Surmonter les défis liés à la cybersanté au moyen d’innovations sociales et techniques

29 janvier 2018

Des mères qui attendent pour vacciner leurs bébés

Photo : Dominic Chavez / Banque mondiale

Les pays en développement se tournent de plus en plus vers les téléphones mobiles et d’autres technologies numériques pour améliorer la santé et le bien-être de leurs populations. Ces technologies, que l’on appelle généralement « cybersanté » (et « services mobiles » dans le cas des outils ayant une forte composante mobile), peuvent être utilisées à grande échelle pour accroître la sensibilisation aux comportements sains et élargir la portée des services de santé essentiels.

Les services de cybersanté peuvent répondre aux besoins des personnes les plus difficiles à joindre, qui sont souvent exclues des statistiques et qui ne participent nullement à la planification. À l’échelle nationale, ces données peuvent améliorer le caractère opportun et la qualité des rapports, ainsi que la capacité de transmettre des preuves et des données fiables aux communautés. Il serait ainsi possible d’améliorer la façon dont les services de santé sont fournis en vue de répondre à l’ambition des objectifs de développement durable consistant à ne laisser personne derrière.

Pour atteindre cet objectif, il est essentiel de combiner l’innovation sociale et technique : créer de nouvelles façons d’écouter les bénéficiaires potentiels et de favoriser une dynamique familiale de soutien, de même que des systèmes et des plateformes plus intégrés, efficaces et souples. Cette combinaison essentielle permettra d’apporter des changements positifs durables à grande échelle.

Les recherches financées par le CRDI au moyen du Programme de promotion de l’équité au moyen du renforcement des capacités de recherche appliquée en cybersanté (SEARCH) visaient à déterminer si la cybersanté permettait de surmonter les difficultés inhérentes à la prestation de services de qualité à tous, et dans l’affirmative, dans quelles circonstances elle y parvenait. Les projets menés au Bangladesh, au Burkina Faso, en Éthiopie, au Kenya, au Liban, au Pérou et au Vietnam ont fait appel à des équipes de chercheurs locales travaillant en étroite collaboration avec des membres des communautés, des fournisseurs de soins de santé et des décideurs aux échelles locale et nationale, afin d’examiner un ensemble de problèmes de santé, y compris des maladies transmissibles et non transmissibles.

Les histoires racontées dans cette série illustrent la façon dont les sept projets ont surmonté les difficultés couramment associées aux programmes de cybersanté – y compris l’inégalité des sexes et la nécessité d’autonomiser les femmes.

Les innovations sociales et techniques leur ont permis de :

  • Réduire les distances et l’isolement en donnant accès aux gens à l’information sur la santé
  • Atteindre les personnes ayant les plus grands besoins
  • Constituer un effectif en santé plus compétent et mieux soutenu
  • Améliorer la coordination et la cohérence dans les contextes où les politiques sont déficientes
  • Renforcer la fiabilité et la qualité des données

L’infographie qui suit montre la façon dont la recherche transforme les défis en changements positifs qui touchent déjà plus de 250 000 personnes.

VOIR L'INFOGRAPHIE AU COMPLETaperçu de l'infographie

Favoriser la réussite future

L’impact du programme SEARCH dépasse les résultats impressionnants obtenus par les projets individuels. De façon collective, les recherches menées dans les sept pays ont généré des leçons utiles sur l’utilisation de l’analyse sexospécifique et de l’innovation pour s’attaquer aux inégalités persistantes au moyen de la cybersanté.

Le groupe de projets a donné lieu à une discussion fructueuse et durable parmi les chercheurs et entre les chercheurs et les responsables de politiques concernant l’élaboration et la mise en oeuvre des meilleurs programmes possibles, le soutien de leur durabilité, et les façons de garantir qu’ils rejoignent les personnes ayant les plus grands besoins.