Aller au contenu principal

Bourse de recherche – Emploi et croissance

Date butoir : le 7 septembre 2016

Prière de noter que toutes les demandes doivent être présentées en ligne.

Le CRDI est l’un des chefs de file à l’échelle internationale de la production et de l’application de nouvelles connaissances pour relever les grands défis mondiaux. Chaque année, par l’entremise de sa bourse de recherche, il offre à un certain nombre de chercheurs une occasion unique d’accroître leurs compétences en recherche et d’aborder d’un oeil neuf des questions cruciales relatives au développement. La bourse vise une période d’un an, et des activités de formation et de mentorat sont prévues. Le boursier travaille à la réalisation de ses objectifs de recherche au sein d’une dynamique équipe d’un programme ou d’une division du CRDI.

Le programme Emploi et croissance du CRDI a pour but de soutenir la recherche axée sur les politiques dont découlent de nouvelles idées et possibilités visant à faire en sorte que les politiques favorisent la croissance partagée, croissance qui améliore l’accès des pauvres aux débouchés et qui réduit les inégalités. L’autonomisation économique des femmes et l’emploi des jeunes figurent parmi les priorités du programme, dont l’attention se tourne de plus en plus vers le rôle que joue le secteur privé dans la promotion des débouchés économiques des groupes marginalisés.

Emploi et croissance est à la recherche d’un boursier qui mènera des recherches sur l’un ou plusieurs des axes thématiques du programme. Une attention particulière sera accordée aux projets de recherche qui portent sur l’emploi des jeunes, l’autonomisation économique des femmes, l’entrepreneuriat et le rôle que joue le secteur privé dans le développement international.

Le candidat retenu consacrera la moitié de son temps à la réalisation de son projet de recherche, sous la supervision d’un administrateur de programme principal. Il devra remettre son plan de recherche et faire état des progrès réalisés à cet égard au cours de l’année. L’autre moitié du temps, le boursier soutiendra le programme en s’acquittant de diverses tâches. Il peut s’agir de la synthèse et de la diffusion des résultats des projets, de la participation à des activités d’élaboration de projets, de suivi et d’évaluation, de communication et d’apprentissage ou encore, de la préparation de rapports internes et externes. Le candidat doit énoncer clairement ses connaissances et compétences et expliquer en quoi l’expérience qui sera acquise grâce à la bourse cadre avec ses objectifs professionnels.

Qui peut présenter une demande

Pour être admissible, il faut remplir les conditions énoncées dans la page Web de l’appel à propositions de la Bourse de recherche 2017 du CRDI.

Le candidat doit en outre avoir les connaissances et compétences suivantes :

  • avoir de solides compétences en recherche, en analyse et en rédaction de contenus s’adressant à des publics différents (milieu universitaire ou savant, sphère des politiques, grand public);
  • posséder une expérience de la recherche ou du travail dans un pays en développement;
  • avoir de solides compétences en communication, tant à l’oral qu’à l’écrit.

Il est des plus souhaitables que le candidat ait amorcé un programme de maîtrise ou de doctorat (ou ait obtenu dans les trois dernières années un diplôme de cycle supérieur) dans l’une des disciplines suivantes : économie, développement international ou études des politiques axées sur l’économie.

La priorité sera accordée aux propositions comportant des objectifs précis et réalistes de même qu’une méthodologie clairement définie. Qui plus est, la proposition doit démontrer la pertinence de la recherche proposée par rapport aux débats locaux, nationaux et régionaux sur les politiques en Asie ou en Afrique.

Exigences linguistiques

  • Le candidat doit parler couramment l’anglais
  • La maîtrise du français constitue un atout

Le boursier travaillera au siège du CRDI, à Ottawa, au Canada.

CLIQUEZ ICI POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE

Ou rendez-vous à

https://ra-br-competition.fluidreview.com/

Pour éviter d’alourdir le texte, et comme il est d’usage en français, on a utilisé la forme masculine qui doit, bien entendu, se lire indifféremment au féminin et au masculin.