L’Afrique du Sud a connu une croissance considérable depuis la fin de l’apartheid, en 1994, mais les avantages qui découlent de cette croissance ne sont pas répartis également. Nombreux sont les citoyens qui n’ont toujours pas accès à une eau propre, à des services de santé adéquats et à des occasions d’améliorer leur sort sur le plan économique. Le soutien que nous apportons a porté, d’une part, sur la recherche de solutions à ces problèmes, ainsi que, d’autre part, sur les façons de tirer le meilleur parti possible des solides capacités de recherche du pays. 

Nos travaux en Afrique du Sud ont commencé par le truchement d’un programme qui avait pour but de préparer les futurs dirigeants du pays à gouverner une société démocratique multiraciale. Les premiers projets de recherche étaient axés sur la santé, les questions municipales et les politiques économiques et industrielles. D’autres activités de recherche ont permis de fournir un diagnostic et un traitement plus efficaces du VIH/sida et de la tuberculose. 

Mise en place d’un régime de concurrence vigoureux

Nous avons aidé à financer les efforts déployés par le gouvernement pour mettre en place un régime de concurrence vigoureux pouvant permettre à l’Afrique du Sud de se tailler une place équitable sur les marchés. Dans le but de renforcer les autorités de la concurrence de la région, nous avons soutenu la création, en 2010, du Forum de la concurrence en Afrique.

Les travaux que nous avons financés ont également contribué à accroître la concurrence et à réduire les taxes en ce qui concerne les technologies de l’information et de la communication, afin que leur utilisation puisse se répandre. Un autre domaine clé de soutien a permis d’offrir au public un meilleur accès aux télécentres.

Protection contre les effets des changements climatiques

Les animaux d’élevage revêtent une importance capitale pour le système agricole du pays, mais les maladies infectieuses font un véritable ravage dans les cheptels. Des chercheurs de l’Université de l’Alberta et de l’Agricultural Research Council de l’Afrique du Sud  travaillent à la mise au point d’un vaccin novateur à dose unique qui protège les chèvres, les moutons et le bétail de cinq grandes maladies. 

Les changements climatiques ont des répercussions considérables non seulement sur le secteur de l’agriculture de l’Afrique du Sud, mais également sur les habitants des villes. Dans les Cape Flats, bande de terrain plat qui s’avance dans l’océan à l’extérieur de la ville du Cap, des chercheurs ont cerné de meilleures manières de faire face aux inondations. Leurs travaux ont incité la municipalité à collaborer plus étroitement avec les collectivités et les organismes de la société civile pour trouver des solutions permettant d’atténuer les risques d’inondation et pour mener des campagnes de sensibilisation. 

Soutien accordé par le CRDI

Depuis 1989, le CRDI a financé 330 activités d’une valeur de 86,4 millions CAD

DFID/L.Mgbor

Grâce à l’appui du CRDI :

  • l’entrepreneuriat et les moyens de subsistance durables s’améliorent, en particulier chez les jeunes;
  • les services municipaux relatifs à l’eau et à l’assainissement pour les rendre plus équitables s’organisent;
  • la technologie de l’information et de la communication est mise à la disposition des personnes disposant d’un accès restreint;
  • des marchés ouverts et concurrentiels sont créés et accessibles aux nouveaux arrivants;
  • les transferts d’argent sont étudiés afin de déterminer s’ils créent une culture de dépendance et dissuadent la participation au marché du travail;
  • les inondations liées aux changements climatiques sont gérées à Cape Town, où 20 000 personnes ont dû quitter leur foyer en 2009.

Projets