Le CRDI a été l'un des premiers bailleurs de fonds à établir des relations avec le Cambodge au début des années 1990, alors que le pays progressait vers la paix. Depuis, nous avons aidé à reconstruire le pays qui se remet du régime inhumain des Khmers rouges et de décennies de conflits régionaux.

Un État branché

L'isolement était l'une des nombreuses difficultés avec lesquelles le Cambodge de l'après-guerre était aux prises. En 1998, une subvention du CRDI a contribué à l’établissement du premier fournisseur de services Internet au Cambodge. Depuis, nous avons soutenu les travaux de chercheurs cambodgiens afin qu’ils puissent créer des programmes et du contenu Web en khmer, la langue nationale. Cette aide permet aux Cambodgiens d’utiliser des ordinateurs, d’avoir accès à Internet et de produire du contenu. 

Des équipes de recherche oeuvrant à l’Institut de technologie du Cambodge, au ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports et à la National Information Communications Technology Development Authority s’y sont employées. 

Des ressources gérées par les collectivités

L'exploitation non durable des ressources primaires, notamment celles des forêts et des zones côtières, constitue une grave menace pour le pays. Depuis longtemps, nous nous intéressons aux démarches communautaires qui associent activement les populations locales à la recherche de solutions en vue d’améliorer l’utilisation durable des ressources. Ainsi, de concert avec les chercheurs, les collectivités de la province du Ratanakiri ont cartographié les territoires traditionnels et la demande de ressources, fait l'essai de techniques d'exploitation agricole plus efficaces et acquis les compétences nécessaires pour administrer une région à vocation écotouristique, celle du lac Yeak Laom. Les travaux ont permis d'améliorer les moyens de subsistance des habitants, de restreindre l'exploitation des ressources et de garantir la propriété des terres.

Dans la province de Koh Kong, fonctionnaires et chercheurs ont travaillé ensemble afin d'aider les habitants à trouver un terrain d'entente pour réglementer l'exploitation des ressources côtières et créer une fédération de communes en vue d'atténuer les conflits entre les collectivités. On a planté des palétuviers, mis un frein à la pêche illégale et adopté l'aquaculture à petite échelle pour augmenter les revenus.

À la suite de ces réussites et d’autres expériences réalisées dans le pays, le gouvernement du Cambodge a incorporé la participation des collectivités dans les mesures législatives. Par ailleurs, une organisation non gouvernementale nationale mise sur pied avec le soutien du CRDI, The Learning Institute, favorise la participation communautaire à la gestion durable des ressources naturelles au moyen de la recherche et de la formation.

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1994, le CRDI a financé 76 activités d’une valeur de 19 millions CAD

CIAT/N.PALMER

Grâce à l’appui du CRDI :

  • les capacités de recherche et la culture de la recherche sont renforcées au Cambodge;
  • les jeunes et les travailleurs peu spécialisés, qui sont, en majorité, des femmes et des membres de minorités ethniques peuvent renforcer leurs compétences et bénéficier de meilleures conditions de travail;
  • davantage d’aliments riches en nutriments sont produits, car le tiers des décès des enfants de moins de cinq ans est attribuable à la sous-nutrition;
  • la production de poissons, un aliment traditionnel riche en fer, en vitamine A, en protéines et en acides gras essentiels augmente.

Projets