Dans les années 1990, la Birmanie était l'un des pays les plus répressifs et les plus isolés de la planète. Aussi appelée Myanmar, la Birmanie n’est pas entièrement nouvelle pour le CRDI. En dépit du climat politique répressif qui sévit depuis plusieurs décennies, nous avons financé un nombre limité de projets depuis les années 1980. Ces projets ont été principalement gérés par l’Institut international de recherche sur le riz.

En 2014, le gouvernement du Canada a confirmé que la Birmanie était un pays ciblé par ses efforts en matière de développement international, et en 2015, des élections historiques ont marqué le retour de la démocratie. Après des décennies marquées par l’isolement économique et politique par rapport à l’Occident, la Birmanie affiche un bon potentiel de développement.

De concert avec des partenaires canadiens et étrangers, nous nous intéressons plus particulièrement au renforcement des capacités, au soutien de la recherche effectuée localement et au rapprochement entre les scientifiques birmans et les experts dans la région. Ces dernières années, nous nous sommes retrouvés à l’avant-scène des efforts du Canada visant à renforcer la gouvernance démocratique et le développement économique durable en Birmanie.

Examiner la réforme du travail

En 2015, la Birmanie a adopté un nouveau salaire minimum (environ 3 USD par jour). Des données probantes indiquent que certains travailleurs profitent d’un salaire minimum, mais que les plus vulnérables, notamment les femmes, sont exclus. 

Le CRDI finance des recherches sur la réforme des marchés du travail birmans qui coïncident avec les efforts du pays pour mettre en place un salaire minimum. Le projet appuie la recherche sur les besoins des employeurs et des employés en Birmanie, particulièrement dans les secteurs à croissance élevée comme l’industrie du vêtement.

Compte tenu du besoin pressant d’effectuer plus de travaux de recherche et de recueillir des données probantes pour éclairer les décideurs, les chercheurs analysent la productivité, la sécurité sociale et les facteurs déterminants relatifs aux salaires. Le projet tentera également de renforcer les capacités des chercheurs et responsables gouvernementaux locaux grâce à des ateliers et à des activités de formation.

Nouvelles technologies numériques

Les technologies numériques aident la Birmanie à devenir une société plus ouverte, inclusive et équitable. Toutefois, un sondage soutenu par le CRDI sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication révèle des changements spectaculaires, seulement six mois après l’ouverture du marché.

Sur une population de presque 60 millions d’habitants, plus du quart des Birmans vivent au-dessous du niveau national de pauvreté, ce qui en fait l’un des pays les plus pauvres et les moins développés du monde. Cependant, les recherches ont montré que près de 60 % des foyers birmans possèdent au moins un téléphone cellulaire. Bien que l'utilisation des ordinateurs soit extrêmement faible, les deux tiers des abonnés à la téléphonie mobile ont un téléphone intelligent avec des fonctions Internet. Il est à noter que la majorité des personnes comptant acheter un téléphone cellulaire sont de jeunes femmes pauvres vivant en milieu rural. Leurs intentions vont contribuer à leur autonomisation.

Les chercheurs mettent au point des applications destinées à améliorer les services publics et l’entrepreneuriat. Ils s’associent aux opérateurs mobiles pour fournir aux pauvres des compétences numériques et renforcer la capacité du gouvernement à réglementer les télécommunications. 

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1985, le CRDI a financé 14 activités d’une valeur de 2,3 millions CAD

WORLD BANK/M.Kostner

Grâce à l’appui du CRDI :

  • un marché du travail efficace et équitable en Birmanie est établi afin d’appuyer une démocratie pluripartite et une économie de marché;
  • les lois et règlements liés au travail subissent des réformes pour une plus grande équité;
  • les chercheurs birmans développent leurs compétences et connaissances au moyen de formations;
  • la culture numérique se développe en Birmanie où uniquement 1 % de la population a accès à Internet. 

Projets