Des États remaniés : Mondialisation, souveraineté et gouvernance

Couverture du livre Des États remaniés : Mondialisation, souveraineté et gouvernance
Auteur(s) :
Gordon Smith et Moisés Naím
Maison(s) d’édition :
CRDI
2000-01-01
ISBN :
0889369186
110 pages
e-ISBN :
9781552503553

Le trouble est évident. On le pressent aux échecs quotidiens des gouvernements. L'insécurité économique, la pollution, le quatrième pouvoir qui transfigure la scène internationale, les conflits qui couvent entre peuples et territoires, tous ces maux accablent l'État et l'empêchent, si puissant soit-il, de gouverner seul, même lorsqu'il s'agit de problèmes internes. Certes, la mondialisation est riche de promesses, mais elle pose de brûlantes questions au chapitre de la gouvernance. L'État est-il toujours apte à gouverner ? Les institutions démocratiques ne sont-elles pas arrivées trop tard pour la majorité des peuples de la Terre ? Peut-on démocratiser la mondialisation ?  

Dans Des États remaniés, Gordon Smith et Moisés Naím font des recommandations concrètes pour une meilleure gouvernance et une réforme des Nations Unies. Ils explorent la dynamique de la mondialisation et se penchent sur ce qui la distingue. Ils remettent en question la conception la plus répandue en ce qui a trait à la souveraineté et au pouvoir de l'État, et débusquent l'imposture. Ils s'interrogent sur la pertinence de la souveraineté : est-elle un obstacle ou un préalable à la sécurité et à la prospérité ? Et, sur trois tableaux critiques (la prévention des conflits meurtriers, la création de perspectives d'avenir pour les jeunes et la gestion des méfaits du changement climatique), ils proposent des plans d'action grâce auxquels les États, en collaboration avec les autres acteurs de la communauté mondiale, réussiront à tenir la barre.

Des États remaniés transmet un message d'espoir, mais non sans faire une mise en garde : la mondialisation ouvre toutes grandes les portes de la prospérité, de la sécurité et du bien-être, pour peu que l'on trouve de nouvelles façons de gérer les affaires mondiales. Les Nations Unies doivent diriger ce processus et à l'Assemblée du millénaire, en septembre, saisir l'occasion qui se présente de repenser l'avenir.

Les auteurs

Gordon Smith est directeur du Centre for Global Studies de l'Université de Victoria et associé principal au Liu Centre for International Studies à l'Université de la Colombie-Britannique, au Canada. Il est président du Conseil des gouverneurs du Centre de recherches pour le développement international de même que de l'Institut canadien d'études climatologiques; il dirige en outre le Programme canadien des changements à l'échelle du globe. Auparavant, M. Smith était sous-ministre des Affaires étrangères et représentant personnel du premier ministre du Canada pour les sommets économiques. Il a également été ambassadeur du Canada à l'OTAN et sous-ministre du ministère d'État au Développement social. Il a fait ses études à l'Université McGill et il détient un doctorat du Massachusetts Institute of Technology.

Moisés Naím est rédacteur en chef du magazine Foreign Policy. Il a beaucoup écrit sur le commerce international et l'investissement, les organisations multilatérales, les réformes économiques et la mondialisation du point de vue économique. Il a à son actif huit ouvrages et un grand nombre d'articles dont il est l'auteur ou qui ont été publiés sous sa direction. M. Naím a été ministre du Commerce et de l'Industrie au Venezuela et a joué un rôle de premier plan dans l'instauration d'importantes réformes économiques en 1989. Avant d'être ministre, il a occupé les postes de professeur et de doyen à l'Instituto de Estudios Superiores de Administración à Caracas. De 1992 à 1996, il était directeur des projets sur les réformes économiques et sur l'Amérique latine à la Dotation Carnegie pour la paix internationale à Washington. Il a également été associé à la Banque mondiale, d'abord en tant que directeur administratif et, quelques années plus tard, à titre de conseiller principal au président. Il détient un doctorat et une maîtrise du Massachusetts Institute of Technology.