The Responsibility to Protect - Research, Bibliography, Background : Supplementary Volume to the Report of the International Commission on Intervention and State Sovereignty

Couverture du livre The Responsibility to Protect Research, Bibliography, Background : Supplementary Volume to the Report of the International Commission on Intervention and State Sovereignty
Auteur(s) :
Thomas G. Weiss et Don Hubert
Maison(s) d’édition :
CRDI
2001-01-01
ISBN :
0889369631
426 pages
e-ISBN :
1552502562

L’enjeu le plus critique auquel fait face actuellement la collectivité internationale porte sur la façon de protéger les personnes captives de nouvelles crises humanitaires d’envergure — l’intervention humanitaire a suscité des controverses à la fois lorsqu’elle s’est produite, comme au Kosovo, et en son absence, comme au Rwanda. Même si l’on reconnaît en général sur la scène internationale qu’il ne faut pas céder à l’inaction face aux violations massives des droits de la personne, le respect des droits souverains des États demeure au centre des principes qui régissent les relations entre États.

Dans le Rapport du millénaire qu’il a présenté à l’Assemblée générale des Nations Unies, le secrétaire général Kofi Annan a lancé à la collectivité internationale le défi de s’attaquer aux dilemmes réels posés par l’intervention et la souveraineté. Le gouvernement du Canada a créé, en septembre 2000, la Commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États (CIISE), organisme indépendant, pour relever ce défi.

Après une année de consultations mondiales intenses et de débat, la Commission présente maintenant son rapport innovateur, qui a pour thème central la « responsabilité de protéger ». Le rapport décrit la responsabilité première des États souverains, qui est de protéger leur propre population contre les catastrophes évitables – assassinat collectif, pertes de vie et viols généralisés, famine. Lorsqu’ils ne veulent pas le faire ou en sont incapables, la collectivité générale des États peut toutefois s’en charger – il ne doit plus y avoir de Rwanda ni de Srebrenica.

Ce volume rédigé par Thomas G. Weiss et Don Hubert, avec la collaboration d’un groupe exceptionnel de spécialistes internationaux, complète le rapport principal de la Commission et présente un résumé détaillé, équilibré et à jour d’enjeux politiques, éthiques, légaux et opérationnels clés qui intéressera particulièrement les théoriciens. Il contient aussi une bibliographie thématique détaillée.