Tirer le meilleur parti possible des produits de base

Image

Au Vietnam, les petites entreprises offrent 60 % des possibilités d’emploi.

Mary O'Neill
PERSPECTIVE | CROISSANCE POUR TOUS
Pétrole, cuivre, diamants, or et bois d’oeuvre : L’Afrique est riche en ressources naturelles et en produits de base. La production de produits de base peut favoriser une croissance rapide, mais aussi exposer les pays à une croissance en dents de scie attribuable à l’incertitude des marchés mondiaux. Face à cette soi-disant « malédiction » des ressources naturelles, l’opinion dominante est que l’exploitation des ressources peut miner les secteurs de fabrication et de services. Comment se fait-il alors que, dans certains pays comme le Botswana, l’abondance de produits de base s’est traduite par une croissance industrielle étendue ?

De 2009 à 2011, un consortium de recherche dirigé par l’Université du Cap a exploré l’hypothèse selon laquelle les industries de la fabrication et des services pourraient se développer en synergie avec l’exploitation des ressources naturelles. Il a entrepris huit études nationales – dont une sur l’expérience du Botswana au regard de l’industrie diamantaire et celle de l’Angola en ce qui a trait au pétrole – ainsi que des études de synthèse et comparatives. Les résultats de ces études ont été largement diffusés dans une série d’articles et dans l’ouvrage One Thing Leads To Another: Promoting Industrialisation by Making the Most of the Commodity Boom in sub-Saharan Africa.
 
La recherche a mis en relief des opportunités pour les économies d’Afrique de tirer parti de la croissance axée sur les produits de base en renforçant les liens commerciaux dans le secteur des ressources naturelles et à l’extérieur de ce secteur. Pour y arriver, les gouvernements ont besoin de feuilles de route réalistes qui aideront les industries et les fournisseurs de services locaux à rivaliser avec les entreprises étrangères en conférant une valeur ajoutée aux produits de base, particulièrement dans les régions où les capacités locales existent ou peuvent être renforcées. Dans le secteur minier et celui de l’énergie, il faut se tourner vers les intervenants qui fournissent les intrants industriels.

Des économies d’Amérique du Sud ont aussi connu un essor marqué des produits de base au cours des dernières décennies, ce qui a alimenté certaines inquiétudes par rapport à la durabilité d’une croissance impulsée par les ressources naturelles. Une initiative lancée récemment et dirigée par le Réseau de recherches économiques du Mercosur analysera la manière dont les petites et moyennes entreprises peuvent bénéficier des produits de base en tant qu’exportateurs ou fournisseurs d’intrants et de services. Elle examinera la manière dont les schémas de croissance actuels influent sur la création d’emplois et la demande de compétences – chez les hommes et chez les femmes – et visera à déterminer si la croissance peut être plus durable sur le plan environnemental.

Mary O'Neill est rédactrice à Ottawa