Lorsque nous avons commencé à travailler au Sri Lanka en 1973, notre travail visait principalement à améliorer les pratiques agricoles. Par exemple, grâce à la mise au point d'un système de riziculture permettant d'exploiter les pluies de mousson, les riziculteurs ont triplé leurs rendements en quatre ans. Ils ont été nombreux à adopter cette innovation.

L'agriculture urbaine a également fait partie des priorités. Dans le cadre d'une étude récente menée dans plusieurs pays, des chercheurs ont incité les urbanistes et les architectes à intégrer l'agriculture urbaine à leur plan d'aménagement des quartiers et à l'architecture domiciliaire.

De plus, le CRDI a financé plusieurs activités de sensibilisation aux causes et aux effets de la guerre civile qui a longtemps freiné le développement du Sri Lanka.

Utilisations créatives des technologies numériques

Étant donné que l’éclosion de maladies chez les animaux représente entre 60 et 75 % de toutes les nouvelles maladies infectieuses, la lutte contre les maladies des animaux représente un important moyen de réduire l’exposition humaine. Bon nombre de pays à faible revenu et à revenu intermédiaire ne disposent pas des ressources nécessaires pour gérer cet aspect important de la santé publique.

Grâce à nos activités de recherche, les vétérinaires de terrain, qui disposent de ressources limitées, utilisent désormais les téléphones mobiles pour suivre les épizooties. Le système permet d’intervenir rapidement en cas de nouveaux foyers d’infection et, ultimement, de sauver des vies. 

Nous avons aussi encouragé l’utilisation des technologies numériques dans les collectivités au moyen des télécentres. Des centaines de télécentres au Sri Lanka aident désormais les collectivités rurales à se connecter à Internet et favorisent une plus grande égalité entre les citoyens. Des chercheurs ont cerné certains des facteurs qui influent sur l’efficacité des télécentres : leur emplacement, les différentes castes présentes au sein des collectivités et l’influence des dirigeants religieux.

Une production de thé plus efficace

L'équipement servant à la production du thé était désuet et entraînait gaspillage et dépassements de coûts en plus de nuire à l'environnement. Le financement du CRDI a aidé à mettre au point une technologie simple et plus efficace pour sécher le thé. Désormais, dans 600 plantations du Sri Lanka et 4 000 plantations de l'Inde, les responsables du séchage utilisent ce système de surveillance informatisé et réduisent ainsi le gaspillage et la consommation de combustible.  

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1973, le CRDI a financé 122 activités d’une valeur de 26 millions CAD

WORLD BANK/L.Nadaraja

Grâce à l’appui du CRDI :

  • la compréhension de la propagation des maladies des espèces sauvages aux humains est facilitée;
  • la pauvreté en milieu urbain, la pauvreté chez les enfants, les conflits, l’inégalité et les infrastructures déficientes s’atténuent;
  • la durée de conservation après-récolte des fruits en Asie du Sud est prolongée afin d’améliorer les moyens de subsistance des petits agriculteurs qui composent près du tiers de la population;
  • des études sont menées pour explorer la manière dont les données massives, ou les ensembles de données importants, peuvent orienter les politiques en matière de transport urbain, de maladies infectieuses et de surveillance socio-économique;
  • la capacité des institutions de recherche à effectuer des recherches de grande qualité et à en communiquer les résultats est renforcée.

Projets