Vietnam : La cybersanté au service des mères

Image

PHAD | Nguyen Thi Thanh Ha En région montagneuse, les femmes des minorités ethniques manquent de connaissances de base sur la santé de la reproduction en raison de leur isolement et d'autres obstacles.

Mary O'Neill

Des chercheurs se servent de la téléphonie mobile pour fournir à des femmes des minorités ethniques au Vietnam des renseignements essentiels sur la grossesse, l'accouchement et les soins aux nourrissons.

Ces dernières années, le Vietnam a fait des progrès impressionnants pour améliorer la santé des mères et des enfants et réduire les décès durant la grossesse et l'accouchement. Dans les régions éloignées, toutefois, les taux de mortalité maternelle sont presque quatre fois plus élevés chez les groupes ethniques minoritaires. Les données de recensement démontrent que les groupes minoritaires ont des familles plus nombreuses, des taux de mortalité infantile et juvénile plus élevés, et une espérance de vie plus faible que le groupe majoritaire, les Kinh. En région montagneuse, les femmes des minorités ethniques ne possèdent pas assez de connaissances de base sur la santé de la reproduction, la grossesse et les soins à la naissance en raison de leur isolement et d'autres obstacles.
 
Pour combler ces écarts, une équipe de chercheurs, dirigée par l'Institute of Population, Health and Development (PHAD) du Vietnam, mobilise la puissance de la téléphonie mobile, peu coûteuse et très répandue. Une plateforme électronique sur la santé maternelle, appelée mMOM, relie les utilisateurs du système de santé aux fournisseurs grâce à des téléphones mobiles branchés au système de gestion de l'information sur la santé (SGIS) de la province de Thái Nguyên. Grâce à un financement du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) du Canada, l'initiative est en phase d'expérimentation dans huit municipalités du district de Dinh Hoa, dans le nord-est du Vietnam, où les groupes ethniques minoritaires représentent plus d'un quart de la population.
 
À terme, l'initiative, gérée en collaboration avec le ministère de la Santé provincial, permettra de renforcer les effectifs et la qualité des données que les décideurs peuvent utiliser pour la mise en place du système de santé. Le projet s'inscrit dans le cadre d'une initiative mondiale, appelée SEARCH, financée par le CRDI, qui étudie les moyens d'intégrer les technologies de cybersanté à des systèmes de santé dans des pays en développement pour améliorer la prestation des soins.
 
Les femmes en âge de procréer ont été identifiées dans les régions cibles à l'aide du SGIS provincial déjà en place. Jusqu'à maintenant, l'initiative pilote rejoint 340 femmes, notamment des jeunes mariées, des femmes enceintes et des nouvelles mamans. Les professionnels de la santé des municipalités et de la province reçoivent une formation et une assistance en matière de santé maternelle et juvénile, et sur le nouveau système de cybersanté maternelle. Le projet a permis d'établir un centre d'information sur la santé maternelle et juvénile afin de fournir aux femmes de l'information cruciale sur la grossesse, les soins prénataux, l'accouchement et les soins aux nourrissons.
 
Les participantes ont été mises en communication avec des professionnels de la santé de la municipalité au moyen de téléphones mobiles. Les femmes reçoivent rapidement des messages textes pertinents en fonction de leur profil. Les messages à sens unique donnent de l'information essentielle sur la santé, tandis que les messages bidirectionnels exigent une réponse afin de déterminer les cas présentant un risque élevé. Par exemple, on rappelle aux nouvelles mamans qu'elles peuvent faire vacciner leurs bébés gratuitement à leur centre de santé local, et aux femmes enceintes de prendre des suppléments de fer. Les réponses aux questions posées à intervalles réguliers peuvent alerter les professionnels de la santé lorsqu'une intervention d'urgence est nécessaire.
 
Les femmes des groupes minoritaires acquièrent ainsi des connaissances sur les services en matière de santé de la reproduction auxquels elles ont accès et leur font davantage confiance. Parallèlement, mMom dresse un état des lieux plus précis des besoins et de la démographie des utilisateurs du système de santé. Au cours des deux prochaines années, les chercheurs se donnent comme objectif de mieux comprendre les facteurs qui limitent l'utilisation du système de santé et nuisent à la santé des mères et des enfants. Les leçons tirées de mMom orienteront les efforts en matière de cybersanté maternelle, au Vietnam et ailleurs, pour aider les mères des régions éloignées à accéder à des soins de qualité et à obtenir des informations indispensables leur permettant d'élever leurs familles en bonne santé.
 
Mary O'Neill est rédactrice à Ottawa.
 
La version originale anglaise de cet article est d'abord parue dans l'édition de 2015 d'Asia Research News.

PDF de cet article (200 Ko, en anglais)

Pour obtenir des précisions sur le projet, consulter le site Web du projet (en anglais)