Une nouvelle ouverture sur le monde pour les femmes

Kevin Conway
Jertrudes vend des produits sur le petit marché municipal qui se trouve à deux pas de la grand-rue de Manhiça, au Mozambique. La journée de cette mère qui élève seule huit enfants, commence à 4 heures du matin. À 6 h 30, elle se tient déjà derrière son étal, au marché, à attendre le premier client. Sur sa table, elle a disposé des pains croustillants, du beurre frais, des arachides et des oignons. Aujourd’hui, une de ses quatre filles la seconde. L’adolescente fait des courses ou la remplace quand « ses fonctions officielles » l’appellent ailleurs dans le dédale d’étals et d’allées serrés. En plus de son travail sur le marché, Jertrudes est également secrétaire de l’association des femmes qui vendent sur ce marché. Le groupe est un endroit où elles peuvent se parler et échanger des idées entre elles et avec d’autres groupes du pays. Comme Jertrudes, bon nombre des membres de l’association sont mères célibataires. Et comme Jertrudes, elles doivent passer de longues heures à leur étal, souvent jusqu’après la nuit tombée, pour gagner de quoi nourrir, habiller et scolariser leurs enfants.


L’idée de rendre les télécentres utiles pour des femmes comme Jertrudes peut sembler utopique à beaucoup, mais c’est exactement ce que tente de faire le Forum Mulher du Mozambique. Voir en quoi les technologies de l’information et de la communication (TIC) pourraient améliorer la vie des femmes n’est qu’un des programmes que soutient ce groupe-cadre nationale qui réunit une soixantaine d’associations de femmes. À Manhiça et à Namaacha, il a financé un cours de formation à l’informatique de deux semaines pour qu’elles apprennent à utiliser un ordinateur ainsi que le courrier électronique et Internet.

Jertrudes parle en termes positifs de la formation qu’elle a reçue. « C’est important de se familiariser avec cette technologie, assure-t-elle, parce qu’elle nous aidera à l’avenir. »

Se familiariser avec les technologies est une chose. En reconnaître l’utilité en est toutefois une autre. En effet, elles doivent présenter un lien direct avec les besoins élémentaires de Jertrudes et avec ses activités quotidiennes. Telle est une des conclusions clés de l’étude sur l’utilisation des TIC par les femmes réalisée par Polly Gaster et d’autres du Centre informatique de l’Université Eduardo Mondlane (CIUEM).

Ainsi, les groupes de femmes de Manhiça et de Namaacha ont insisté sur la nécessité de renseignements sur l’emploi et d’autres services pour améliorer leur qualité de vie sur le plan matériel et social. Elles ont, par exemple, besoin de renseignements sur la prévention des maladies telles que la malaria et le VIH/sida et sur leur traitement.

Au télécentre de Manhiça, la communauté met actuellement la dernière main à un CD-ROM sur la malaria où l’on trouvera tout, de l’historique de la maladie dans le pays à sa transmission, en passant par la prévention. Le CD-ROM sera produit dans la langue locale, le changana, et en portugais. Réussir à offrir un contenu pertinent et compréhensible, voilà un des obstacles à l’utilisation des TIC au Mozambique, où la langue officielle, le portugais, est une deuxième ou troisième langue pour la plupart des gens. Des initiatives telles que celle de ce CD-ROM sont importantes pour surmonter le barrage de la langue.

Ouvrir des portes et élargir des horizons

L’expérience du Forum Mulher montre que de tout nouveaux utilisateurs peuvent prendre confiance dans les technologies. L’utilisation pratique demande cependant un soutien à plus long terme. Aux fins de suivi, le Forum Mulher a constitué un petit fonds pour que des stagiaires puissent mettre leurs nouvelles compétences en pratique deux heures par semaine. Les participantes sont encouragées à amener une amie pour partager leurs connaissances avec elle. Les stagiaires ont également leur propre adresse électronique afin de pouvoir faire part de leur expérience à d’autres femmes par courriel et par Internet.

Le coût de l’utilisation d’Internet reste un obstacle de taille pour les femmes qui deviennent des internautes régulières. Le Forum Mulher négocie actuellement un tarif spécial avec les télécentres afin que l’accès soit plus abordable. Encourager l’utilisation des TIC dans les écoles, en particulier par les filles, est une autre solution qui, selon ses défenseurs, permettra d’en accroître l’utilisation par les femmes. Il est peu probable que Jertrudes bénéficie de cette dernière stratégie, mais il se peut fort qu’elle élargisse les horizons de ses filles au-delà des étals encombrés et des murs de brique qui définissent si clairement la réalité de leur mère.

Kevin Conway est rédacteur principal à la Division des communications du CRDI, à Ottawa.

2003-11-17