Bourse de recherche : Alimentation, environnement et santé

Date butoir : le 6 septembre 2017

Prière de noter que toutes les demandes doivent être présentées en ligne.

Le CRDI est l’un des chefs de file à l’échelle internationale de la production et de l’application de nouvelles connaissances pour relever les grands défis mondiaux. Chaque année, par l’entremise de sa bourse de recherche, il offre à un certain nombre de chercheurs une occasion unique d’accroître leurs compétences en recherche et d’aborder d’un œil neuf des questions cruciales relatives au développement. La bourse vise une période d’un an, et des activités de formation et de mentorat sont prévues. Le boursier travaille à la réalisation de ses objectifs de recherche au sein d’une dynamique équipe d’un programme ou d’une division du CRDI.

Le programme Alimentation, environnement et santé (AES) du CRDI a pour objectif principal d’améliorer la santé et de prévenir le fardeau que représentent les maladies non transmissibles au moyen de la recherche sur les systèmes alimentaires et d’interventions dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire. La capacité croissante qu’a le monde de produire, de transformer et de commercialiser des aliments s’accompagne de profonds changements dans les habitudes alimentaires dans toutes les régions. L’incidence des maladies non transmissibles (diabète, hypertension et maladies du coeur) est en forte hausse, ce qui se traduit par des coûts humains, sociaux et économiques élevés à tous les niveaux de revenu. Les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire sont touchés d’une façon disproportionnée par l’augmentation marquée des maladies non transmissibles chez les populations plus jeunes, ce qui est préjudiciable à la santé et aux ressources économiques de tous. Ces problèmes ont un dénominateur commun : une alimentation malsaine, déterminée en fonction de la quantité, de la qualité et de la diversité des aliments consommés. Une alimentation basée sur une variété d’aliments frais et peu transformés offre de nombreux avantages aux individus, aux collectivités et aux pays, dont la prévention des maladies, des coûts de services de santé moins élevés et des sociétés plus productives. Des politiques novatrices et des solutions orientées vers la communauté et vers le marché peuvent améliorer la qualité et la diversité des aliments, tout en compensant la dépendance accrue des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire vis-à-vis des denrées alimentaires et des boissons prêtes à consommer et ultra transformées, qui sont pauvres sur le plan nutritionnel.

L’équipe du programme AES sollicite des propositions de recherche qui permettront d’améliorer sa compréhension des systèmes alimentaires des pays en développement, et exploreront la façon dont les politiques publiques et les innovations peuvent encourager un mode d’alimentation sain et durable afin de prévenir les maladies chroniques. Dans la mesure du possible, nous encourageons également les candidats à inclure des mesures de l’incidence de telles interventions sur différents groupes sociaux, divers acteurs du système alimentaire et l’environnement.

Voici une liste non exhaustive des sujets pouvant présenter un intérêt :

  • Analyse des tendances des systèmes alimentaires et de leurs répercussions sur l’abordabilité, la disponibilité et la qualité des aliments sains par rapport aux aliments très transformés.
  • Étude visant à orienter la conception, la mise en oeuvre et l’évaluation d’interventions fiscales et réglementaires dont l’objectif est d’augmenter la consommation d’aliments frais ou peu transformés tout en réduisant la consommation d’aliments très transformés à haute teneur en gras, en sel ou en sucre.
  • Exploration des répercussions économiques (p. ex. sur les revenus, l’emploi, le commerce) des interventions visant à créer des systèmes alimentaires plus sains ainsi que des sources de données auxquelles les pays en développement peuvent accéder pour réaliser de telles analyses.
  • Analyses intersectorielles visant à améliorer l’uniformité entre les politiques publiques et les règlements (p. ex. commerce, agriculture, santé) qui touchent les déterminants des systèmes alimentaires, de l’alimentation saine et de la prévention des maladies non transmissibles.

Pour maintenir une approche stratégique et ciblée dans le domaine vaste et complexe de la recherche sur les systèmes alimentaires, nous soulignons que les types de projets suivants ne relèvent pas de la portée de notre programme :

  • recherche portant seulement sur les questions relatives à la sous-nutrition, à la faim et à la sécurité alimentaire;
  • recherche purement descriptive sur les problèmes de santé liés à l’alimentation;
  • mise au point de produits, enrichissement, fortification ou reformulation de denrées alimentaires individuelles;
  • projets axés uniquement sur l’amélioration de la production et de la quantité des aliments ou de l’accès à ceux-ci;
  • études purement épidémiologiques d’observation;
  • projets axés uniquement sur l’éducation, le marketing social ou les changements de comportements individuels;
  • projets axés uniquement sur la salubrité alimentaire.

Pour obtenir plus d’information sur les secteurs thématiques du programme, consultez la page Web du programme. Les documents d’information publiés sur le site Web comprennent une liste des projets récemment financés, ainsi qu’un appel à propositions de recherche ouvert.

Le candidat retenu consacrera la moitié de son temps à la réalisation de son projet de recherche, sous la supervision d’un administrateur de programme principal. Il devra remettre son plan de recherche et faire état des progrès réalisés à cet égard au cours de l’année. L’autre moitié du temps, le boursier soutiendra le programme en s’acquittant de diverses tâches. Il peut s’agir de la synthèse et de la diffusion des résultats des projets, de la participation à des activités d’élaboration de projets, de suivi et d’évaluation, de communication et d’apprentissage ou encore, de la préparation de rapports internes et externes. Un intérêt et des compétences adéquates à l’égard de ces travaux seront des éléments déterminants dans le choix du candidat retenu.

Le candidat doit énoncer clairement ses connaissances et compétences et expliquer en quoi l’expérience qui sera acquise grâce à la bourse cadre avec ses objectifs professionnels.

Qui peut présenter une demande

Pour être admissible, il faut remplir les conditions énoncées dans la page de l’appel de la Bourse de recherche 2018 du CRDI.

Le candidat doit en outre avoir les connaissances et compétences suivantes :

  • avoir amorcé ou avoir terminé un programme d’études supérieures dans des disciplines pertinentes par rapport à la promotion d’approches multisectorielles de la santé publique;
  • avoir une connaissance de la recherche au service du développement;
  • avoir de l’expérience de terrain dans un pays en développement; et
  • posséder une capacité avérée de travailler de façon autonome.

Exigences linguistiques

  • Le candidat posséder de solides compétences en communication, tant à l’oral qu’à l’écrit, en anglais
  • La maîtrise du français constitue un atout

Le boursier travaillera au siège du CRDI, à Ottawa, au Canada.

CLIQUEZ ICI POUR PRÉSENTER UNE DEMANDE

Ou rendez-vous à

https://ra-br-competition.fluidreview.com/

Pour éviter d’alourdir le texte, et comme il est d’usage en français, on a utilisé la forme masculine qui doit, bien entendu, se lire indifféremment au féminin et au masculin.