Demande de manifestations d’intérêt : Partenaires d’apprentissage régionaux pour le Partage de connaissances et d’innovations du Partenariat mondial pour l’éducation

Foire aux questions

Écoutez le webinaire foire aux questions qui a eu lieu le 8 juillet.

DÉTAILS CONCERNANT L’ADMISSIBILITÉ ET LES DEMANDEURS

1. Les candidats aux partenaires d’apprentissage régionaux (RLP) – en tant qu’organisation-chef de file ou membre d’un consortium – sont-ils admissibles à demander d’autres subventions KIX (régionales ou mondiales)?

Les organisations-chefs de file ou les membres de consortiums qui agissent en tant que partenaires d’apprentissage régionaux de la KIX ou qui demandent à le devenir peuvent soumettre une proposition pour une subvention de la KIX par le biais de mécanismes de subvention mondiaux ou régionaux. Agir en tant que partenaire d’apprentissage régional n’est pas considéré comme un conflit d’intérêts, car les appels régionaux et mondiaux du KIX sont ouverts, compétitifs, fondés sur le mérite et évalués par des comités d’évaluation indépendants.

2. Les organismes des Nations Unies (ONU) peuvent-ils présenter une demande?

Oui.

3. Qu’entendez-vous par organisation légalement constituée et enregistrée dans le pays où elle exerce ses activités ? Une organisation candidate doit-elle être enregistrée et exercer ses activités dans un pays membre du GPE ?

Les institutions principales doivent avoir des bureaux permanents dans un pays situé dans la région du centre. Il n’est pas nécessaire que le pays soit partenaire du GPE. L’institution doit avoir un statut juridique dans le pays où il exerce ses activités afin qu’il puisse recevoir et administrer des fonds.

Il n’est pas nécessaire que l’institution soit légalement constituée dans le pays où elle exerce ses activités. L’appel sera modifié afin de tenir compte de ce changement.

4. Combien d’organisations peut comprendre un consortium dirigeant un centre KIX ?

Compte tenu des défis associés à la gestion d’un grand consortium, il est recommandé que chaque consortium soit composé d’un maximum de trois organisations. Une organisation doit être l’institution principale. Toutefois, s’il y a une bonne raison de former un consortium plus important, la justification doit être fournie dans la manifestation d’intérêt. Veuillez noter que le fait d’avoir un consortium de taille limitée n’empêche pas d’avoir un partenariat plus large avec d’autres organisations qui contribueront au projet.

5. Les critères d’admissibilité des membres du consortium sont-ils les mêmes que ceux des organisations principales ?

Non. Les autres membres du consortium n’ont pas à satisfaire aux exigences en matière d’enregistrement et d’emplacement. Ces exigences ne s’appliquent qu’à l’organisation principale. Toutefois, lors de la mise en oeuvre des activités de la subvention, il est impératif que les membres du consortium respectent les lois et règlements des pays dans lesquels ils mèneront leurs activités.

6. Cet appel cible-t-il les organisations régionales déjà établies ou des organisations exerçant leurs activités dans plusieurs pays de la région restent-elles admissibles ?

L’appel vise à la fois les organisations régionales établies et les organisations exerçant leurs activités dans plusieurs pays de la région. Les deux types d’organisations sont admissibles.

7. Les organisations qui exercent leurs activités dans un pays, mais qui ont la capacité de travailler dans l’ensemble de la région sont-elles admissibles ?

Oui. Le centre devrait avoir des locaux dans au moins un pays de la région, mais on ne s’attend pas à ce que les centres soient présents physiquement ou travaillent en permanence dans tous les pays de la région.

8. Une organisation présente dans plusieurs pays d’une même région serait-elle considérée comme un partenaire du consortium ou chaque bureau national serait-il considéré comme un membre ?

Cela dépend de la manière dont l’organisation est constituée et si chaque bureau est enregistré en tant qu’entité juridique indépendante.

9. Les établissements d’enseignement ou un consortium d’établissements d’enseignement peuvent-ils présenter une demande ?

Oui.

10. Les institutions peuvent-elles être parties à plus d’une demande ?

Oui.

DÉTAILS DE L’APPEL DE PROPOSITIONS

1. Qu’entendez-vous par « renseignements institutionnels sur les sources de financement » ?

À l’étape de la manifestation d’intérêt, les institutions devront fournir un questionnaire sur le profil institutionnel (QPI). Il porte sur des renseignements de base sur l’institution qui devraient être faciles à fournir pour les soumissionnaires (p. ex., raison sociale de l’institution, nom commercial, langue de travail). Ce questionnaire sera relié à la page de l’appel d’ici le 12 juillet.

2. Qu’entendez-vous par titres de compétences des membres des consortiums, du personnel et du conseil d’administration ? 

Par titres de compétences, nous entendons un curriculum vitae (CV) indiquant l’expérience pertinente des membres clés de l’équipe. Les organisations candidates doivent soumettre des CV abrégés des personnes qui dirigeront le centre KIX (chaque CV ne doit pas dépasser deux pages). Dans le cas d’un consortium, veuillez soumettre le CV de la personne qui dirigera les partenaires d’apprentissage régionaux (RLP), ainsi que les CV des personnes clés d’autres organisations. Veuillez noter qu’il n’est pas nécessaire de fournir les titres de compétences des membres du conseil d’administration à l’étape de la déclaration d’intérêt.

3. Quels documents à l’appui doivent être inclus dans la manifestation d’intérêt ?

Les demandes doivent être accompagnées des documents suivants : (1) manifestation d’intérêt (max. 4 000 mots); (2) coordonnées du candidat principal et des membres du consortium, le cas échéant; (3) questionnaire sur le profil institutionnel (QPI); et (4) CV abrégés du demandeur principal et des personnes-ressources des autres organisations dans le cas du consortium.

4. Avez-vous un modèle pour cette manifestation d’intérêt ? Y a-t-il des questions précises auxquelles nous devons répondre ?

Veuillez consulter les exigences relatives à l’appel sur la page Web. Il ne s’agit pas d’un modèle, mais nous vous demandons d’aborder des questions précises dans votre manifestation d’intérêt.

5. Dans quelle mesure serez-vous strict vis-à-vis de la longueur de la manifestation d’intérêt ?

Veuillez vous en tenir (plus ou moins) au nombre maximal de mots et aborder les questions que nous avons énoncées dans le document de l’appel. Cela nous aidera à juger équitablement les réponses.

BUDGET

1. Pouvons-nous nous attendre à ce que le GPE continue de financer les partenaires d’apprentissage régionaux après la période initiale de 50 mois ?

Nous ne pouvons garantir aucun financement supplémentaire à ce stade.

2. Le budget pour le centre KIX peut-il être utilisé pour des événements/activités faisant également intervenir des pays des régions couvertes ne faisant pas partie du GPE ?

Le financement de KIX est destiné à répondre aux besoins des pays membres du GPE. Si des pays de la région non membres du GPE peuvent transmettre des connaissances portant sur des défis particuliers, ils peuvent être invités à participer pour ces questions particulières.

3. Un budget est-il requis dans le cadre de la manifestation d’intérêt ?

Non. Il sera demandé de soumettre un budget seulement dans le cadre de la proposition finale. Les organisations seront invitées à soumettre des propositions complètes fondées sur leur manifestation d’intérêt.

SÉLECTION

1. KIX donnera-t-il la priorité aux manifestations d’intérêt des consortiums pour la direction des centres KIX ?

Non, les consortiums ne seront pas prioritaires. Pour évaluer si un consortium ou une seule entité est mieux placé pour diriger un centre, on se fondera sur la justification présentée dans la manifestation d’intérêt.

2. Comment les manifestations d’intérêt seront-elles examinées ? Comment les propositions finales seront-elles examinées ?

Le personnel du CRDI examinera les manifestations d’intérêt en utilisant les critères d’évaluation mentionnés dans le document de l’appel (inclure un lien vers l’appel https://www.idrc.ca/fr/document-de-demande-partenaires-dapprentissage-regionaux-pour-le-partage-de-connaissances-et). Lors du processus d’examen, le personnel du CRDI présélectionnera jusqu’à quatre candidats pour chacune des quatre régions, qui seront ensuite invités à soumettre une proposition finale.

Le personnel du CRDI évaluera les propositions finales en utilisant les critères d’évaluation qui seront communiqués aux candidats présélectionnés. Sur la base de cette évaluation, le CRDI, en collaboration avec le GPE, sélectionnera un candidat pour diriger chacun des quatre centres régionaux KIX.

FONCTION DES CENTRES

1. Étant donné la vaste zone géographique et l’extrême diversité des pays que couvre le centre KIX 3, combien de pays de la région prévoyez-vous que le centre régional KIX sera capable de mobiliser pour participer au programme ?

Les activités des centres KIX doivent cibler et viser à mobiliser tous les pays du GPE dans chaque région, même si chaque pays décide d’y participer sur une base volontaire. Nous comprenons que le niveau de mobilisation sera progressif et pourrait ne pas être uniforme au sein des régions ou d’une région à l’autre. Le centre 3, en particulier, peut nécessiter une approche différente en matière de mobilisation et de participation.

Les demandeurs doivent utiliser leur connaissance de la région et des acteurs pour élaborer une stratégie qui traduise leur vision de la manière dont un centre peut atteindre ses objectifs.

2. Les activités d'un centre sont-elles à mener uniquement dans le pays d'accueil du centre ou bien aussi dans les autres pays concernés?

Note the 3 questions highlighted in yellow that have been provided in French, so have to be translated into English.

Tous les pays du GPE de la région seront invités à participer aux activités du centre KIX. Ainsi, même si l’organisation hôte du centre est située dans un pays particulier, ses activités devraient pouvoir mobiliser tous les pays du GPE. Certaines activités soutenues par le centre régional (p. ex. visites d’échange, webinaires d’échange de connaissances entre pays, ateliers) pourraient très bien se dérouler dans des pays autres que celui où se trouve le centre.

3. Comment les centres KIX travailleront-ils avec le GPE ?

Les centres régionaux interagiront avec le GPE à de multiples titres : avec les équipes nationales et thématiques, avec les partenaires des pays en développement et les agences de coordination, dans le cadre de la stratégie numérique, et à travers de nombreuses occasions de production de connaissances.

4. Comment les centres KIX fonctionneront-ils entre eux ?

On s’attend à ce que les différents centres régionaux collaborent pour tirer parti des synergies et des complémentarités. Le CRDI envisage d’organiser un atelier de lancement aux premières étapes afin que les institutions puissent apprendre les unes des autres et affiner leur approche.

5. Le centre aura t’il la responsabilité de lancer les appels à projets de recherche régionaux et de recherche-action (termes de référence, processus d'évaluation...) ?

Non. Le CRDI lancera et administrera les appels régionaux. Toutefois, les centres seront invités à participer à l’élaboration des prochains appels de propositions régionaux, car lorsqu’ils feront participer des représentants des pays membres du GPE, ils détermineront les domaines qui représentent des défis communs ou les besoins de recherche et d’innovation supplémentaires du fait que les solutions existantes sont inadaptées. Ces priorités non satisfaites feront l’objet d’appels de propositions pour des projets régionaux à l’appui des innovations et de la recherche nouvelle, appels que le CRDI organisera.

6. Les subventions qui seront éventuellement reçus par un consortium peuvent-elles prendre en charge des frais de fonctionnement ou de ressources humaines?

Les fonds ne peuvent être utilisés que pour soutenir le fonctionnement d’un centre KIX. Ils ne peuvent pas être utilisés pour le financement de base de l’organisation. Si des membres de votre personnel travaillent sur KIX, le financement peut être utilisé pour payer leur salaire à titre de coût de remplacement.