Aller au contenu principal

Croissance de l’économie et débouchés économiques des femmes – Afrique de l’Ouest– Appel à propositions

Croissance Économique et Autonomisation de la Femme en Afrique de l’Ouest : Appel à propositions

Table des matières

1. Contexte

2. Objectifs et portée de l’appel à propositions

3. Thèmes de recherche prioritaires

4. Quels types de projets sont éligibles?

5. Critères d’admissibilité

6. Processus de soumission de propositions et directives

7. Budget et durée des projets

8. Critères d'évaluation des propositions

9.  Politiques sur l'éthique de la recherche

10. Politique sur le libre accès

11. Exigences d'autorisation-pays et évaluation des risques

12. Autorisation d'utilisation et de divulgation d'informations

  1. Contexte :

Les facteurs contextuels et domestiques interagissent séparément et conjointement pour façonner les opportunités économiques des femmes. Les facteurs contextuels comprennent les institutions formelles (lois, réglementations et politiques) et les institutions informelles (normes sociales liées au genre) qui, dans la plupart des pays, et à des degrés divers, contraignent le pouvoir d’autodétermination des femmes, y compris sur le plan économique. Les traditions et les normes socio-culturelles liées au genre en particulier façonnent la participation des femmes au marché du travail et expliquent en partie la ségrégation sectorielle par sexe sur le marché du travail. Les secteurs et professions à prédominance masculine sont nettement plus productifs et mieux payés que ceux à prédominance féminine.

La répartition des ressources et du travail domestique au sein du ménage, ainsi que les tendances socio-démographiques qui influencent la formation et la taille des ménages constituent très souvent des obstacles supplémentaires à l’autonomisation des femmes.

Le travail domestique et les soins non rémunérés des femmes, ainsi que leur statut inférieur au sein du ménage, peuvent restreindre de façon significative leurs aspirations professionnelles en les privant de temps et de pouvoir de négociation. Ainsi par exemple, la moitié des ménages ruraux et environ un quart des ménages urbains en Afrique de l’Ouest n'ont pas facilement accès aux sources d'eau potable, et la majeure partie du fardeau de la collecte de l'eau incombe aux femmes (en Afrique sub-Saharienne en moyenne, cette tâche incombe à une femme adulte dans 63 % des ménages ruraux et 29 % des ménages urbains alors qu’en comparaison, un homme adulte a cette responsabilité dans seulement 11 % des ménages ruraux et 10 % des ménages urbains).[1]

La majorité des ménages en Afrique sub-Saharienne utilisent également des combustibles solides pour cuisiner sur des feux de bois ou des poêles traditionnels sans cheminée, affectant de manière disproportionnée la santé des femmes et contribuant à la dégradation de l’environnement.[2] C’est ainsi qu’en moyenne 66 % des ménages en Afrique subsaharienne dépendent du bois de chauffage pour cuisiner (comparativement à 55 % des ménages Asie du Sud et du Sud-Est et 31 % des ménages d'Amérique latine). Les données disponibles sur l'utilisation du temps suggèrent que dans certains pays comme au Bénin, au Ghana et au Malawi, les femmes passent plus de temps que les hommes à ramasser du bois de chauffage, tandis que dans d'autres pays les hommes y consacrent plus de temps surtout lorsqu’il s’agit de bois destiné à la vente. Au Bénin par exemple, 22 % des femmes ramassent du bois de chauffage contre seulement 5 % des hommes, et le temps moyen est de 16 minutes par jour pour les femmes et de 4 minutes pour les hommes.

Au vu de ce qui précède l’autonomisation de la femme passe donc par la réduction et la redistribution du travail domestique et des soins non rémunérés au sein du ménage. Du point de vue de la réduction de la charge de travail domestique, des éléments de littérature suggèrent que certaines innovations pourraient efficacement y contribuer tout en réduisant l’empreinte carbone de l’activité humaine et de l’activité économique.[3]

La redistribution du travail domestique semble pour sa part dépendre tant des normes socio-culturelles que des politiques publiques. Une évolution des perceptions sur le rôle de l’homme et de la femme au sein du ménage pourrait y contribuer.

L’urgence de l’action basée sur des données probantes est encore plus perceptible dans un contexte socio-économique lié à la pandémie de COVID-19 et l’accélération des changements climatiques. Des expériences précédentes, y compris la récente crise d'Ebola en Afrique de l'Ouest, ont montré que les situations de crise économiques induites par une pandémie ou phénomènes climatiques extrêmes peuvent s’accompagner d’une détérioration de la situation économique de la femme et de son pouvoir de négociation au sein du ménage. L'augmentation de la violence basée sur le genre observée à travers le monde et le fardeau supplémentaire des soins non rémunérés risquent d’aggraver les situations de vulnérabilité liées au genre. L'impact combiné de ces différents facteurs peut donc remettre en cause les progrès réalisés en matière d'égalité des sexes au cours des années récentes.

  1. Objectifs et portée de l’appel à propositions

Le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) est une société d’état canadienne qui finance la recherche dans des pays en développement afin de faire progresser les connaissances et de résoudre les problèmes pratiques de développement. S’inscrivant dans les activités liées aux affaires étrangères et au développement du Canada, le CRDI investit dans le savoir, l’innovation et les solutions afin d’améliorer les conditions de vie et les moyens de subsistance dans les pays en développement. Le CRDI collabore avec de nombreux intervenants, notamment des organisations de la société civile, des instituts de recherche sur les politiques publiques, des organismes régionaux et des services gouvernementaux de pays en développement afin de susciter des changements positifs à grande échelle.

Dans le cadre de ses activités de soutien à la recherche appliquée au développement en Afrique de l’Ouest, le CRDI se propose de poursuivre l’action entreprise dans le cadre de l’initiative à succès sur la Croissance de l’économie et débouchés économiques des femmes (CEDEF).

S'appuyant sur l'initiative CEDEF Afrique de l'Est récemment lancée, CEDEF Afrique de l'Ouest soutiendra une recherche appliquée, pratique, approfondie et ancrée dans le contexte local des pays ciblés : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Sénégal. Son but est de contribuer à une reconstruction des systèmes socio-économiques post COVID-19 d’une manière qui contribue à l’autonomisation des femmes et à l’égalité des sexes. Ainsi, à travers les recherches soutenues elle fournira des données probantes, des outils pratiques et des conseils pertinents à prise de décisions. Grâce à des partenariats avec des acteurs des secteurs public et privé, elle cherchera à identifier et à faciliter la mise à l’échelle des solutions efficaces pour réaliser l’autonomisation de la femme et l’égalité des sexes à travers la réduction et la redistribution du travail domestique et des soins non rémunérés. CEDEF Afrique de l'Ouest vient ainsi s’ajouter à l’initiative CEDEF Afrique de l’Est dont la portée thématique est plus large.

L'autonomisation économique de la femme et la réduction des disparités hommes-femmes sur le marché du travail sont essentielles à la réduction des inégalités entre sexes et l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD). Entre 2008 et 2018 il a été observé une réduction des écarts entre les jeunes filles et les jeunes hommes en matière d’éducation primaire et secondaire en Afrique de l’Ouest. De manière générale, la participation des femmes au marché du travail est en baisse mais on observe une baisse plus forte en Afrique de l’Ouest comparativement aux autres régions (59 % à 55 % pour l’Afrique de l’Ouest contre 64.5 % à 63 % pour l’Afrique sub-Saharienne et 54 % à 52.5 % pour le monde entier).  Malgré la baisse plus rapide de la part de la main d’œuvre féminine agricole entre 2008 et 2018 (45% à 33% en Afrique de l’Ouest contre 60 % à 53 % en Afrique sub-Saharienne et 33.5 % à 26 % dans le monde), l’autonomisation de la femme semble se heurter à des obstacles fondamentaux tels que la forte natalité combinée à certaines normes sociales attribuant la charge des soins non rémunérés à la femme.

Les objectifs de CEDEF Afrique de l’Ouest se déclinent comme suit :

  • Approfondir les connaissances sur les moyens de promouvoir l’autonomisation de la femme à travers la suppression des obstacles à une participation optimale sur le marché du travail;
  • Proposer et tester des solutions innovantes pour réduire et redistribuer la charge de travail domestique et des soins non rémunérés permettant d’avoir un impact à grande échelle;
  • Générer de nouvelles preuves scientifiques solides à partir de la recherche et de l'évaluation d’innovations, d’initiatives, de politiques ou de programmes pour réduire la charge de travail domestique et des soins non rémunérés de la femme;
  • Soutenir et mobiliser les chercheur(e)s et les institutions de recherche du Sud pour assumer des rôles de leadership dans la recherche et favoriser le partage d’expériences grâce à un dialogue multipartite à l’échelle nationale et entre les pays.
  1. Thèmes de recherche prioritaires

À travers une approche intersectionnelle, CEDEF Afrique de l’Ouest veut appuyer la recherche transformatrice qui se concentre sur la situation de la femme telle que déterminée par les normes sociales et les dynamiques de pouvoir au sein de la société qui façonnent leurs choix et opportunités. Le présent appel se concentre sur le thème de la réduction et de la redistribution de la charge de travail domestique et les soins non rémunérés à travers des innovations, technologies, pratiques, interventions, politiques et attitudes susceptibles d’être portées à l’échelle.

La responsabilité des soins non rémunérés incombe aux femmes de manière disproportionnée. En Afrique de l'Ouest, les femmes y consacrent trois à cinq fois plus de temps que les hommes.[4] Les normes sociales sexospécifiques qui considèrent le travail domestique et les soins non rémunérés comme une prérogative féminine obligent les femmes à passer une partie substantielle de leur journée à répondre à cette attente, en plus de leurs activités rémunérées. On reconnaît de plus en plus les implications de ce ``double fardeau’’ sur le type d'activités économiques que les femmes peuvent exercer, leur potentiel de gains et leur bien-être en général.[5] Et malgré la participation des femmes au marché du travail, il existe toujours une attente généralisée à l'égard des femmes en Afrique de l'Ouest.

Les projets de recherche soutenus dans ce cadre devront porter sur l’un des thèmes suivants :

Thème 1 : Les technologies, innovations et infrastructures qui réduisent et redistribuent le travail domestique et les soins non rémunérés

La technologie et l'accès aux infrastructures peuvent réduire et redistribuer le volume de travail domestique et de soins non rémunérés effectué par les femmes. Cependant, ce n'est pas toujours le cas. Certaines technologies peuvent réduire la pénibilité de ce type de travail sans rendre la répartition des tâches plus équitable.

Ainsi par exemple, l’implication des femmes dans la fourniture d'électricité et d'énergie motrice est considérée comme susceptible d’améliorer leur bien-être, compte-tenu des normes sociales attribuant la responsabilité de l’approvisionnement énergétique du ménage à la femme, qui doit en parallèle, s’acquitter de travaux domestiques et champêtres physiquement exigeants qui leur laissent peu de temps pour se reposer ou entreprendre des activités génératrices de revenus.

Conformément aux appels en faveur d’une croissance plus respectueuse de l’environnement, l’on observe également dans en Afrique de l’Ouest la promotion croissante de produits solaires, de technologies de cuisson et de foyers améliorés plus compatibles avec la préservation de l’environnement et dont on espère une réduction des égalités entre sexes.[6][7]

Les projets sous ce thème se concentreront sur l'identification de technologies, innovations, ou/et infrastructures qui réduisent et redistribuent le travail domestique et les soins non rémunérés, tout en générant des opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat pour les femmes, et qui sont susceptibles d’être portées à l’échelle.

Les projets de recherche soutenus sous ce thème aborderont les questions clés suivantes :

  • Quelles technologies économiquement viables ont le potentiel de réduire la charge de travail de soins non rémunérés des femmes tout en assurant un partage plus équitable de ces tâches au sein du ménage?
  • Quelles sont les meilleures approches de mise à l’échelle pour ces technologies, innovations et infrastructures avec un grand potentiel?

Thème 2 : Les services de garde d'enfants pour différentes catégories de femmes et possibilités de mise à l’échelle

L'Afrique de l'Ouest se caractérise par une transition inachevée de la fécondité, avec cinq des 17 pays affichant des taux de fécondité de cinq enfants ou plus par femme, et une stagnation de la fécondité à un niveau élevé.[8] Cette situation, combinée à la charge disproportionnée du travail domestique et des soins non rémunérés supportés par les femmes au sein du ménage et au manque d’infrastructures de soutien fournies par l’État, réduit considérablement le temps dont disposent les femmes, limite leur mobilité et constitue une contrainte majeure lorsqu’il faut saisir des opportunités économiques. Elle peut néanmoins présenter des opportunités.

Les projets portant sur ce thème devront tester des initiatives de services de garde d'enfants abordables et de qualité - secteur privé, gouvernemental, communautaire ou toute combinaison de ces trois approches, qui, tout en présentant des opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat pour les femmes peuvent être mises à l’échelle. Ils devront également enrichir les connaissances sur l’impact des services de garde d’enfants sur le bien-être économique des femmes et la réduction de leur charge de travail non rémunéré.

La recherche soutenue dans ce cadre répondra aux questions clés suivantes :

  • Quels modèles fonctionnent le mieux pour la fourniture de services de garde d’enfants à différentes catégories de femmes?
  • Comment les modèles de services de garde peuvent-ils rester abordables, sûrs et avoir des impacts positifs sur la participation économique des femmes et la charge de travail des soins non rémunérés?
  • Quelles sont les meilleures approches de mise à l’échelle pour ces initiatives?

Thème 3 : Changer les normes et la perception du public sur le travail domestique et les soins non rémunérés

Les normes et les stéréotypes liés au genre façonnent les rôles traditionnels des hommes et des femmes, et en particulier en ce qui concerne le travail domestique et les soins non rémunérés. L’OCDE (2019) estime que lois formelles et informelles, normes et pratiques sociales restreignent les droits et les opportunités d’autonomisation des femmes dans les 17 pays d’Afrique de l’Ouest. Ainsi, par exemple le niveau de discrimination est élevé ou très élevé dans 13 pays de la sous-région, seulement 5 pays ayant un niveau de discrimination moyen.[9] En moyenne 17 % des hommes ouest-africains pensent également qu’il est inacceptable qu’une femme travaille hors de la maison, et 21 % préféreraient que les femmes de leur famille restent à la maison plutôt que d’occuper un emploi rémunéré.[10]

Les projets sous ce thème devront faire la lumière sur des approches individuelles ou collectives économiquement viables pour changer changent les normes et les perceptions du public sur le travail domestique et les soins non rémunérés à grande échelle.

Les projets appuyés sous ce thème viseront à répondre aux questions clés suivantes:

  • Qu'est-ce qui fonctionne pour changer les normes et les perceptions du public sur le travail domestique et les soins non rémunérés de manière économiquement viable?
  • Comment ces changements peuvent-ils se traduire par des changements d'attitudes et de comportements, entraînant une redistribution du travail domestique et des soins non rémunérés au sein du ménage?
  • Quelles sont les meilleures approches de mise à l’échelle pour ces initiatives?

Pour chacun de ces thèmes, les projets CEDEF Afrique de l'Ouest devraient chercher à exploiter le pouvoir d’agence collectif des femmes en travaillant par exemple avec des organisations féminines ou d’autres groupes d'action collective pour réaliser l'autonomisation économique des femmes et l'égalité des sexes.

  1. Quels types de projets sont éligibles?

Le CRDI invite les candidat(e)s éligibles à soumettre des propositions de recherche de type évaluation ou de type action / mise en œuvre. Dans les deux cas, l'accent est mis sur l’essai et l’évaluation de solutions pouvant être mises à l'échelle. L’appel à proposition ne financera PAS d'études descriptives.

Les projets de type évaluation devront se concentrer sur l'évaluation de technologies, innovations, infrastructures, ou initiatives publiques ou privées liées aux priorités thématiques de CEDEF Afrique de l'Ouest afin de générer des données probantes solides sur ce qui fonctionne. Ceux-ci devraient s’associer aux responsables de politiques publiques locales, nationales ou communautaires, au secteur privé et / ou aux acteurs de la société civile, selon le cas, pour éclairer de façon pratique, pertinente et appropriée les efforts de réplication, de passage à l’échelle et l’amélioration des politiques et pratiques en matière d’autonomisation des femmes et d’égalité des sexes par le biais d’actions transformatrices.

Les projets de type recherche-action / mise en œuvre devront travailler aux côtés d'acteurs politiques clés - gouvernement, secteur privé ou non gouvernemental - selon le cas, pour tester et / ou mettre à l'échelle des solutions qui répondent à un ou plusieurs des thèmes prioritaires de CEDEF Afrique de l'Est. Ces projets sont conçus pour fournir une boucle de rétroaction continue dans la conception et / ou la mise en œuvre du programme.

Étant donné que les défis et les opportunités auxquels les femmes font face sont renforcés par d'autres facteurs tels que l’ethnie, la classe sociale, la religion et la position socioéconomique, les projets financés devraient adopter une approche intersectionnelle, allant au-delà des généralisations et identifiant ce qui fonctionne pour des catégories de femmes bien précises. Ils devraient aussi tenir compte de la dynamique des relations asymétriques de pouvoir au sein du ménage et au sein de la société de façon générale et qui façonnent les choix et les opportunités des femmes. Ceci vise à identifier les moyens de surmonter les obstacles structurels qui affectent l’autonomisation de la femme de façon général, et en particulier le travail rémunéré et non rémunéré.

CEDEF Afrique de l'Ouest s’intéresse à des projets de recherche pouvant avoir un impact sur un grand nombre de personnes, via l’application des connaissances produites. Les projets doivent inclure une stratégie claire pour mener à l'adoption des résultats générés en intégrant dans la conception du projet une identification des points d'entrée, des outils, des approches et des réseaux pour éclairer la prise de décision (dans la société civile, le secteur privé ou l’administration publique). La préférence sera accordée aux projets qui visent à articuler, synthétiser et présenter leurs résultats de recherche de manière pratique et utilisable, tout en inscrivant les chercheurs et leurs travaux dans des cadres ou processus de déploiement d’activités (secteur privé, ONG), de plaidoyer (société civile), ou de politiques publiques (niveau local, national ou communautaire) des pays où la recherche sera mise en œuvre. Nous recherchons en particulier des projets dans lesquels les chercheurs travaillent avec les utilisateurs des résultats escomptés (secteur privé / administrations publiques / ONG / société civile) tout au long de la recherche pour définir les orientations et priorités stratégiques, articuler et mener des recherches susceptibles de déboucher sur des solutions pratiques pouvant être adoptées.

  1. Critères d’admissibilité

Les critères suivants s’appliquent:

Type d'organisation: les projets proposés doivent être entrepris par une institution de recherche dûment enregistrée sur le plan légal. L'institution porteuse du projet doit être basée en Afrique de l’Ouest, et doit être enregistrée dans le pays où se fera la recherche. La recherche proposée peut être effectuée par une institution de recherche, un consortium de recherche ou une ONG / partenaire de mise en œuvre ayant une capacité avérée à faire de la recherche.

Les agences des Nations Unies, les bailleurs de fonds et les organisations multilatérales NE SONT PAS éligibles à cet appel. Les candidatures de personnes individuelles ne seront PAS acceptées.

Collaboration: Des consortiums de recherche de trois partenaires institutionnels au plus peuvent soumettre une proposition, mais un seul des partenaires doit être désigné comme institution porteuse du projet[11]. Les institutions porteuses doivent soumettre une seule proposition de recherche au CRDI au nom du consortium. Les autres membres du consortium seront considérés comme organisations tierces et le CRDI ne conclura aucune entente directe avec eux.

Les partenariats entre les institutions de recherche, les structures actives dans la mise en oeuvre, le secteur privé et les décideurs sont fortement recommandés. Compte tenu de la portée et de l'ampleur des travaux envisagés, il est peu probable que les institutions de recherche y parviennent en isolation. La conception du projet devrait idéalement intégrer le(s) partenariat(s) concernés et se refléter dans les acteurs impliqués.

Pays ciblés par la recherche: les projets proposés doivent être exécutés uniquement dans un ou plusieurs des pays d'Afrique de l'Ouest suivants: Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire et Sénégal.

Une seule proposition peut être soumise par institution. Les chercheur(e)s peuvent être impliqué(e)s dans plusieurs propositions, mais ne peuvent apparaître comme chef(fe)s de projet que dans une seule proposition. La collaboration entre institutions est encouragée, mais une institution ne peut jouer le rôle d’institution porteuse que dans une seule proposition. Le processus de sélection finale tiendra compte de la nécessité d'un portefeuille équilibré de projets impliquant une variété de chercheurs, de thèmes et de pays. La diversité sera par conséquent recherchée de façon active.

  1. Processus de soumission de propositions et directives

Ceci est un appel à propositions en une seule étape. À ce titre, les intéressé(e)s doivent soumettre une proposition complète. Toutes les propositions doivent être soumises en ligne en utilisant le lien du formulaire de candidature CEDEF Afrique de l'Ouest et doivent être en français ou anglais.

Les demandes incomplètes ou reçues après la date limite (11 septembre) ne seront pas prises en considération.

Pour qu'une demande soit considérée comme complète, chaque section de la demande doit être remplie et tous les documents à l'appui doivent être inclus dans la demande. Les informations requises dans le formulaire en ligne incluent:

Résumé du projet: Titre du projet, durée du projet, pays où la recherche aura lieu, budget total estimé, résumé du projet, thème (s) sélectionné (s), type(s) de projet.

Informations générales: Chercheur principal / chercheure principale, institution principale, institutions participantes, bref aperçu sur les institutions participantes, coordonnées.

Proposition de recherche: Entre autres, elle comprendra une articulation claire du problème de recherche, des objectifs de recherche, de la méthodologie proposée (collecte des données et techniques d’analyse), des extrants et résultats attendus, de la pertinence et du positionnement pour un impact à grande échelle, y compris la stratégie devant mener à l’utilisation vérifiable des résultats, l'éthique de la recherche, les défis et les risques et la composition de l'équipe de recherche.

CV de l'équipe de recherche: Les propositions doivent inclure le CV du chercheur principal / de la chercheure principale issu (e) de l’institution porteuse du projet et les CV des chercheurs principaux de chacune des institutions participantes, le cas échéant. Chaque CV ne doit pas dépasser 2 pages.

Échantillons de travaux antérieurs: Les propositions doivent comprendre 2 échantillons de travaux produits par le chercheur principal et / ou le demandeur / l'institution principale. Les échantillons pourraient inclure des résultats de recherche (article de revue, chapitre de livre, rapport de recherche, etc.) et / ou du matériel de communication (éditorial, note d’orientation, vidéo, etc.). Les échantillons de travaux devraient démontrer la capacité à conduire des recherches rigoureuses sur les questions de l’autonomisation économique des femmes et / ou la capacité et l’engagement à diffuser les résultats de la recherche et à en faciliter l’adoption parmi les utilisateurs (décideurs du secteur public ou privé, ONG, société civile).

Résumé du budget: Les intéressé(e)s doivent fournir un budget détaillé en suivant les directives fournies dans le formulaire de candidature en ligne.

Calendrier provisoire: Les candidats doivent fournir un calendrier provisoire résumant les principales activités, extrants et engagements des parties prenantes.

Documentation institutionnelle supplémentaire:

Pour que le CRDI puisse conclure une entente avec une organisation, il doit s'assurer que l'institution a un statut juridique indépendant et qu'elle est en mesure de contracter de son propre chef et en son propre nom. Les institutions doivent fournir une copie de la documentation juridique par laquelle l'institution candidate / chef de file a été fondée ou créée où elle est basée. Cette documentation juridique varie en fonction du lieu et du type d’organisation.

Pour les institutions privées / organisations non gouvernementales : cela comprend les patentes; les statuts / actes d’association; statuts / actes de constitution; certificats de constitution; certificats d'inscription *.

Pour les institutions publiques: Législation (actes législatifs) créant des organismes gouvernementaux / quasi-gouvernementaux du secteur public*.

* Le document fourni au CRDI doit indiquer clairement le nom de l'organisation et doit être fourni au CRDI en anglais ou en français. Si la documentation originale n'est pas disponible dans l'une de ces langues, une traduction certifiée dans l'une de ces langues doit être fournie avec une copie du document original. Une traduction certifiée signifie que la traduction est effectuée par une personne qui est un traducteur externe (ne faisant pas partie de l'organisation) et qui certifie que la traduction est exacte au meilleur de ses connaissances.

7. Budget et durée des projets

Grâce à un appel ouvert à propositions, CEDEF Afrique de l’Ouest prévoit de financer six à dix projets, avec un budget pouvant atteindre 500,000 $ CA chacun. La durée maximale des projets est de 24 mois pour les projets de type évaluation, et de 36 mois pour les projets de recherche action / mise en œuvre.

8.  Critères d'évaluation des propositions

Toutes les propositions seront évaluées sur la base des mêmes critères, indépendamment de la taille de la subvention. Le montant final de la subvention et le nombre de subventions seront déterminés après la sélection des propositions et la recherche d’une juste valeur des projets (rapport qualité-prix). L’évaluation des propositions impliquera des évaluateurs internes et externes. Chaque demande sera évaluée par deux administrateurs de programme du CRDI et deux experts externes sur la base des critères ci-dessous.

Critère d’évaluation

Pondération (%)

Pertinence

• Adéquation de la proposition avec les objectifs, les thèmes et la portée de l'appel à propositions

• Justification claire et preuve que le travail proposé répond à un besoin critique de données probantes et / ou de politiques dans le pays où la recherche aura lieu

• L'approche proposée dans la recherche a un potentiel clair de résoudre les problèmes identifiés et combler les limites observées dans l’évidence empirique existante

• Une approche claire pour traiter des considérations de genre et faire la lumière sur les causes profondes des inégalités de genre est intégrée dans la conception et l'analyse de la recherche

 

30%

Qualité et rigueur de la recherche

  • Les questions de recherche et les objectifs de la recherche sont clairement articulés, spécifiques et traitables
  • La méthodologie est rigoureuse et appropriée pour répondre aux questions de recherche
  • La méthodologie comprend des preuves de l'utilisation d'approches intersectionnelles et multidisciplinaires
  • L'approche de la recherche est innovante et a le potentiel de générer des évidences empiriques et / ou des solutions nouvelles et susceptibles d’être mise à l’échelle

 

25%

Stratégie de promotion de l’utilisation des résultats

• La proposition démontre une capacité à générer des résultats pertinents pour la prise de décision (administration publique ou privée) dans le contexte du pays de l'étude, et a des plans clairs pour promouvoir l'adoption des résultats de la recherche

• Analyse pertinente des parties prenantes et faisabilité de l'approche proposée pour le partage des connaissances et leur utilisation par un large groupe de parties prenantes, y compris les décideurs (administration publique ou privée)

• Stratégie claire pour impliquer les parties prenantes concernées, secteur privé et /ou décideurs, dans les différentes étapes du processus de recherche

• La proposition comprend des indicateurs clairs pour mesurer l’absorption / l’utilisation des résultats et des plans pour la documenter

 

25%

Qualité de l’équipe de recherche

• Force de la composition de l'équipe, y compris la capacité d'intégrer une gamme de disciplines pertinentes au sujet de la recherche

• Antécédents de l'équipe de recherche, y compris des résultats de recherche internationalement reconnus sur le sujet de la recherche (par exemple, publications évaluées par des pairs)

• Capacité et expérience dans la recherche de type mise en œuvre, y compris capacité dans la création de partenariats à cette fin

• Stratégie de mise en œuvre claire et appropriation partagée de la stratégie par les différents partenaires de la recherche proposée

 

15%

Rapport qualité-prix

La proposition comprend un budget clair et basé sur les résultats

• L'échelle et la portée du projet et l'adoption potentielle des résultats justifient la taille du budget

5%

Total:

100%

9.  Politiques sur l'éthique de la recherche

Le CRDI exige que la recherche sur des êtres humains soit effectuée conformément aux normes éthiques les plus élevées possibles. Lorsque nécessaire, les récipiendaires de subventions de recherche devront obtenir l'approbation d'un organisme institutionnel officiel ou national d'éthique de la recherche; le processus doit d’obtention de l’approbation doit être précisé dans la proposition. Lorsqu'il n'est pas possible d'obtenir l'approbation nationale en matière d'éthique, la proposition doit proposer des mécanismes pour la mise en place d'un comité d'examen éthique du projet, et les récipiendaires de subventions doivent soumettre les protocoles d'éthique et de sécurité au CRDI.

10. Politique sur le libre accès

Le CRDI a une politique de libre accès disponible ici, et qui cadre avec un mouvement plus large soutenu par les bailleurs de fonds de la recherche et les gouvernements, y compris le gouvernement du Canada, comme moyen d'accroître la transparence, la reddition des comptes et l'efficacité.

11. Exigences d'autorisation-pays et évaluation des risques

Pour les propositions retenues, les récipiendaires devront signer l’accord de subvention-type du CRDI, qui est périodiquement modifié par le CRDI. Dans le cas de consortiums de recherche, l'institution candidate / principale signera l'accord de subvention avec le CRDI et sera responsable de recevoir et d'administrer les fonds et de s'assurer que toutes les conditions de subvention sont remplies. Pour un exemple des conditions générales, veuillez consulter les Conditions générales de l’accord de subvention et le Guide pour candidats : Comment présenter et gérer une subvention de recherche du CRDI.

12. Autorisation d'utilisation et de divulgation d'informations

En soumettant une demande dans le cadre du présent appel compétitif à propositions, le demandeur consent à la divulgation des documents soumis par le demandeur aux examinateurs participant au processus de sélection, tant au CRDI qu'à l'extérieur. Le demandeur consent en outre à la divulgation du nom du demandeur, du nom du chercheur principal et du nom du projet proposé, dans toute annonce de propositions sélectionnées. Tous les renseignements personnels recueillis par le CRDI au sujet des candidats à des subventions et bourses sont utilisés pour évaluer les demandes, administrer et faire le suivi des bourses, et pour promouvoir et soutenir la recherche en matière de développement international au Canada et dans les régions où le CRDI opère. Conformément à ces objectifs, les candidats doivent s'attendre à ce que les informations recueillies par le CRDI puissent être utilisées et divulguées dans le cadre d'activités appuyées par le CRDI.

 

[1] Source: United Nations, 2010. The World's Women 2010: Trends and Statistics. New York.

[2] Voir par exemple, Mirzabaev, A., J. Wu, J. Evans, F. García-Oliva, I.A.G. Hussein, M.H. Iqbal, J. Kimutai, T. Knowles, F. Meza, D. Nedjraoui, F. Tena, M. Türkeş, R.J. Vázquez, M. Weltz, 2019: Desertification. Dans: Climate Change and Land: an IPCC special report on climate change, desertification, land degradation, sustainable land management, food security, and greenhouse gas fluxes in terrestrial ecosystems [P.R. Shukla, J. Skea, E. Calvo Buendia, V. Masson-Delmotte, H.-O. Pörtner, D.C. Roberts, P. Zhai, R. Slade, S. Connors, R. van Diemen, M. Ferrat, E. Haughey, S. Luz, S. Neogi, M. Pathak, J. Petzold, J. Portugal Pereira, P. Vyas, E. Huntley, K. Kissick, M. Belkacemi, J. Malley, (eds.)].

[3] Voir, Gunnar Köhlin, Erin O. Sills, Subhrendu K. Pattanayak, and Christopher Wilfong, 2011. Energy, Gender and Development: What are the Linkages? Where is the Evidence? Background Paper to the 2012 World Development Report. World Bank Policy Research Working Paper 5800

[4] Voir par exemple, International Labour Organization (2019). The Unpaid Care Work and the Labour Market. An analysis of time use data based on the latest World Compilation of Time-use Surveys

[5] Voir par exemple, OECD (2019). Breaking Down Barriers to Women's Economic Empowerment: Policy approaches to unpaid care work, OECD Policy Papers March 2019 No. 18; UN Women (2018). Promoting Women's Economic Empowerment: Recognizing and Investing in the Care Economy, UN Women Issue Paper May 2018; Oxfam (2017). An Economy that Works for Women: Achieving Women's Economic Empowerment in an Increasingly Unequal World, Oxfam briefing paper, March 2017.

[6] Voir par exemple, Organisations de la société civile NAFA NAANA ou Tiipaalga au Burkina Faso.

[7] Voir, OCDE, (2020).  Women and climate change in the Sahel.

[8] Source: World Development Indicators. (2017). World Bank

[9] Source : OCDE, (2018). Les Inégalités de genre dans les institutions sociales ouest-Africaines.

[10] Source : Gallup et OIT (2017). Vers un meilleur avenir pour les femmes au travail : Ce qu’en pensent les femmes et les hommes. Gallup, Inc. et Organisation internationale du travail

[11] L'institution responsable signera l'accord de subvention avec le CRDI et, à ce titre, sera responsable de la réception et de l'administration des fonds et de s'assurer que toutes les conditions de la subvention sont respectées. Les institutions de recherche peuvent inclure les universités, les gouvernements, le secteur privé et les organisations à but non lucratif.