L’ÉVALUATION AU COEUR DU RENFORCEMENT ORGANISATIONNEL Expériences d’organisations de recherche et développement du monde entier

Directeur(s) :
Douglas Horton et al.
Maison(s) d’édition :
ISNAR, CTA, CRDI
2003-01-01
ISBN :
Épuisé
204 pages
e-ISBN :
1-55250-135-3
Le milieu de l’aide internationale accorde une importance grandissante au renforcement des capacités locales dans lequel elle voit un moyen de lutter contre la pauvreté et la faim dans les pays en développement. Pourtant, même s’il faut évaluer les efforts de renforcement des capacités pour en assurer l’efficacité, rares sont les organisations qui ont mis en œuvre un système de suivi ou d’évaluation des changements attribuables au développement organisationnel. En janvier 2000, le SIRAN a lancé l’ambitieux Projet d’évaluation du renforcement des capacités, dont le but était d’améliorer, par la voie de l’évaluation, le travail réalisé dans ce domaine par les organismes de recherche et de développement.
 
Dans le présent ouvrage, les auteurs expliquent comment on a utilisé pour ce projet une approche d’apprentissage par l’action réunissant des participants de divers pays et de différents types d’organisations. On leur a demandé de procéder à six évaluations sur une période de trois ans. Au cours de l’exercice, les participants ont beaucoup appris sur le renforcement des capacités et le processus d’évaluation. Les auteurs présentent dans ce livre des exemples tirés des études d’évaluation et des enseignements qui en ont été tirés et s’en servent pour parvenir à des conclusions plus générales sur les façons dont les initiatives de renforcement des capacités et les évaluations peuvent aider les organisations à remplir leur mandat.
 
Les idées et les exemples présentés dans ce livre font beaucoup avancer le domaine de l’évaluation. Les participants ont fait leur le concept que toute évaluation des efforts de renforcement des capacités doit elle-même contribuer à ces efforts et, au bout du compte, à la performance de l’organisation. Trop souvent, les évaluations ne servent à rien d’autre qu’à produire de volumineux rapports que quasiment personne ne lit et qui arrivent trop tard pour influer sur les décisions. Dans cet ouvrage, les auteurs montrent qu’il est nécessaire, et possible, d’élargir notre conception théorique de l’évaluation et d’accroître son incidence concrète.

LES AUTEURS

Douglas Horton, Service international pour la recherche agricole nationale, Pays-Bas
Anastasia Alexaki, Service international pour la recherche agricole nationale, Pays-Bas
Samuel Bennett-Lartey, Centre phytogénétique de Bunso, Ghana
Kim Noële Brice, consultant
Dindo Campilan, Centre international de la pomme de terre, Peru
Fred Carden, Centre de recherches pour le développement international, Canada
José de Souza Silva, Service international pour la recherche agricole nationale, Pays-Bas
Le Thanh Duong, Institut de développement et de recherche sur les système de production agricole du delta du Mékong, Université de Cân Tho, Viêt Nam
Ibrahim Khadar, Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) de l’ACP-EU, Pays-Bas
Albina Maestrey Boza, Division des sciences et de la technologie du ministère de l’Agriculture de Cuba
Imrul Kayes Muniruzzaman, Rangpur Dinajpur Rural Service, Bangladesh
Jocelyn Perez, Collège d’agriculture, Benguet State University, Philippines
Matilde Somarriba Chang, Faculté des ressources naturelles et de l’environnement, Université nationale d’agriculture du Nicaragua
Ronnie Vernooy, Centre de recherches pour le développement international, Canada
Jamie Watts, Institut international des ressources phytogénétiques, Italie