En Jordanie, les premiers travaux de recherche que nous avons subventionnés ont permis d’améliorer les méthodes de reboisement de terres fortement érodées et en état de dégradation avancée. Par la suite, le financement a été consacré à des travaux menés dans des secteurs cruciaux pour le développement du pays, notamment les technologies agricoles, les soins de santé, les systèmes d’information et l’entrepreneuriat.

L’aide apportée a permis d’améliorer les pratiques agricoles utilisées pour les pois chiches et les lentilles ainsi que la technologie des serres. Les citoyens les plus pauvres de la Jordanie ont bénéficié des recherches sur les techniques de phytosélection et une nouvelle méthode de conservation de l’eau.

Amélioration des variétés de cultures en collaboration avec les agriculteurs

Une foule de plantes utiles poussent en Jordanie, y compris l’orge, le blé, les lentilles, les pois chiches, les figues, les olives et les câpres. La préservation de leur code génétique pourrait aider les générations futures à créer de nouvelles variétés végétales et à relever de nouveaux défis.

Nous avons soutenu les agences nationales d’agricultures en Jordanie pour faire participer officiellement les agriculteurs à la phytosélection afin de préserver et d’améliorer les ressources génétiques. En collaboration avec une équipe internationale comptant des membres de la Chine, du Népal et du Pérou, les chercheurs jordaniens ont élaboré un cadre juridique sur les ressources génétiques. Le cadre comprend un régime de partage des avantages avec les agriculteurs dont la participation à la phytosélection permet de créer des cultures mieux adaptées au milieu local.

Préserver l’eau et économiser

Selon l’Organisation mondiale de la santé, une personne a besoin d’au moins 1 000 mètres cubes d’eau par année pour jouir d’une bonne santé. Or, les Jordaniens ne disposent environ que du cinquième de cette quantité.

Avec notre aide, l’Inter-Islamic Network on Water Resources Development and Management a conçu, à l’intention des ménages, un système peu coûteux de traitement des eaux grises, c’est-à-dire des eaux provenant de la lessive, des éviers et des douches. En utilisant les eaux grises pour arroser leur jardin, des familles vivant en périphérie de Tafilah qui ont mis le système à l’essai ont été en mesure de conserver l’eau, de produire plus d’aliments et d’économiser de l’argent. Le gouvernement de la Jordanie a depuis facilité la réalisation d’autres essais pilotes et a modifié le code du bâtiment du pays pour veiller à ce que les eaux grises soient séparées de celles des cabinets d’aisance.

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1976, le CRDI a financé 53 activités d’une valeur de 9 millions CAD

DFID/A.Trayler-Smith

Grâce à l’appui du CRDI :

  • les responsables des politiques peuvent élaborer des services essentiels modernes pour la région;
  • le tribalisme est compris et intégré dans le système politique jordanien;
  • des politiques sont conçues pour renforcer les éléments islamistes modérés et promouvoir des réformes politiques, le respect des droits de la personne et la paix et la sécurité à l’échelle régionale;
  • le traitement et l’utilisation des eaux grises sont améliorés et des systèmes de gestion des eaux usées dans les régions rurales sont mis en place;
  • l’accessibilité et le partage des ressources génétiques issues de la phytosélection participative sont assurés.