Choix cruciaux : Les Nations Unies, les réseaux et l’avenir de la gouvernance mondiale

Auteur(s) :
Wolfgang H. Reinicke et Francis Deng avec Jan Martin Witte, Thorsten Benner, Beth Whitaker et John Gershman
Maison(s) d’édition :
CRDI
2000-01-01
ISBN :
0889369224
150 pages
e-ISBN :
1552503879

Le monde dans lequel nous vivons à présent est en train de subir des changements spectaculaires. La libéralisation économique et politique, associée à une mutation technologique qui ne fait que s’accélérer, sont à l’origine du processus extraordinaire que nous connaissons sous le nom de « mondialisation ». Ce nouvel environnement mondial exige de nouvelles approches, de nouvelles idées ainsi que des outils innovateurs pour relever de nouveaux défis dans des domaines aussi différents que le contrôle des armements, les changements climatiques, le génie génétique et les normes de travail.

Les auteurs de Choix cruciaux se penchent sur l’un de ces outils : les réseaux mondiaux d’intervention. Dans de tels réseaux, les gouvernements, les organisations internationales, le secteur des entreprises et la société civile unissent leurs efforts pour réaliser ce qu’aucun d’eux ne peut faire à lui tout seul. Les auteurs analysent aussi bien les promesses que recèle cette nouvelle forme de coopération mondiale que ses limites. Ils étudient la manière dont ces réseaux pourraient contribuer à mieux gérer les risques de la mondialisation tout en exploitant davantage les possibilités qu’elle offre. Pour finir, ils donnent des conseils qui accrochent le lecteur, ainsi que des recommandations solidement étayées sur la façon dont les Nations Unies pourront promouvoir ces réseaux dans les années à venir.

Les Nations Unies sont devant une série de choix cruciaux. Elles doivent non seulement être un espace protégé pour leurs États membres, mais aussi trouver des moyens de coopérer avec la société civile et le milieu mondial des affaires pour affronter les défis qui se profilent à l’horizon. En se faisant le promoteur des réseaux mondiaux d’intervention, elles serviront plus efficacement leurs États membres et elles accompliront leur mission pour résoudre les problèmes de l’humanité.

Les auteurs de Choix cruciaux esquissent quelques voies prometteuses dans lesquelles les réseaux mondiaux d’intervention peuvent s’engager pour aider à relever les défis de la gouvernance au XXIe siècle, et ils proposent aux décideurs une boîte à outils pratique pour gérer la mondialisation. Les gouvernements ont intérêt à adhérer à ces « coalitions pour le changement », afin d’être davantage en mesure de s’acquitter de leurs responsabilités envers leurs citoyens.
— Caio Koch-Weser (secrétaire d’État, ministère fédéral des Finances, Allemagne)

Les auteurs de Choix cruciaux présentent des façons tout à fait nouvelles d’édifier des partenariats pour mieux arriver à mettre la mondialisation au profit de tous — du nord comme du sud. Tous ceux qui ont à cœur de construire un système de gouvernance mondiale véritablement participatif se doivent de lire ce document.
— Sonia Picado Sotela (sénatrice du Costa Rica)

Les auteurs de Choix cruciaux arrivent à point nommé pour attirer l’attention sur l’importance croissante des partenariats intersectoriels face aux multiples défis de la gouvernance mondiale. Les membres des Nations Unies et les citoyens concernés du monde entier feraient bien de prendre note de leurs conclusions et de suivre leurs recommandations.
— Tadashi Yamamoto (président, Centre des échanges internationaux, Japon)

Les auteurs de Choix cruciaux présentent un plan de travail pour aborder quelques-uns des dilemmes clés auxquels font face les gouvernements et les organisations internationales dans un monde en mutation rapide. Les réseaux mondiaux d’intervention trisectoriels — qui réunissent les gouvernements, le milieu des affaires et le secteur sans but lucratif — offrent un nouveau modèle pour la construction d’un système efficace, participatif et dynamique de gouvernance mondiale.
— Thilo Bode (directeur exécutif, Greenpeace International)

Les auteurs de Choix cruciaux arrivent à une conclusion simple mais forte, à savoir que les réseaux mondiaux d’intervention peuvent jouer un rôle de plus en plus important dans la recherche de solutions aux problèmes de gouvernance et d’élaboration de politiques de la communauté mondiale. Cette conclusion a une grande résonance chez Shell et dans quelques autres sociétés du milieu des affaires quant à la contribution que les réseaux d’intervenants peuvent apporter au règlement de questions commerciales et sociétales complexes.
— Mark Moody-Stuart (président, Groupe de la Royal Dutch-Shell)