Globalization, Trade and Poverty in Ghana

Couverture du livre Globalization, Trade and Poverty in Ghana
Directeur(s) :
Charles Ackah et Ernest Aryeetey
Maison(s) d’édition :
Sub-Saharan Publishers, CRDI
2012-08-04
ISBN :
9789988647360
257 pages
e-ISBN :
9781552505472

La persistance de la pauvreté en Afrique subsaharienne, dans le contexte de progression rapide de la mondialisation et de la libéralisation des échanges commerciaux des deux dernières décennies, a suscité énormément de débats en ce qui concerne l’incidence de la mondialisation en général, et plus particulièrement celle de la libéralisation des échanges commerciaux, sur la pauvreté. On avance souvent que la libéralisation du commerce mondial entraînerait une hausse des revenus des travailleurs non qualifiés dans les pays en développement. Autrement dit, on laisse entendre que les pays en développement auraient fort probablement un avantage comparatif pour ce qui est de la production de biens nécessitant beaucoup de main-d’oeuvre non qualifiée et que, par conséquent, il serait raisonnable de s’attendre à ce que la réforme du commerce dans ces pays se fasse en faveur des pauvres.

Cependant, l’expérience de beaucoup de pays en développement à ce chapitre, en particulier celle des pays d’Afrique subsaharienne, s’est avérée décevante à ce jour, car dans bien des cas, la libéralisation des échanges commerciaux aura plutôt accentué la pauvreté. Au Ghana comme dans plusieurs autres pays d’Afrique subsaharienne, la pauvreté demeure le principal obstacle auquel doivent faire face les responsables des politiques. Néanmoins, de 1991 à 2006, le taux de faible revenu a chuté de 23,2 points de pourcentage, et la proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté national est passée de 51,7 % en 1991-1992 à 28,5 % en 2005-2006, ce à quoi la libéralisation des échanges commerciaux et la croissance des exportations qui en a découlé ont grandement contribué.

Les directeurs

Charles Ackah, économiste du développement, est fellow de l’Institute of Statistical, Social and Economic Research (ISSER) de l’Université du Ghana. Il a travaillé auparavant à la Banque mondiale, à Washington.

Professeur d’économie et vice-recteur de l’Université du Ghana, Ernest Aryeetey est directeur de l’Institute of Statistical, Social and Economic Research. Il a été senior fellow et directeur de l’Africa Growth Initiative à la Brookings Institution, à Washington.