Vieillissement de la population : trouver un équilibre

Image
Louise Guénette
Les gouvernements ne peuvent empêcher le vieillissement de la population, pas plus qu’ils ne peuvent faire abstraction des répercussions économiques qu’aura cette évolution démographique. Par contre, munis des données voulues, ils peuvent en optimiser les avantages et atténuer les risques qui y sont associés.
 
Les démographes vous le diront : le vieillissement de la population est inévitable. Dans les pays où le taux de fécondité est élevé, un nombre important d’enfants grandiront et entreront un jour dans la population active dans l’espoir de gagner leur vie. Dans les autres pays, le taux de fécondité en baisse, conjugué à une espérance de vie plus longue, fera en sorte que le segment de la population le plus âgé croîtra à un rythme plus rapide que les autres groupes d’âge.
 
Cela fait des décennies que les pays industrialisés sont aux prises avec les problèmes découlant du vieillissement de la population, dont l’augmentation des coûts reliés aux services de santé et aux pensions de retraite. Et voilà maintenant que, dans les pays en développement, les travailleurs approchent de l’âge de la retraite en grand nombre. Cela est notamment le cas en Asie et en Amérique latine.
 
Pour bien cerner les occasions et les difficultés que cette évolution démographique présente sur le plan économique, le CRDI participe à l’internationalisation d’une nouvelle forme d’analyse statistique, les comptes de transferts nationaux (NTA), en soutenant la recherche à cet égard dans 18 pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie. Deux chercheurs dirigent ces travaux d’envergure mondiale : Ron Lee, à l’Université de la Californie à Berkeley, et Andrew Mason, à l’Université d’Hawaï. Le volet canadien de la recherche sur les NTA est exécuté à l’Université d’Ottawa.
 
Années « de déficit » et années « d’excédent »
 
Les NTA analysent les années « de déficit » et « d’excédent » économique des particuliers. Les jeunes et les personnes âgées accusent un déficit parce qu’ils consomment plus qu’ils ne gagnent. Les groupes d’âge situés entre les deux compensent, car ils gagnent plus qu’ils ne consomment. Cette population en âge de travailler soutient les personnes en âge d’être à charge directement en couvrant les dépenses de leurs enfants et des membres âgés de leur famille. Elle les soutient indirectement en payant des impôts qui servent à financer des programmes et des services publics comme l’éducation, la santé et les pensions de retraite. Les aînés puisent en outre dans leur actif – économies, biens immobiliers, placements et autres investissements – pour satisfaire des besoins essentiels (soins de santé, nourriture, etc.).
 

Les personnes âgées et le travail aux Philippines
 
L’analyse des NTA fait ressortir les défis d’ordre fiscal et institutionnel que doit relever un pays. Prenons pour exemple les Philippines. La population de ce pays est encore relativement jeune, mais elle commence à vieillir. Les personnes âgées représentent aujourd’hui 5 % de la population, mais cette proportion sera de 12 % d’ici 2040. Le gouvernement devra offrir un meilleur soutien à un nombre toujours plus élevé de personnes âgées, avance Michael M. Abrigo, chercheur au Philippine Institute for Development Studies.
 
Or, il ne suffira pas d’améliorer le régime de pensions de l’État et d’aider les familles à prendre soin des personnes âgées à leur charge. Pour répondre à leurs besoins, les Philippins ayant atteint l’âge de la retraite devront travailler, ce qu’un grand nombre d’entre eux font d’ailleurs déjà. Le gouvernement du pays peut adopter des mesures pour venir en aide aux travailleurs âgés. M. Abrigo recommande, entre autres, que l’on retarde l’âge de la retraite obligatoire (qui est de 65 ans à l’heure actuelle), que l’on offre du microfinancement aux entrepreneurs aînés et que l’on crée des programmes d’emploi ciblant les aînés qui rentrent au pays après avoir travaillé à l’étranger.
 
Les pensions de retraite au Brésil
 
Le Brésil, pays où le vieillissement de la population est bien amorcé, se démarque par le soutien vigoureux qu’il apporte à ses aînés. Les chercheurs du volet brésilien du projet NTA, à l’Universidade Federal de Minas Gerais, à Belo Horizonte, ont analysé les effets que le programme de pensions de retraite aura sur les jeunes générations au fur et à mesure que la population vieillira. Ils ont constaté qu’en raison de l’important soutien qu’il consent aux aînés, l’État est moins apte à investir dans les services à la jeunesse, alors que c’est ce segment de la population, plus petit, qui sera appelé à soutenir financièrement les aînés, dont le nombre augmentera. Pour y parvenir, les jeunes d’aujourd’hui devront être plus instruits afin de pouvoir gagner plus. Cassio M. Turra, professeur de démographie et chercheur principal au sein de l’équipe brésilienne, recommande que le gouvernement arrive à un meilleur équilibre entre le financement des pensions de retraite et celui des programmes d’études destinés aux jeunes.
 

Le boom des jeunes au Nigeria
 
Dans la plupart des pays d’Afrique, on assiste à un boom des jeunes. Au Nigeria, toutefois, maintenant que les Nigérians font moins d’enfants, il se pourrait que les jeunes d’aujourd’hui représentent la dernière génération imposante de leur pays. Lorsqu’ils entreront sur le marché du travail, le fait qu’ils aient une petite famille devrait leur permettre d’investir leur revenu excédentaire, et d’ainsi stimuler la croissance économique.
 
Par contre, pour ce faire, il faudra d’abord qu’ils soient en mesure de gagner un revenu, précise Adedoyin Soyibo, professeur d’économie à l’Université d’Ibadan. Pour faire en sorte que le Nigeria tire pleinement parti de son dividende démographique, M. Soyibo et son équipe recommandent que le gouvernement augmente le soutien qu’il accorde à l’éducation, à la santé et aux programmes d’emploi destinés aux jeunes.
 
Préparer l’avenir
 
Selon Edgard Rodriguez, spécialiste de programme principal au CRDI, la recherche sur les NTA est importante parce qu’elle aide les gouvernements à pondérer leur soutien en fonction des besoins des différents groupes d’âge au moment de concevoir des politiques visant à protéger les générations les plus vulnérables.
 
L’évolution démographique se produit lentement, mais les pays en développement doivent tout de même agir sans tarder. Les jeunes ont besoin d’avoir accès à l’éducation alors qu’ils sont toujours jeunes, et les adultes doivent se mettre à économiser en vue de la retraite dès leurs premières années au sein de la population active. La recherche sur les NTA peut aider les responsables des politiques à prendre les décisions qui s’imposent en pensant à l’avenir.

Pour en savoir plus au sujet des comptes de transferts nationaux
 
Billet L’économie générationnelle paru le 12 janvier 2012 dans le blogue La recherche pour le développement en action de Rohinton Medhora, vice-président, Programmes, au CRDI
 
Population Aging and the Generational Economy — A Global Perspective, ouvrage dont Ronald Lee et Andrew Mason ont dirigé la publication
 
 
Photos : Richard Lord