Une rencontre PAS comme les autres

Image
Angelica Ospina
Dans ce récit à la première personne, Angelica Ospina, administratrice de programmes principale au CRDI, raconte sa rencontre avec Orlando, un jeune graphiste péruvien remarquable qui lutte en première ligne contre le VIH/sida dans son pays. Angelica a fait la connaissance d’Orlando et d’autres jeunes militants lors d’un atelier qui s’est tenu récemment à Lima, au Pérou, au cours duquel les participants ont échangé sur les riches leçons tirées du projet Punto J.

À LIRE ÉGALEMENT

Punto J: a Portal for Youth-to-Youth Education on Health and HIV/AIDS
Vidéo sur Punto J (en espagnol)

Les jeunes s’engagent dans la lutte contre le sida
Un projet de lutte contre le VIH/sida financé par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et mis en oeuvre au Pérou fait appel à la créativité des jeunes et à des technologies de communication avancées.

Nous venions de dîner en discutant d’engagement des jeunes. Il faisait chaud et humide à Lima, cet après-midi-là. Orlando a allongé le bras droit au-dessus de la table et, lentement, a ouvert la main… juste assez pour me faire voir les coupures dont elle était couverte : les fines et longues lignes semblaient avoir été tracées par un couteau acéré.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? » ai-je demandé, d’une voix qui trahissait mon bouleversement. « Un gang de rue, dans mon quartier », a-t-il expliqué, une grande tristesse dans les yeux.

Orlando est un adolescent qui vit dans l’une des régions les plus pauvres de Lima. Depuis plus de trois ans, il travaille bénévolement au projet Punto J soutenu par le CRDI au Pérou.

CRDI / Angelica Ospina

Les coupures dans la main d’Orlando sont d’autant plus graves qu’il est concepteur graphique pour Punto J et adore dessiner. Ce garçon talentueux a créé la plupart des images qu’on trouve sur le site; stylisées, colorées et très tendance, ces images ont fait du portail une référence dans la région en matière de sensibilisation au VIH/sida et d’éducation sexuelle pour et par les jeunes.

Une génération qui sait ce qui se passe

Grâce au financement fourni par le CRDI dans la deuxième phase du projet, le modèle péruvien est en cours d’adaptation dans six autres pays de la région (l’Argentine, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur, le Mexique et la République dominicaine) et Orlando a été embauché pour faire partie de l’équipe de l’Instituto de Educación y Salud (IES), qui s’occupe du portail. Il s’est d’ailleurs inscrit à un cours de 3D qui lui permet de pousser son talent encore plus loin.

Je suis restée un bon moment avec lui et lui ai fait découvrir Second Life, un monde virtuel en ligne, site qu’il n’avait encore jamais vu. Pendant qu’il était collé à mon écran à examiner les avatars, j’ai jeté un coup d’oeil à la ronde : j’étais entourée d’une vingtaine de jeunes de 16 à 25 ans, qui étaient là à discuter de l’expérience qu’ils avaient vécue avec Punto J.

CRDI / Angelica Ospina

Pendant la séance du matin, un bénévole de 17 ans provenant de la jungle péruvienne, où le projet Punto J est également adapté, s’est adressé au groupe au sujet de l’importance de lutter ensemble contre la progression de l’épidémie de VIH. Une autre bénévole a par la suite demandé à ses pairs des conseils pour utiliser le portail qu’ils ont créé afin de discuter des changements climatiques avec les jeunes. Les cultures de pomme de terre dans sa région avaient été gravement touchées par des pluies et des vents d’une force sans précédent.

Je me suis alors demandé ce que je faisais, moi, quand j’avais 17 ans. Rien de semblable à ce que je voyais là. Voilà une nouvelle génération qui sait ce qui se passe. Voilà des adolescents qui ne sont pas indifférents à ce qui les entoure, qui comprennent et manient les technologies et qui veulent les utiliser pour apporter du changement. Ils prennent les choses à coeur. Et surtout, ils prennent les choses en mains. 

D’importants changements, à tant de niveaux

 
Orlando était encore à côté de moi, promenant mon avatar dans les profondeurs du monde de Second Life. À son retour chez lui, ce soir-là, il reviendrait à une dure réalité… mais, en partie grâce au projet que le CRDI appuie, c’est un adolescent très différent des autres jeunes de son quartier. Il parfait ses compétences, il joue un rôle crucial au coeur d’une équipe importante, et, grâce aux technologies, il continuera de changer la donne pour un grand nombre de personnes.

J’ai pris une profonde inspiration. Oui, nous contribuons à ce que les choses changent. 

La journée s’est terminée par un échange avec cinq représentants du ministère de la Santé du Pérou, dont le coordonnateur de la stratégie nationale sur le VIH, assis en cercle avec tous les participants, pour parler de l’importance de l’engagement des jeunes, de la persévérance dans les activités visant à influer sur les politiques et de l’autonomisation. Ils ont souligné la nécessité d’être à l’écoute des besoins des jeunes pour que le portail du ministère ne soit pas sans lendemain. Ils étaient fiers d’annoncer qu’on vient d’y afficher une capsule vidéo de sensibilisation dans laquelle deux jeunes hommes homosexuels parlent de condoms, vidéo qui avait été interdite par le passé.

D’importants changements se produisent, à tant de niveaux. Et notre action, jour après jour, contribue à ce changement.

À propos de Punto J 
 
Punto J est un portail Internet hébergé à Lima, au Pérou. Il vise à renseigner les jeunes Péruviens fortement exposés au VIH/sida, en raison, en partie, du manque d’information sur les moyens de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles et sur les pratiques sexuelles saines.
 
Punto J est alimenté grâce à de jeunes bénévoles qui élaborent son contenu et sa présentation graphique de manière originale dans le but d’éduquer d’autres jeunes.
 
Financé en partie par le CRDI, Punto J est administré par l’Instituto de Educación y Salud du Pérou.