Cohorte de 2018 des bénéficiaires de petites subventions de recherche de l’AIMS en science des changements climatiques

Daniel Akinyele

Daniel Akinyele, Nigeria
Enseignant, Département de génie électrique et électronique de l’Université de Lagos, Nigeria

M. Akinyele a obtenu un doctorat en génie (énergie renouvelable) de l’Université Victoria de Wellington, en Nouvelle-Zélande. Il a été ingénieur principal à l’Agence nationale pour l’infrastructure scientifique et technique au Nigeria et est membre agréé du Conseil pour la réglementation de l’ingénierie au Nigeria. Il a été chercheur postdoctoral à la Faculté de génie électrique Andrew et Erna Viterbi de l’Institut technologique Technion-Israël à Haïfa, en Israël. Il est l’auteur de plusieurs publications scientifiques.

Les intérêts de recherche de M. Akinyele comprennent l’analyse des systèmes d’énergie renouvelable, la conception et la planification de microréseaux, l’efficacité énergétique, l’analyse des répercussions du cycle de vie et la durabilité. Son projet sera axé sur l’élaboration de modèles d’énergie propre, durable et localisée pour des applications hors réseau dans les collectivités rurales en vue de réduire considérablement les risques pour la santé et les prix de l’énergie associés aux technologies dangereuses à base de combustibles fossiles.

Ayansina Ayanlade

Ayansina Ayanlade, Nigeria
Enseignant-chercheur, Département de géographie de l’Université Obafemi Awolowo, Ile-Ife, Nigeria

M. Ayanlade est titulaire d’un doctorat en géographie du King’s College de Londres, au Royaume-Uni. Il agit à titre d’associé dans les projets d’urbanisation et de changements environnementaux mondiaux de l’International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change. Il a reçu plusieurs prix scientifiques, notamment du Petroleum Technology Development Fund, du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique et du programme sur les changements climatiques, l’agriculture et la sécurité alimentaire du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale au Kenya.

Ses recherches portent sur les processus terre-climat, les études des changements climatiques et l’application de la télédétection et des systèmes d’information géographique aux interactions terre-atmosphère. Son projet examinera les perceptions et les capacités d’adaptation des agriculteurs nigérians en matière de changements climatiques afin d’évaluer si les perceptions relatives aux changements climatiques et à la variabilité sont compatibles avec les analyses des tendances climatiques.

Timothy Dube

Timothy Dube, Zimbabwe
Maître de conférences en sciences de l’information géographique et en observation terrestre à la University of the Western Cape, Afrique du Sud

M. Dube est titulaire d’un doctorat en sciences de l’environnement spécialisé en sciences de l’information géographique et en observation terrestre de l’Université du Kwazulu-Natal en Afrique du Sud. Chercheur reconnu par la National Research Foundation, M. Dube est aussi spécialiste de l’utilisation des sciences de l’information géographique, des systèmes de positionnement global et des applications de télédétection pour résoudre les problèmes liés aux changements climatiques et à l’environnement. Ses recherches ont bénéficié d’un soutien considérable, notamment de la South African Water Research Commission. Il a été le chercheur principal pour l’Afrique dans le cadre de la phase 1 du projet TIGER-Bridge African Water and Climate Change (2016-2017).

Ses recherches font appel à des technologies de pointe d’observation terrestre par satellite et in situ et à des techniques d’apprentissage machine permettant de suivre et comprendre les répercussions des changements climatiques et de surveiller les ressources en eau, la végétation, la dégradation des sols, la couverture végétale et son utilisation, la faune et le bétail. Son projet vise à repousser les limites de l’utilisation des méthodologies et des données pour surveiller les espèces envahissantes dans les zones limitées en eau et à comprendre leurs effets sur les ressources en eau. Les résultats de cette étude démontreront la valeur des techniques géospatiales dans la surveillance des plantes envahissantes à l’échelle de l’écopaysage au moyen de données satellitaires en temps quasi réel.

Adanna Henri-Ukoha

Adanna Henri-Ukoha, Nigeria
Enseignante, Département d’économie agricole et de formation continue à l’Université de Port Harcourt, Rivers State, Nigeria

Adanna Henri-Ukoha est titulaire d’un doctorat en économie agricole et économie des ressources et de l’environnement de l’Université fédérale de technologie de l’État d’Owerri Imo, au Nigeria. Elle a publié de nombreux articles, a reçu un prix de la Nigerian Association of Agricultural Economics Conference en 2017 pour le projet RAAF-ECOWAS-PASSANO et a participé au programme de bourses d’échange de personnel scientifique RUFORUM en 2017-2018 à la Lilongwe University of Agriculture and Natural Resources du Malawi.

Son projet cernera et évaluera la rentabilité des mesures d’adaptation utilisées par les agriculteurs du sud du Nigeria. Ses travaux serviront à encourager l’adoption de stratégies viables d’adaptation aux changements climatiques qui amélioreront la production agricole et les moyens d’existence en milieu rural et, partant, les niveaux de revenu grâce à une meilleure sécurité alimentaire aux échelons local et national.

Muhire Innocent

Muhire Innocent, Rwanda
Maître de conférences au College of Education de l’Université du Rwanda

M. Muhire est titulaire d’un doctorat en gestion de l’environnement de l’Université de Johannesburg, en Afrique du Sud. Sa vaste expérience repose sur la prestation de services consultatifs sur les ressources naturelles, la gestion de l’environnement, les changements climatiques, l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets, les sciences de l’information géographique et des domaines connexes à l’intention d’organismes gouvernementaux ou autres.

Son étude portera sur la réaction des cultures commerciales, comme le café et le thé, aux changements climatiques en cours et évaluera les répercussions attendues des changements prévus en matière de précipitations et de température sur les cultures commerciales au Rwanda. Les sols seront également analysés pour détecter les zones agroclimatiques les plus appropriées du Rwanda pour cultiver des cultures commerciales afin d’aider à passer d’un état de non-préparation à l’application de mécanismes de connaissance, de prévention et d’intervention applicables dans une saison agricole donnée.

Lindani Ncube

Lindani Ncube, Afrique du Sud
Chercheure à l’Université d’Afrique du Sud

Lindani Ncube est titulaire d’un doctorat en géologie de l’Université de Fort Hare, en Afrique du Sud. Elle a reçu plusieurs prix dont une bourse de recherche de la Geological Society of South Africa, une bourse de recherche de la National Natural Science Foundation de Chine et de la National Research Foundation d’Afrique du Sud, une bourse de recherche postdoctorale innovatrice de la National Research Foundation d’Afrique du Sud. Elle a aussi rédigé plusieurs articles en collaboration évalués par des pairs et publiés dans des revues internationales. Ses intérêts de recherche portent sur la géologie et la géochimie.

Dans le but de saisir les événements importants de l’évolution des rivières et d’explorer les effets des changements climatiques sur l’érosion fluviale et l’adaptation des bassins versants, son projet calculera les taux d’accumulation des sédiments et enregistrera les variations en fonction de la provenance des échantillons prélevés dans le cadre du programme Integrated Ocean Drilling mis en place en périphérie de l’Afrique.