et responsable de travaux à l’intersection de l’IA et de la santé.

Contribution à l’avancée des connaissances et des dialogues politiques

  • Soutenir la mise en œuvre et la transposition à plus grande échelle de la recherche en vue d’un changement de politique ou de pratique.
  • Exiger que tous les bénéficiaires de subventions publient en libre accès tous les ensembles de données générés par le projet de recherche.
  • Faciliter la production, la communication et la commercialisation des extrants de recherche issus du réseau et assurer la publication de la recherche sur des supports appropriés, conformément à la politique de libre accès du CRDI.

Portée et durée du financement

À la suite de cet appel, une subvention allant jusqu’à 1 225 000 CAD sera octroyée pour les pôles en Asie et dans la région ALC, et une subvention allant jusqu’à 750 000 CAD sera octroyée pour un pôle dans la région MOAN. Le projet de chaque pôle ne peut durer plus de 36 mois, y compris toutes les activités de recherche et la production du rapport final.

Le CRDI se réserve le droit de financer des propositions supplémentaires si ou quand des fonds supplémentaires sont disponibles.

Le CRDI n’est pas tenu de verser des fonds avant que la personne ayant soumis une proposition n’ait retourné l’accord de subvention signé au CRDI.

Toutes les subventions sont tributaires de la mise à la disposition du CRDI de fonds suffisants par le Parlement du Canada.

Le CRDI se réserve le droit d’annuler cet appel à propositions à tout moment et sans préavis ou, à sa discrétion, d’accorder la totalité des subventions ou de n’en accorder aucune.

Critères d’admissibilité

Seules les propositions qui satisfont aux critères d’admissibilité seront prises en compte.

Cet appel à propositions est ouvert à la sélection d’organismes individuels ou de consortiums ayant leur siège dans la région concernée (région MOAN, région ALC et Asie), la préférence étant donnée aux organisations des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI) (voir l’annexe 3 pour une liste complète).

Notez que cet appel à propositions n’est pas ouvert aux individus ou aux ministères et agences gouvernementales, mais il est ouvert aux instituts de recherche publics et aux centres, laboratoires et départements universitaires publics.

Cet appel est délibérément limité aux établissements sélectionnés ou aux consortiums, et le CRDI se réserve le droit de rejeter les propositions d’établissements qui ne sont pas directement ciblés.

Les critères d’admissibilité suivants s’appliquent également :

  • Avoir une expérience avérée du travail dans la région concernée (région MOAN, région ALC ou Asie) et du soutien à la recherche concernant la conception, l’élaboration et la mise à l’échelle des innovations en matière d’IA et de santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM) dans ces contextes.
  • Expertise interne en matière d’IA, d’innovations relatives à la SSRM et de renforcement des systèmes de santé d’au moins un établissement partenaire ou capacité démontrée à collaborer sur ces questions au moyen d’un consortium.
  • Capacité à travailler au minimum en anglais et dans les langues de travail de la région (p. ex. l’espagnol pour la région ALC). La connaissance d’autres langues est considérée comme un atout.
  • Possibilité de transférer des fonds vers d’autres pays de la région.

Les organismes demandeurs doivent avoir un statut juridique indépendant (ou « personnalité juridique ») et d’être capable de passer des contrats en son propre nom et en son propre droit, de recevoir et d’administrer des fonds et d’avoir l’autorité nécessaire pour diriger les activités du projet proposé. Les organismes demandeurs doivent être en mesure de démontrer leur statut juridique par des documents écrits. Le statut juridique ne sera examiné que si et quand les organismes demandeurs sont sélectionnés après le processus d’évaluation.

Outre les établissements autonomes, les consortiums transdisciplinaires sont encouragés à soumettre une proposition. Les consortiums peuvent comprendre jusqu’à trois organismes. Dans le cas d’un consortium, la proposition doit fournir une justification expliquant pourquoi il s’est réuni afin de mettre en œuvre le projet et décrivant le rôle et la valeur ajoutée fournis par chaque organisme membre. Les consortiums doivent décrire les mécanismes de gouvernance et de coordination qu’ils utiliseront pour produire un travail de grande qualité et appuyer des partenariats justes et équitables.

Dans le cas d’une proposition issue d’un consortium, les membres individuels peuvent être basés dans différents pays et les membres non dirigeants peuvent être basés dans des pays autres que ceux figurant à l’annexe 3. Toutefois, l’organisme demandeur principal ne peut être basé que dans un pays admissible (voir l’annexe 3). Le CRDI ne conclura un accord contractuel qu’avec l’établissement désigné comme organisme demandeur principal, et cet établissement devra préciser les dispositions qu’il prendra avec les autres partenaires du consortium dans le cadre de son budget (soit en tant que sous-traitant, soit en tant que bénéficiaire d’une subvention).

Processus de soumission

Le CRDI invite les organismes admissibles à soumettre une demande par voie électronique au moyen de la plateforme de demande SurveyMonkey pour cet appel avant la date limite.

  • Les propositions doivent être reçues au plus tard le 16 août 2022 à 23 h 59 HAE. Les propositions reçues après la date limite ne seront pas prises en compte.
  • Les propositions peuvent être présentées en français, en anglais ou en espagnol.

Un accusé de réception de la proposition soumise sera envoyé à tous les demandeurs dont la proposition aura été reçue avant la date et l’heure de clôture.

Format et exigences des propositions

Les demandes seront concises et rédigées avec une police Arial de 12 points; elles auront une longueur maximum de 15 pages à simple interligne (sans compter le résumé et les annexes).

Le formulaire de proposition pour cet appel à propositions comprend sept champs que les personnes soumettant une proposition devront remplir.

Section 1. Coordonnées 

Veuillez fournir les coordonnées de l’organisme demandeur principal et de la personne responsable proposée pour le pôle.

Section 2. Résumé

Veuillez fournir un bref résumé du projet, qui ne devrait pas dépasser 250 mots. Il devrait être rédigé clairement pour un public non technique. Évitez les acronymes et le jargon technique. Présentez le problème de développement, le but et les objectifs du projet ainsi que les résultats attendus sous forme d’extrants et de résultats.

Section 3. Problème de recherche et sa justification

Cette section décrit l’éventail potentiel de problèmes ou de domaines problématiques qui pourraient faire l’objet d’études et les questions qui orienteront la recherche sur l’innovation menée par les réseaux. Donnez également un aperçu du corpus de recherche lié au problème étudié et indiquez les lacunes que le réseau propose de combler.

Afin d’illustrer l’importance du problème de recherche, la présente section devrait aborder les aspects suivants : comment le réseau de recherche proposé est à l’intersection de l’intelligence artificielle et des priorités de développement de la santé sexuelle, reproductive et des mères (SSRM) dans la région concernée; l’importance scientifique des problèmes; l’ampleur des problèmes et la manière dont la recherche contribuera à leur résolution; la nécessité de renforcer les capacités de recherche dans le domaine de recherche proposé. Cette section représente généralement environ un quart de votre proposition.

Section 4. Objectifs

Cette brève section (d’une demi-page au plus) devrait présenter à la fois l’objectif général et les objectifs particuliers de la recherche. L’objectif général correspond aux objectifs de développement que l’on souhaite atteindre au moyen de la recherche.

Les objectifs spécifiques doivent indiquer les types précis de connaissances recherchées, les destinataires et les types de capacités à renforcer. C’est en fonction de ces objectifs que sera jaugée la réussite du projet. N’utiliser que des verbes d’action (éviter les verbes d’état).

Section 5. Méthodologie

Décrivez votre plan pour mettre en place, soutenir et gérer le réseau de recherche sur l’innovation, y compris les priorités thématiques potentielles (ou la manière dont vous les déterminerez). Cette section devrait énumérer les principales questions de recherche auxquelles le réseau cherchera à répondre et montrer comment elles seront traitées de la manière la plus rigoureuse possible. Il faut indiquer clairement les activités que l’on compte mener et comment elles contribueront à atteindre chaque objectif et établir le budget en fonction de ces activités. La méthodologie devrait traiter des points suivants, s’il y a lieu :

  • Développement et soutien du réseau. Discutez de l’ensemble des activités qui seront entreprises pour développer et soutenir un réseau de recherche et d’innovation dans les pays de la région MOAN, de la région ALC ou d’Asie.
  • Assistance technique et méthodologique aux membres de la recherche. Indiquez comment le projet soutiendra les membres sélectionnés dans la mise en œuvre du réseau de recherche, notamment dans les domaines de l’analyse intersectionnelle des genres, du renforcement des systèmes de santé, du soutien à l’IA et à l’apprentissage automatique, de la communication de la recherche, de l’éthique de la recherche, de la conception et du développement de l’innovation et du déploiement.
  • L’innovation responsable. Évoquez votre approche pour garantir que les innovations développées et déployées par les membres du réseau sont éthiques, inclusives, respectueuses des droits et durables.
  • Considérations sur l’égalité des genres et l’inclusion. Indiquez comment les considérations ayant trait à l’égalité des genres et à l’inclusion seront intégrées au projet et comment la conception du réseau abordera les problèmes intersectionnels que rencontrent les femmes, les filles et les autres groupes marginalisés. Se reporter à l’annexe 1 pour obtenir de plus amples renseignements.
  • Diversité et inclusion. Le réseau de recherche sur l’innovation doit faire preuve de sensibilité et de respect à l’égard des voix, des connaissances et des contextes locaux. Abordez dans votre discussion les stratégies d’atténuation en vue de réduire les risques que les groupes vulnérables ne soient pas inclus et représentés, ainsi que les institutions, systèmes et contextes fragiles.
  • Considérations d’ordre éthique. Dans le cadre de toute recherche portant sur des sujets humains, il faut garantir la protection de la vie privée, de la dignité et de l’intégrité de la personne. Un comité d’éthique indépendant doit autoriser les protocoles. Lorsque la collecte de données ayant trait à des personnes physiques ou morales est prévue, il convient de préciser comment on compte obtenir leur consentement éclairé et préserver la confidentialité des données.
  • Répercussions sur le climat et l’environnement. Comment vous assurerez-vous que la recherche soutenue par le réseau gère ou atténue les effets environnementaux de l’apprentissage automatique (p. ex. au moyen d’estimations quantitatives des réductions d’émissions de gaz à effet de serre ou d’autres évaluations quantitatives ou qualitatives pertinentes)?
  • Collaboration avec des institutions régionales ou internationales. Si vous envisagez des collaborations régionales ou internationales, donnez les raisons de cette collaboration, décrivez le rôle et la valeur ajoutée apportée par chaque organisation membre et précisez les modalités de gouvernance et de coordination qui seront utilisées pour soutenir des partenariats justes et équitables. Il convient de souligner que les éléments concrets de la collaboration avec le Réseau de recherche sur l’intelligence artificielle féministe feront l’objet d’une discussion avec le bénéficiaire et que nous fournirons également des renseignements pour soutenir ce travail.
  • Contribuer à l’avancée des connaissances et des dialogues politiques. Discutez de l’ensemble des activités proposées par le pôle et les membres qui feront progresser les connaissances en matière d’IA ainsi que l’égalité des genres et l’inclusion dans la région MOAN, la région ALC et en Asie.

Section 6. Résultats et diffusion

Décrivez les principaux extrants et résultats attendus de la recherche et la façon dont les résultats de la recherche seront diffusés ou mis en application. Indiquez comment les résultats sont susceptibles d’être utilisés, quel devrait être leur impact (résultats) et quels sont les obstacles qui pourraient nuire à l’exécution de la recherche ou à l’utilisation finale des résultats.

Une théorie du changement peut être incluse dans cette section si vous le souhaitez.

Il est important de garder à l’esprit la Politique de libre accès du CRDI et l’Énoncé des principes des données ouvertes lors de l’élaboration de votre plan de communication. Cela devrait comprendre non seulement les extrants de recherche eux-mêmes, mais aussi, dans la mesure du possible, les données créées et utilisées pour la formation et l’éducation.

Section 7. Calendrier du projet

Le calendrier proposé devrait comprendre la liste des extrants prévus (activités ou produits livrables clés) et les résultats que l’on doit pouvoir relier aux postes inclus dans le budget du projet.

Dans le cadre de ce processus de propositions, les personnes qui soumettent une proposition devront également soumettre les documents (individuels ou relatifs à leur établissement) suivants en annexe :

  • Budget total dans la monnaie locale.
    • À préparer et à soumettre sur la base du modèle de budget.
    • À titre de guide, veuillez consulter les éléments budgétaires à prendre en compte.
    • Le CRDI ne verse aucune subvention au titre des charges d’exploitation de base, des fonds de dotation ou des installations appartenant à un district scolaire, un collège, une université ou un organisme de services aux personnes. Il n’octroie habituellement pas de subvention à des particuliers et n’investit pas dans des programmes. Il n’appuie aucun programme d’études offert par une école ou un collège en particulier.
  • Établissements et personnel :
    • Une copie de l’enregistrement légal ou corporatif de l’organisme auquel la personne qui a soumis la proposition est affiliée.
    • Une attestation de la capacité de votre organisme à gérer une subvention de cette taille et de cette complexité (subventions les plus importantes gérées à ce jour, respect des exigences légales et des rapports des autres donateurs, capacité à gérer des tiers, des fonds étrangers et des décaissements).
    • Nom de la chercheure ou du chercheur principal (CP) proposé, des établissements de recherche et de l’équipe de recherche.
    • Pour chaque membre de l’équipe de recherche principale, cela devrait comprendre des renseignements sur leur expertise respective et leurs travaux antérieurs dans ce domaine.
    • En annexe, des lettres d’engagement des établissements dirigeants et collaborateurs intéressés par la participation, ainsi qu’une description de la manière dont les différents partenaires, parties prenantes principales et établissements collaboreront à l’initiative.
  • Le curriculum vitae de la chercheure ou du chercheur principal et des autres membres de l’équipe.
  • Les lettres d’autres organismes souhaitant collaborer au projet de recherche ou offrir leur soutien doivent être fournies en pièces jointes.
  • Le questionnaire du CRDI sur le profil administratif d’une institution doit être rempli, signé et soumis avec la proposition.

Les personnes dont les propositions sont sélectionnées pour être recommandées pour le financement devront fournir des documents supplémentaires avant la confirmation du financement de leurs projets, comme indiqué à l’annexe 2.

Le CRDI se réserve le droit d’annuler sa sélection d’un projet s’il est jugé que les renseignements fournis dans la proposition sont faux ou trompeurs.

Critères d’évaluation

Les propositions seront évaluées par le comité d’examen du programme IASM en fonction des critères suivants :

Critères d’examen

Pondération

I. Objectifs et conception du réseau

  • Objectifs bien pensés qui sont pertinents dans le contexte local/régional et qui peuvent apporter des contributions durables au domaine.
  • Plan logique pour établir, soutenir et gérer le réseau de recherche en innovation sur l’IA responsable pour les innovations en matière de santé.
  • L’approche garantit l’égalité des genres et l’inclusion en accordant une attention particulière à l’intersectionnalité. Une stratégie claire d’application des connaissances.

25 % 

II. Connaissances et expertise en matière de recherche et d’innovations pour la SSRM

  • Expérience avérée d’une implication dans la SSRM ainsi que les droits et services connexes, renforcement des systèmes de santé et des innovations en matière d’IA (l’expertise peut être répartie entre les différents membres du consortium), ou solide expérience dans l’un des domaines avec des collaborations avérées dans les autres domaines.
  • Expérience et apprentissage des stratégies de mise à l’échelle des innovations en matière IA pour favoriser l’innovation dans la SSRM.
  • Établir des liens avec les communautés locales, régionales et mondiales de recherche et de politique en matière de SSRM et d’IA.

25 % 

III. Connaissances et expertise en soutien à la recherche ou en réseaux d’innovation.

  • Expérience avérée de la gestion d’activités ou de réseaux de recherche collaboratifs.
  • Expérience de la gestion d’appels à propositions.
  • Capacité avérée à soutenir et à guider les personnes qui œuvrent à la recherche ou à l’innovation.
  • Capacité de faciliter l’apprentissage et l’échange de connaissances des bénéficiaires croisés au moyen de mécanismes participatifs, tant virtuels qu’en personne.
  • Éléments de preuve que l’organisme dispose des systèmes, des ressources et des capacités de gestion de base pour mettre en place et gérer un réseau panrégional de recherche sur l’innovation.

25 %

IV. Expertise en matière de synthèse et de mobilisation des connaissances.

  • Des processus éprouvés pour obtenir des résultats.
  • Capacité à concevoir et à réaliser des synthèses de recherche à fort impact.
  • Expérience dans la conception et le développement de produits qui soutiennent l’échange et l’utilisation des connaissances, comme des produits de haute qualité orientés vers les praticiens ou les décideurs, des boîtes à outils et des synthèses rapides de connaissances.
  • Expérience en mobilisation des connaissances pour l’amélioration des politiques et des pratiques.

15 % 

IV. Budget 

  • Plans clairs et cohérents pour l’utilisation des fonds disponibles, adaptés aux activités proposées.

10 % 

Processus de sélection

Répondre à cet appel est la première étape du processus en vue d’obtenir un possible financement pour votre proposition.

Les propositions seront d’abord examinées afin de vérifier leur admissibilité générale à l’aide des critères d’admissibilité décrits ci-dessus.

Les propositions admissibles seront ensuite évaluées par le comité d’examen du programme IASM. Ce comité est composé de membres du personnel des programmes du CRDI et d’évaluateurs externes provenant de différentes disciplines connexes, y compris des experts en matière de SSRM, de genre, de diversité et d’inclusion, de santé publique, de renforcement des systèmes de santé, d’IA, d’application des connaissances ou d’utilisation des connaissances, qui évalueront les propositions en fonction des critères d’évaluation décrits ci-dessus.

Le comité d’examen du programme IASM recommandera ensuite à la direction du CRDI de financer la proposition sélectionnée.

Après la sélection par la direction du CRDI, les organismes retenus et non retenus seront informés des résultats d’ici le 16 septembre 2022.

Les propositions retenues pourront faire l’objet de commentaires particuliers de la part des évaluateurs, y compris des suggestions d’ajustements budgétaires.

La sélection technique d’une proposition ne constitue pas un engagement formel du CRDI à financer le projet. Les personnes dont les propositions sont retenues pour une recommandation de financement feront l’objet d’une appréciation de l’établissement. Cette étape évalue les risques de pertes importantes de fonds du CRDI en raison du manque de capacités de l’établissement d’une personne ayant soumis une proposition de gérer les dimensions financières des activités du projet ou de faire rapport à ce sujet, ou du contexte économique et politique dans lequel l’organisme exerce ses activités. Le CRDI doit prendre en compte trois grands facteurs dans sa détermination des mesures qui devraient être prises pour atténuer ces risques : l’importance de l’investissement, les capacités de gestion de l’établissement de la personne qui a soumis la proposition et le contexte dans lequel l’établissement exerce ses activités.

Le CRDI n’est pas tenu de verser des fonds avant que la personne ayant soumis la proposition n’ait retourné l’accord de subvention signé qui lui a été remis par le CRDI.

Le processus d’achèvement de la proposition de projet, du budget et de la documentation administrative devrait avoir lieu entre août et octobre 2022.

Plan du déroulement du processus de sélection pour les propositions :

Propositions

  1. Lancement de l’appel à propositions.
  2. Les propositions sont soumises avant la date limite.
  3. Les propositions présentées en retard sont exclues.
  4. Les propositions incomplètes sont exclues.
  5. Le comité d’examen du programme IASM lira et notera les propositions sur la base des critères d’évaluation (voir ci-dessous). La division de programme concernée devra peut-être tenir compte de l’équilibre régional et géographique, de l’équilibre thématique des propositions, y compris les stratégies de réseautage, ainsi que de l’importance accordée au genre.
  6. Une liste de propositions est préparée, sur la base des notes attribuées aux propositions, et les organismes sélectionnés sont invités à achever leur proposition en réponse aux commentaires du comité d’examen du programme IASM. (Veuillez noter que la sélection technique d’une proposition à cette étape ne garantit pas que le projet sera financé par le CRDI.)
  7. Le CRDI procède à une appréciation de l’établissement pour chaque personne faisant l’objet d’une invitation à présenter une proposition.
  8. Pour les appels à propositions, la haute direction du CRDI prend la décision définitive en se fondant sur les recommandations du comité d’examen du programme IASM, les critères d’évaluation et l’appréciation de l’établissement.
  9. Les organismes demandeurs retenus sont invités à apporter toute modification nécessaire à la proposition, y compris au budget et aux documents administratifs.
  10. La personne ayant soumis la proposition remplit toutes les procédures d’approbation applicables au pays.
  11. Le CRDI et la personne ayant soumis la proposition concluent un accord de subvention.

Exigences après la sélection

Achèvement de la proposition et du budget

Avant d’achever un accord de subvention, le CRDI se réserve le droit de demander des changements, quels qu’ils soient, à la proposition et au budget présentés. Les propositions révisées, contenant tous les changements demandés, doivent être renvoyées rapidement au CRDI en temps opportun.

Exigences du pays en matière d’autorisation

Dans certains cas, le CRDI a conclu des accords de coopération scientifique et technique avec les gouvernements des pays où il appuie des projets. Lorsque de tels accords existent, le CRDI peut exiger que des processus d’approbation supplémentaires ou différents soient suivis afin de se conformer à ces accords. Dans le cas contraire, les bénéficiaires de financement doivent suivre le processus d’approbation en vigueur, conformément aux exigences de l’autorité gouvernementale. Ce processus, qui varie d’une administration à l’autre, est souvent géré par un organisme de coordination ou un organisme central du gouvernement.

Un représentant de l’administration des subventions du CRDI informera la personne retenue de la procédure à suivre relativement à ce pays. Un accord de subvention ne sera officialisé que si les autorisations du ou des pays sont obtenues. Le CRDI se réserve le droit de ne pas financer un projet retenu si l’autorisation du pays concerné n’est pas obtenue dans les six mois suivant l’annonce officielle de l’approbation du projet par le CRDI, car cela mettrait en péril la réalisation de l’initiative en temps opportun.

Après avoir procédé à une appréciation de l’établissement d’une personne ayant soumis une proposition, le CRDI peut déterminer des faiblesses opérationnelles ou financières qui pourraient poser certains risques administratifs au projet proposé. Dans ce cas, le CRDI peut exiger que l’organisme de la personne ayant soumis la proposition collabore avec d’autres établissements afin de recevoir la subvention.

Sous-bénéficiaires

Les exigences nationales qui s’appliquent aux sous-bénéficiaires sont également documentées dans l’accord de subvention. Il incombe au bénéficiaire de s’assurer que les sous-bénéficiaires satisfont à ces exigences.

Pays présentant un risque

Le CRDI finance des recherches dans des endroits qui répondent aux plans, objectifs généraux et programmes approuvés par le Conseil des gouverneurs du CRDI. Les propositions de projet et les mesures d’atténuation des risques peuvent devoir être révisées lorsque :

  • les activités du projet peuvent être perturbées par des restrictions légales sur le transfert de fonds ou d’autres ressources à des entités particulières;
  • en raison de l’éloignement physique, des risques physiques encourus par les employés du CRDI dans certaines régions, ou d’autres facteurs relatifs à l’inaccessibilité, le CRDI ne peut pas surveiller et soutenir correctement le projet;
  • les lois et règlements applicables empêchent les établissements d’accéder aux fonds.

Accord de subvention

Tout promoteur sélectionné doit signer l’accord de subvention courant du CRDI pour recevoir des fonds. Veuillez vous référer à l’accord de subvention. L’accord de subvention comprendra un calendrier de présentation des rapports techniques et financiers provisoires et finaux. Bien qu’il n’y ait pas de limite au nombre de personnes coresponsables d’une même proposition, le CRDI ne négociera les accords de subvention qu’avec l’organisme principal de la personne responsable de la proposition.

Calendrier et communication des résultats

Veuillez noter que la date limite est prolongée jusqu'au 16 août et que le processus de soumission sera retardé d'une semaine.

Processus de soumission (environ six semaines)

Lancement de l’appel : le 30 juin 2022

Séance d’information ou webinaires :

Date limite de soumission des propositions; accusé de réception des propositions : le 16 août 2022

Processus de sélection (environ cinq semaines)

Vérification initiale de l’admissibilité par le CRDI : le 15 août 2022

Les personnes ayant soumis une proposition non admissible sont informées : le 19 août 2022

Examen par le comité d’examen du programme IASM : du 5 au 9 septembre 2022

Les propositions retenues sont informées qu’elles ont été sélectionnées pour un financement potentiel, sous réserve du respect de toute condition particulière : 16 septembre 2022

Les personnes ayant soumis une proposition non retenue en seront informées, avec une brève explication du motif de leur refus : le 16 septembre 2022

Les personnes ayant soumis une proposition soumettent à nouveau une proposition définitive modifiée : 23 septembre 2022

Octroi

Approbation des propositions : 30 septembre 2022

Séance d’information, demandes de renseignements et FAQ

À la suite du lancement de l’appel à propositions, le CRDI organisera deux séances d’information pour répondre aux questions des personnes potentiellement intéressées à soumettre une proposition. Elles auront lieu le :

Les demandes de renseignements concernant l’appel à propositions et le processus associé doivent être adressées par courriel à AI4GH@idrc.ca. Toutes les demandes doivent être reçues avant le 10 août 2022 à 23 h 59 HAE pour recevoir une réponse avant la date limite.

Dans la mesure où elles intéressent toutes les personnes soumettant une proposition, les questions reçues avant la date et l’heure limites précisées ci-dessus seront publiées dans la FAQ, sans mention de la provenance, avec la réponse du CRDI dans la foire aux questions.

Consentement à l’utilisation et à la divulgation de renseignements

En tant que société d’État canadienne, le CRDI est assujetti à la Loi sur l’accès à l’information et la Loi sur la protection des renseignements personnels du Canada. Par conséquent, toute proposition soumise en réponse au présent appel à propositions sera gérée par le CRDI conformément à la législation applicable et à la politique de confidentialité du CRDI, notamment en ce qui concerne l’obligation du CRDI de communiquer les documents demandés par des membres du public. Pour en savoir davantage sur la façon dont le CRDI gère les renseignements conformément à cette législation, cliquez ici : https://www.idrc.ca/fr/propos-du-crdi/transparence/acces-linformation-et-protection-des-renseignements-personnels.

Veuillez noter que l’énoncé de confidentialité pour les appels à subventions par voie de concours du CRDI doit être soumis avec la proposition (voir les documents requis ci-dessus).

Annexe 1 : S’assurer que les idées de recherche intègrent l’égalité des genres et l’inclusion

Annex 1 Le CRDI s’efforce d’assurer l’égalité dans tous les aspects de son travail. Les inégalités existent dans de multiples catégories d’identité qui se recoupent, y compris, mais sans s’y limiter : le genre, la sexualité, l’âge, la classe sociale, la race, la caste, l’origine ethnique, le statut de citoyen, la religion et les aptitudes.

La réalisation de l’égalité varie selon le lieu et doit s’inscrire dans le contexte socioculturel, politique et économique des différentes régions où le CRDI œuvre. De même, les inégalités ne sont pas statiques et peuvent varier et évoluer dans le temps.

Pour promouvoir l’égalité des genres et l’inclusion, il est essentiel que les projets de recherche envisagent fortement d’étudier les rôles du sexe, du genre et des autres identités et expériences diverses, ainsi que leur relation avec l’histoire, les structures et le fonctionnement de ces systèmes.

Le CRDI reconnaît l’importance de trouver un équilibre entre ambition et pragmatisme. Les mesures visant à lutter contre les inégalités entre les genres et les autres inégalités sociales nécessitent de faire le travail préparatoire nécessaire pour cerner les causes profondes de l’inégalité, tout en reconnaissant que le changement des dynamiques structurelles sexospécifiques nécessite du temps, de la confiance et des engagements à long terme en matière de politiques et de pratiques.

Les questions ci-dessous sont destinées à vous aider à réfléchir à la manière dont votre recherche est ancrée dans l’égalité sociale et des genres et l’inclusion, et à la manière dont vous pouvez renforcer ces dimensions dans votre proposition.

  1. Votre proposition vise-t-elle à comprendre et à traiter les inégalités sexospécifiques et leurs causes sous-jacentes?
  2. Dans le cadre de votre proposition, quelles sont les structures et les dynamiques de pouvoir qui existent entre les hommes et les femmes, et les autres groupes qui sous-tendent l’inégalité entre les genres? Quelles sont les pistes possibles pour aborder et modifier ces conditions?
  3. Dans le contexte de votre problématique de recherche, comment cela est-il touché par les identités ou les expériences telles que la race, l’ethnicité, la classe socioéconomique, les niveaux de revenus, le lieu de résidence où vivent les personnes (par exemple, milieu rural, milieu urbain)?
  4. Existe-t-il une théorie logique du changement expliquant la façon dont vos objectifs de recherche encourageront ou mèneront à l’égalité des genres ou l’inclusion? Quelles seront les retombées de votre proposition de recherche sur ces aspects?
  5. Avez-vous un objectif autonome en matière de genre et d’inclusion? Comment les autres objectifs sont-ils formulés par rapport à la question de l’égalité des genres et de l’inclusion?
  6. Comment les cadres conceptuels, le plan de recherche et les méthodes de recherche proposés aborderont-ils et analyseront-ils les causes profondes et les facteurs contextuels contribuant aux formes intersectionnelles d’inégalité entre les genres? Quels sont les individus et les groupes qui devraient être impliqués dans la cocréation de ce modèle de recherche et sa mise en œuvre, et dans quelle mesure et comment seront-ils impliqués?
  7. Votre projet a-t-il défini des résultats et des indicateurs clairs en matière d’égalité des genres et de l’inclusion? Sont-ils intégrés dans les outils de mesure des projets? Par exemple, prévoyez-vous de collecter et d’analyser des données ventilées par sexe? Qu’en est-il des données ventilées par sexe? Envisagez-vous d’entreprendre une analyse sexospécifique avant et après le projet?
  8. Le plan d’application des connaissances de la proposition intègre-t-il les éléments à prendre en compte en matière de sexe et de genre (y compris l’intersectionnalité) dans la manière dont les processus itératifs de mobilisation, d’analyse, de synthèse, de développement de produits et de facilitation des connaissances sont conçus et mis en œuvre?
  9. Les membres de votre équipe de recherche comprennent-ils les questions contextuelles relatives au genre et à l’inclusion? Possédez-vous les compétences et l’expérience requises au sein de votre équipe? Lequel des membres de votre équipe prendra la tête de la conception, de la mise en œuvre, du suivi et de l’évaluation des objectifs de votre projet pour lutter contre l’inégalité des genres et l’inclusion?
  10. Votre équipe de recherche a-t-elle un bon équilibre entre hommes et femmes scientifiques ou d’autres identités sont-elles représentées?
  11. Avez-vous clairement prévu un budget pour les activités et le personnel en matière de genre et d’inclusion? Avez-vous alloué suffisamment de temps et de ressources pour renforcer la capacité de votre équipe, de vos partenaires et des autres parties prenantes en matière de questions de genre et d’inclusion?

Veuillez noter qu’il s’agit de certains mythes ou hypothèses qu’il sera important d’éviter dans votre proposition :

  • Supposer que les femmes ou des groupes précis accomplissent une tâche pour en bénéficier n’est pas suffisant. Il sera plutôt important pour votre projet de déterminer toute inégalité sexospécifique et de définir les étapes par lesquelles votre recherche aidera à redéfinir la dynamique du pouvoir.
  • Ajouter une formule telle que « surtout les femmes et les groupes marginalisés » après l’énoncé de chacun de vos objectifs n’est pas suffisant. Vous devez être en mesure de définir comment la dynamique de genre est présente dans vos objectifs de recherche. La rigueur et la qualité de la recherche sont essentielles.
  • Ce n’est pas parce que l’équipe compte des femmes que celles-ci sont forcément qualifiées pour être spécialistes en genre. Faites appel de vrais spécialistes en genre et concluez des partenariats qui vous apportent les compétences nécessaires.
  • En outre, aborder la question de genre dans le projet ne relève pas uniquement de la responsabilité des spécialistes du genre – l’équipe entière doit plutôt comprendre la dynamique du genre en jeu dans votre recherche.
  • La prise en compte de la dimension de genre nécessite des ressources réelles. Dire que le genre ne peut pas être intégré parce que vous n’avez pas de ressources suffisantes n’est pas acceptable. Prévoir des ressources budgétaires pour les questions de genre dès le départ.

Annexe 2 : Documentation sur l’appréciation de l’établissement

Annex 2

Les personnes retenues devront fournir les documents suivants pour permettre au CRDI d’entreprendre une appréciation de l’établissement avant la confirmation du financement :

  1.  Les états financiers vérifiés*, comprenant entre autres :
    1. le bilan, l’état des revenus et des dépenses ou le compte de résultat et le rapport de trésorerie;
    2. les notes afférentes aux états financiers;
    3. le rapport de vérification;
    4. toutes lettres de la direction ou de la vérification interne ainsi que les réponses de suivi connexes.

*Les états financiers les plus récents dûment approuvés par un dirigeant financier de l’organisme si des états vérifiés ne sont pas disponibles.

  1. L’organigramme actuel de l’organisme.
  2. Les manuels des ressources humaines.
  3. Les manuels de l’administration et des finances.
  4. La politique ou la procédure relative à l’approvisionnement.
  5. La liste des donateurs externes actifs, ainsi que leur contribution actuelle
  6. Le rapport annuel le plus récent.

Annexe 3 : Liste des pays admissibles

Annex3

L’organisme demandeur principal doit avoir son siège dans un pays à revenu faible, moyen inférieur ou moyen supérieur dans la région MOAN, la région ALC et l’Asie, selon la classification des pays de la Banque mondiale. Les pays admissibles sont les suivants :

Asie

Amérique latine et Caraïbes (région ALC)

Moyen-Orient et Afrique du Nord (région MOAN)

Samoa américaine

Bangladesh 

Bhoutan

Cambodge

Chine

Fiji

Indonésie

Kiribati

Laos

Malaisie

Maldives

Îles Marshall

Mongolie

Népal

Pakistan

Papouasie–Nouvelle-Guinée

Philippines

Samoa

Îles Salomon

Sri Lanka

Thaïlande

Timor-Leste

Tonga

Tuvalu

Vanuatu

Vietnam

Argentine

Belize

Bolivie

Brésil

Chili

Colombie

Costa Rica

Cuba

Dominique

République dominicaine

Équateur

Salvador

Grenade

Guatemala

Guyane

Haïti

Honduras

Jamaïque

Mexique

Nicaragua

Panama

Paraguay

Pérou

Sainte-Lucie

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Suriname

Algérie

Égypte, République arabe

Jordanie

Liban

Libye

Maroc

Tunisie

 

 

 

     
   

 

Comprendre la migration dans le contexte des changements climatiques

Une étude inédite révèle les efforts déployés dans les pays du Sud afin de lutter contre les désordres de l'information

6 avril 2022
Une étude s'étalant sur 18 mois récemment publiée révèle les personnes et les approches utilisées pour lutter contre les désordres de l'information dans les pays du Sud. Financée par le CRDI, l'étude cerne les succès, les défis et les domaines de recherche à venir.
Une illustration représente une femme devant une urne, qui a les yeux bandés et est ligotée par la mésinformation.
Lauren Walker/Truthout
Un effet négatif des désordres de l'information est qu'il réduit la capacité d'une personne à participer librement et utilement aux processus démocratiques.

Qu'il s'agisse d'équipes de vérificateurs de faits indépendants en Amérique latine, de décideurs politiques en Afrique et au Moyen-Orient ou de spécialistes de l'éducation aux médias en Asie, des organismes et des mouvements dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PFR-PRI) se lèvent pour lutter contre le problème des « fausses nouvelles ».    

Meeting the Challenges of Information Disorder in the Global South explore les méthodes utilisées par les populations afin de relever les défis auxquels elles sont confrontées, en accordant une attention particulière à la manière dont la pandémie de COVID-19 a exacerbé le problème. Cette étude novatrice rassemble des chercheurs de tous les pays du Sud dans le cadre d'un projet de collaboration visant à évaluer et à cartographier les efforts déployés pour lutter contre la mésinformation.    

Les désordres de l'information dans le monde ont donné lieu à un paysage de recherche à la fois florissant et complexe, qui comprend l'analyse de questions allant de la manipulation des élections et de la politique populiste aux questions de confiance dans les médias et aux implications pour le journalisme. « Il s'agit d'une recherche vraiment novatrice, qui arrive à un moment très important, alors que les démocraties s'efforcent de relever les défis complexes que pose l'influence de la mésinformation sur notre sphère publique numérique », a indiqué Caroline Ford, directrice de l'équipe Gouvernance démocratique et inclusive du CRDI.    

Les désordres de l'information sont générés par la prévalence croissante de la mésinformation, de la désinformation et de la malinformation dans la sphère publique et dans les médias sociaux. Ces termes sont définis ainsi :   

  • Mésinformation : fausse information qui est communiquée, mais sans intention de nuire. 

  • Désinformation : fausse information qui est sciemment communiquée afin d'induire en erreur ou causer du tort. 

  • Malinformation : lorsqu'une information, qu'elle soit factuelle ou fausse, est communiquée afin de causer du tort, souvent en déplaçant dans la sphère publique des informations destinées à rester privées. 

Toutes les mésinformations peuvent être nuisibles, mais en raison de l'intention et de la manière dont elles se manifestent, les malinformations constituent un problème particulièrement grave en raison des répercussions nuisibles directes et intentionnelles qu'elles peuvent avoir sur une personne, un organisme ou un pays. Il s'agit d'actions telles que le harcèlement en ligne, les discours haineux, la diffusion non consensuelle d'images intimes, la création de canulars photographiques, vidéo et audio (hypertrucages), les fuites de courriels ou la divulgation de données personnelles comme l'adresse. 

Même si les désordres de l'information sont un problème répandu dans les pays du Sud, la recherche est encore dominée par des théories et des études de cas tirées d'expériences récentes dans les pays du Nord. Cette étude vise à combler certaines de ces lacunes en matière de compréhension et à trouver des domaines où davantage de recherches sont nécessaires. 

Selon Herman Wasserman, de l'Université du Cap, qui a dirigé l'étude, « l'accès à des informations de qualité est vital pour permettre aux citoyens de participer aux processus démocratiques. Cela est particulièrement important dans les pays du Sud, où de nombreuses démocraties sont fragiles, l'accès aux ressources numériques est inégalement réparti et les médias indépendants sont souvent sous pression. Dans ces contextes, les désordres de l'information peuvent miner davantage la gouvernance démocratique et l'action civique. Cette étude nous aide à comprendre comment les organisations de la société civile des pays du Sud peuvent contribuer à lutter contre les désordres de l'information et à soutenir une information fiable et digne de confiance. » 

Le rapport est le résultat d'un projet financé par le CRDI et dirigé par Herman Wasserman, qui a travaillé en collaboration avec des équipes de Research ICT Africa (couvrant l'Afrique subsaharienne), InternetLab (couvrant l'Amérique latine et les Caraïbes), LIRNEasia (couvrant l'Asie) et Arab Reporters for Investigative Journalism (couvrant le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord). 

Les femmes dans les sciences

10 février 2022

La sous-représentation des femmes persiste dans les domaines traditionnellement dominés par les hommes, et malgré les efforts nombreux et variés déployés pour l’éradiquer, le « plafond de verre » pour les femmes dans les sciences est l’un des plus difficiles à faire tomber. Des progrès ont été réalisés en matière de parité entre les sexes dans l’enseignement supérieur, mais l’écart est bien plus important dans les domaines scientifiques. Par exemple, l’UNESCO a estimé en 2021 que de 45 à 55 % des étudiants dans le monde inscrits à la maîtrise et au baccalauréat (licence) étaient des femmes. Toutefois, dans les domaines scientifiques tels que l’ingénierie et l’informatique, les femmes représentent en moyenne un pourcentage beaucoup plus faible des diplômés de l’enseignement supérieur. Cet écart se creuse lorsqu’on gravit les échelons des carrières universitaires : Aujourd’hui, les femmes représentent 30 % des chercheurs dans le monde et seulement 12 % des membres des académies nationales des sciences, avec des proportions encore plus faibles dans les pays à faible revenu. C’est également le cas dans les domaines de haute technologie tels que l’intelligence artificielle (IA), où une étude de l’Université Strathmore révèle que les femmes représentent 29 % de la main-d’œuvre et seulement 10 % des postes de direction dans le secteur de l’IA sur le continent africain.

Il ne s’agit pas seulement d’un problème de représentation, ni d’un problème porté par les femmes seules – c’est un problème pour tous les membres de la société. Les personnes qui travaillent dans le domaine des sciences, des technologies, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) ont un rôle majeur à jouer dans la recherche de solutions créatives et durables face aux problèmes complexes du monde. Sans les contributions des femmes scientifiques et les perspectives uniques qu’elles apportent, les possibilités scientifiques resteront limitées, tout comme nos capacités collectives à relever de tels défis ̶ des maladies à l’insécurité alimentaire en passant par le changement climatique.

Aujourd’hui, la pandémie de COVID-19 a exacerbé les obstacles structurels existants qui empêchent les femmes de progresser dans le domaine scientifique, ce qui représente une menace encore plus grande pour l’inclusion et l’innovation. Les femmes ont assumé de manière disproportionnée un plus grand nombre de tâches ménagères et de soins aux enfants en raison de la pandémie. Les femmes scientifiques des pays développés et en développement citent de nombreuses répercussions négatives sur leur capacité à mener des recherches et à publier, par rapport à leurs homologues masculins. Cela risque de créer des difficultés encore plus grandes en aval pour l’inclusion des femmes dans les domaines STEM.

Le CRDI s’est engagé à comprendre et à résoudre ces problèmes, en soutenant la production de données probantes qui peuvent aider à promouvoir l’inclusion et le leadership des femmes dans des systèmes scientifiques plus forts et plus équitables dans les pays du Sud. Notre programmation contribue à faire avancer l’égalité, la diversité et l’inclusion dans les sciences. 

Améliorer la représentation et la participation

Des recherches menées par l’UNESCO ont montré que le fossé entre les sexes dans le domaine des STIM commence dès l’école primaire, perpétué par les stéréotypes et les préjugés de la société, et continue de s’aggraver à chaque étape scolaire progressive. Lorsque les femmes entrent dans l’enseignement supérieur, puis dans le monde du travail, elles sont confrontées à des obstacles encore plus importants; les femmes scientifiques ayant tendance à avoir des carrières plus courtes et moins bien rémunérées que leurs homologues masculins.

Media
Sherley Dominique, à gauche, et Malvoisin Stephanie Martine, à droite, suivent des cours à l'ISETAH à Port-au-Prince, Haïti, le 29 mars 2016.
CRDI/Shiho Fukada

L’Organisation pour les femmes en sciences pour le monde en développement (OWSD) s’efforce de relever ces défis en aidant les femmes à entrer et à progresser dans les carrières scientifiques au moyen de financements individuels de la recherche, de formations et d’occasions de mise en réseau. Depuis 2017, le CRDI s’est associé à l’Agence suédoise de coopération internationale au développement pour soutenir plus de 200 femmes doctorantes et scientifiques dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PFR-PRI) par l’intermédiaire de l’OWSD. Cela early-career fellowships programpermet aux femmes scientifiques prometteuses de progresser dans leur propre carrière et d’assumer des responsabilités plus importantes. De cette manière, les systèmes scientifiques évolueront pour mieux soutenir la prochaine génération de femmes scientifiques. Tout aussi importante est la possibilité pour ces scientifiques d’accéder à des financements et de poursuivre des voies de recherche qui peuvent aider à résoudre les types de problèmes auxquels sont confrontés les pays en développement et la société mondiale en général. Par exemple, une vétérinaire de la première cohorte de boursières de l’OWSD est aujourd’hui reconnue comme une chercheure de premier plan au Rwanda et dirige son propre laboratoire de recherche, résultat direct du soutien apporté par l’OWSD à ses recherches. En 2020, les boursières en début de carrière participant à ce programme entreprenaient des travaux importants dans une vaste de gamme de sujets, de l’étude des facteurs de risque génétiques du cancer du sein chez les femmes ghanéennes au développement de variétés de riz résistant à la sécheresse au Sri Lanka.

Nous savons également que le genre n’est pas le seul facteur qui empêche les femmes d’entrer et de progresser dans le secteur des sciences. L’intersectionnalité, qui prend en compte la race, le statut socio-économique et les multiples aspects superposés des identités sociales et politiques d’une personne, est également un facteur important. Par exemple, le programme post-doctoral du CRDI de soutien aux femmes autochtones voulant faire carrière dans les domaines des STIM participe à l’avancement de la carrière de boursières au Mexique et au Guatemala. À ce jour, des femmes représentant divers groupes autochtones ont été soutenues pour poursuivre leurs travaux de pointe dans différentes disciplines, de la chimie à la science alimentaire, et nombre d’entre elles ont réussi à poser leur candidature pour intégrer le système national de chercheurs, en grande partie grâce à leurs bourses individuelles. Ce projet comprend également un volet de recherche qui contribue à une meilleure compréhension des obstacles auxquels se heurtent les femmes autochtones dans le domaine des STIM en Amérique latine.

Faire progresser la prise en compte du genre dans les STIM

Tout en continuant à recueillir des données sur l’importance d’accroître la participation active des femmes en sciences, le CRDI appuie également la recherche sur l’élaboration de normes et de pratiques scientifiques davantage inclusives, dans le but d’améliorer la qualité globale de la recherche. Bien que de nombreuses disciplines reconnaissent aujourd’hui l’impératif de l’analyse sexospécifique pour une recherche de qualité, celle-ci reste peu développée dans les domaines des STIM. Il a été démontré que l’intégration de l’analyse sexospécifique et du genre dans la conception de la recherche, par exemple, améliore la méthodologie de la recherche et contribue à favoriser les découvertes scientifiques. Pourtant, il existe encore d’importantes lacunes dans les connaissances sur les défis que représente l’intégration de l’analyse sexospécifique dans les STIM, en particulier dans le monde en développement.

La prise en compte du sexe et du genre dans la conception de la recherche a été soulignée comme un domaine de plus en plus important pour faire progresser l’inclusivité dans les STIM. Historiquement, les femmes ont été exclues des essais de recherche scientifique, notamment dans le domaine de la santé. Cela s’est fait au détriment de l’applicabilité, comme le révèlent les études qui ont montré que certains traitements contre la douleur et certaines immunothérapies contre le cancer étaient moins efficaces chez les femmes. Le CRDI finance plusieurs projets pour aider à changer ces normes. Citons par exemple le projet Conception sexospécifique dans les STIAM (sciences, technologies, ingénierie, arts et mathématiques), qui vise à renforcer les capacités en matière d’innovations sexospécifiques par le développement de produits nouveaux ou améliorés conçus à l’aide d’une analyse du sexe et du genre, en mettant l’accent sur les PFR-PRI.

Media
Chercheuses de l'ATREE
Atul Loke/IDRC

Dans le domaine de l’IA, il existe des exemples documentés de partialité et d’exclusion alarmantes dans les systèmes d’IA et les ensembles de données. Ce problème est particulièrement prononcé pour les populations des pays du Sud, les femmes et les communautés marginalisées. S’ils ne sont pas corrigés, ces préjugés peuvent entraîner de plus grandes inégalités sociales et finir par causer plus de mal que le bien promis par l’IA. Le projet Feminist AI, lancé par le CRDI en 2021, vise à améliorer la façon dont l’IA peut mieux répondre aux problèmes sociaux, à renforcer les capacités des chercheurs du monde en développement à entreprendre des recherches inclusives sur l’IA et à faire progresser l’égalité des genres. Certains projets portent sur l’utilisation de l’IA à des fins sociales, comme le diagnostic du paludisme et de la tuberculose à l’aide d’un téléphone mobile en utilisant la microscopie mobile. Nous nous appuyons également sur les travaux prometteurs du programme Intelligence artificielle pour le développement (IAPD), avec un nouveau pôle pour l’égalité des genres et l’inclusion en Afrique grâce à des innovations responsables en matière d’IA. Il s’agit notamment de recherches novatrices menées par et pour les femmes dans le domaine de l’IA, qui contribuent à faire progresser les connaissances sur les disparités systémiques et culturelles qui sont sexospécifiques dans le secteur de l’IA en Afrique.

Comprendre et faire tomber les barrières

Bien que les obstacles systémiques à la participation des femmes scientifiques fassent l’objet d’études de plus en plus nombreuses, ces données et études de cas ont historiquement porté sur les pays du Nord. Pour combler cette lacune, le CRDI a financé en 2020 de nouveaux projets de recherche sur les obstacles uniques auxquels sont confrontées les femmes et d’autres groupes marginalisés dans les STIM dans les pays à faible revenu. Ces projets étudient le fossé entre les sexes et les obstacles à la promotion des femmes dans une série de domaines et de secteurs en Amérique latine et en Afrique subsaharienne. Sur la base de cette initiative pilote, le financement a été élargi en 2021 pour les projets de recherche portant sur la dimension de genre dans les STIM qui visent à la fois à accroître l’analyse sexospécifique dans la recherche sur les STIM ainsi qu’à faire progresser le leadership des femmes sur la base d’une meilleure compréhension des obstacles à l’avancement spécifiques au contexte dans les pays d’étude. Les activités de recherche vont de l’analyse sexospécifique dans les sciences de l’eau et du climat en Asie du Sud à l’évaluation des efforts institutionnels d’intégration du genre dans les STIM en Afrique subsaharienne. Ces nouveaux projets de recherche augmenteront les données probantes localisées sur les facteurs clés qui limitent ou soutiennent les femmes scientifiques, tout en déterminant des approches innovantes pour renforcer les mesures de l’enseignement supérieur et des institutions connexes pour être plus inclusif des femmes et de l’analyse sexospécifique dans les STIM.

Collectivement, nos efforts permettent de comprendre et d’améliorer le leadership des femmes dans le domaine scientifique, d’intégrer l’analyse sexospécifique comme une norme dans la recherche scientifique et de faire lentement tomber les barrières qui empêchent les femmes de progresser dans les domaines des STIM. En fournissant des données probantes révélant ce qui fonctionne, ancrées dans le contexte des réalités des femmes des PFR-PRI, nous pouvons créer des systèmes scientifiques plus équitables qui améliorent la vie de tous.

Pour en savoir plus sur notre travail, visitez: Éducation et sciences | CRDI - Centre de recherches pour le développement international (idrc.ca)

Faits saillants

Le programme Éducation et sciences est voué à soutenir la production de données probantes qui peuvent aider à faire progresser l’inclusion et le leadership des femmes dans des systèmes scientifiques plus forts et plus équitables dans les pays du Sud. Cela comprend notamment :

  • améliorer la représentation et la participation des femmes scientifiques;
  • faire progresser l’analyse sexospécifique et la prise en compte du genre dans les domaines des STIM, y compris l’IA;
  • comprendre et faire tomber les barrières auxquelles se heurtent les femmes et les autres groupes marginalisés dans le domaine des sciences

La justice dans un climat changeant

La crise climatique, la manière dont les gouvernements y répondent, et l’impact de cette réponse sur les personnes les plus marginalisées représentent les enjeux internationaux les plus pressants pour l’avenir, et pourtant le leadership sur ces questions fait défaut. Toutes ces réponses – ou l’absence de réponse – s’accompagneront de transitions à de multiples niveaux, susceptibles de créer ou d’exacerber des inégalités et des injustices. Elles ont également le potentiel de transformer la société en un avenir plus résilient, plus juste et plus équitable.

Ce projet rassemblera trois initiatives complémentaires conçues pour explorer les intersections de la justice et des changements climatiques en connectant et en mobilisant le leadership et la voix des groupes qui font face à des menaces critiques en matière de changements climatiques ou d’action climatique. La première initiative permettra de tirer des enseignements sur la manière de relier les connaissances et les visions du monde autochtones en matière de justice aux plans d’adaptation nationaux au Chili et au Pérou, avec des liens avec la Bolivie et le Paraguay. La deuxième initiative tire parti d’une occasion majeure d’intégrer les questions d’inclusion et de droits dans la stratégie nationale du Bangladesh sur la relocalisation planifiée en raison des changements climatiques. La troisième initiative s’appuiera sur la portée mondiale du réseau de connaissances sur le climat et le développement pour donner aux groupes et aux communautés locales les moyens de plaider efficacement en faveur d’actions climatiques justes et inclusives en Afrique, en Asie du Sud, en Amérique latine et dans les Caraïbes, et de faire entendre leur voix au niveau mondial. Cette initiative permettra d’explorer les perspectives locales de la justice et d’affiner notre compréhension de la justice climatique féministe.

Les membres des trois initiatives seront réunis à des moments clés du projet pour faire part de leurs points de vue et élaborer conjointement des leçons. Ce projet permettra d’accroître les capacités des acteurs clés sur trois continents afin de déterminer une action climatique plus équitable, inclusive et basée sur les droits. Le projet permettra de connecter des réseaux actifs d’acteurs clés capables de relier les efforts visant à étendre l’inclusion, l’égalité et les droits au moyen de l’action climatique, du niveau communautaire au niveau mondial. Il aboutira également à des approches testées pour protéger les droits et résoudre les priorités concurrentes de l’action climatique qui garantissent l’égalité et l’inclusion des groupes marginalisés.

Project ID
109741
Project Status
Actif
Duration
36 months
IDRC Officer
Adrian Di Giovanni
Total Funding
CA$ 1,588,354.00
Location
Bangladesh
Bolivie
Asie centrale
Paraguay
Pérou
Amérique du Sud
Sud du Sahara
Institution Country
Peru
Institution
Pontificia Universidad Católica del Perú
Institution Country
United Kingdom
Institution
The University of Exeter
Institution Country
South Africa
Project Leader
Shehnaaz Moosa
Institution
SouthSouthNorth Projects (Africa) NPC

Le nouveau programme de recherche-action cherche à transformer l'économie des soins

24 janvier 2022
Le CRDI et le Fonds Soros pour le développement économique ont lancé une nouvelle initiative de recherche orientée vers l'action pour aider à transformer l'économie des soins par l'investissement à impact.
Dessin d'une scène de rue représentant des personnes cuisinant, nettoyant et s'occupant des autres.
Karolina Leopold/Kore Global

L'économie des soins comprend le travail et les services rémunérés et non rémunérés qui soutiennent les soins sous toutes leurs formes. Ce travail est vital pour la société, mais il reste sous-évalué et inégalement réparti, les responsabilités incombant de manière disproportionnée aux femmes. La crise des soins générée par la pandémie de COVID-19 a exacerbé les inégalités de genre préexistantes dans l'économie des soins. En conséquence, les obstacles qui entravent l'émancipation économique des femmes se sont renforcés.    

Annoncée comme un  engagement lors du Forum sur l'égalité des générations, cette initiative de recherche produira les connaissances et les preuves nécessaires pour mobiliser des capitaux et des investisseurs d'impact afin de relever les défis de l'économie des soins dans les marchés émergents. Le programme comprend les éléments suivants : analyse du marché local et études de cas, évaluation de l'impact, incubation et accélération des entreprises de l'économie des soins, recherche sur les cadres réglementaires et les politiques, et dialogues entre l'industrie et les politiques.    

Grâce à ce partenariat, le CRDI poursuit son engagement à transformer l'économie des soins et à mobiliser des fonds pour l'égalité des sexes.   

Les fondations Open Society ont fait de l'investissement dans le secteur des soins une priorité de leur division d'investissement, le fonds Soros Economic Development. Le fonds vise à démontrer l'investissement et le potentiel à long terme de l'économie des soins et à attirer davantage de capitaux d'investissement et d'attention dans ce domaine.   

Visitez le centre de connaissances sur l'économie des soins.de l'initiative.  

Lisez un article connexe sur le site NextBillion

Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens 2021 : « Sensibilisons, maîtrisons la résistance aux antimicrobiens »

24 novembre 2021
La résistance aux antimicrobiens est un grave problème dans les domaines de la santé publique et du développement international. Le CRDI soutient l’élaboration de solutions pour les pays à faible et moyen revenu.
A lab assistant in a lab coat and hijab is surrounded by shelves with beakers full of yellow liquid and large vats on the floor.
CRDI / Bartay
L’assistant de laboratoire de Blue Archipelago, Bidarul Munir, observe la progression d’une culture d’algues.

Chaque année, du 18 au 24 novembre, se déroule la Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens, une initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, de l’Organisation mondiale de la Santé animale et de l’Organisation mondiale de la Santé qui vise à sensibiliser le monde à la résistance aux antimicrobiens et à encourager les pratiques exemplaires pour éviter l’émergence et la propagation d’infections résistantes aux médicaments. Le thème de cette année est « Sensibilisons, maîtrisons la résistance aux antimicrobiens. » 

La résistance aux antimicrobiens est un grave problème dans les domaines de la santé publique et du développement international. 

La résistance aux antimicrobienne (RAM) érode l’efficacité des antibiotiques qui sauvent des vies et dont dépendent nos systèmes de soins de santé et d’agriculture. On estime que la RAM tue environ 700 000 personnes par an. Elle a un impact important sur les populations des pays à revenu faible ou intermédiaire, en particulier dans les contextes où sa propagation est facilitée par des facteurs tels qu’une hygiène et un assainissement insuffisants, un accès limité à des infrastructures de soins de santé adéquates et l’absence de réglementations relatives à la RAM ou une incapacité à faire appliquer les réglementations qui existent. Compte tenu de la gravité et de l’étendue du problème, si l’on ne parvient pas à stopper la propagation de la RAM, celle-ci pourrait compromettre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.   

Résistance aux antimicrobiens et santé animale 

Au niveau mondial, la quantité d’antimicrobiens achetés pour être utilisés dans la production animale est presque le double de celle achetée pour être utilisée chez l’homme. L’utilisation abusive à grande échelle des antimicrobiens favorise le développement d’agents pathogènes résistants qui peuvent se transmettre à l’homme à partir des animaux, directement et indirectement, par exemple par l’exposition à du bétail infecté par des agents pathogènes résistants aux antimicrobiens, ou par l’exposition à de la viande contaminée.    

Que fait le CRDI?  

Le CRDI appuie des initiatives en santé humaine et animale axées sur les besoins des populations des pays à revenu faible ou intermédiaire, notamment : 

Comment participer à la Semaine mondiale de sensibilisation aux antimicrobiens et en apprendre davantage sur la RAM? 

Le thème de cette année encourage tout le monde à sensibiliser les gens pour maîtriser la résistance. Voici quelques points de départ : 

  • Écoutez et partagez le balado « Innovating Alternatives » avec vos amis, votre famille, vos collègues et vos collaborateurs pour en savoir plus sur la RAM et sur la façon dont le CRDI contribue aux innovations pour la production d’animaux destinés à l’alimentation. 

  • Tweetez en utilisant les mots-clics #SMBUA, #RésistanceAuxAntimicrobiens, #RAM et #ManipulerAvecSoin, et n’hésitez pas à taguer @Livestock_IDRC pour faire part de vos réflexions sur cette question. 

S'abonner à Asie centrale