Subventions pour la coopération en recherche Canada-Afrique : idées nouvelles et réseautage

22 juin 2016
Image
Biodiesel, jatropha, energy demand

Creative commons

Eric Smith

La collaboration de chercheurs canadiens avec des chercheurs africains dans le but d’examiner certaines questions qui sont sources d’inquiétude, dont la santé maternelle et infantile, les effets des changements climatiques et les sources d’énergie de remplacement, a débouché sur des résultats remarquables. Les Subventions pour la coopération en recherche Canada-Afrique (SCR-CA) ont permis à des chercheurs de sept pays africains et à leurs homologues d’universités du Québec, de l’Ontario et du Manitoba de travailler ensemble pendant une brève période. Administrées par l’Association des universités et collèges du Canada (AUCC), ces subventions, octroyées grâce à des fonds du CRDI, viennent consolider des partenariats internationaux et des réseaux naissants regroupant des chercheurs universitaires d’Afrique et du Canada.

Inspirées des Subventions pour la coopération en recherche entre le Canada, l’Amérique latine et les Antilles (SCR-CALA), les SCR-CA ont financé huit projets dans le cadre d’un programme pilote d’une durée de deux ans qui a débuté en 2010. C’est ainsi que des chercheurs de l’Université Western Ontario et de la Kwame Nkrumah University of Science and Technology, au Ghana, se sont penchés sur la production de biodiesel à partir d’huile de cuisson et de la pourghère, une plante non comestible qui pousse bien sur les terres arides impropres à l’agriculture. L’équipe a obtenu des résultats prometteurs à l’aide d’une nouvelle technique d’extraction de l’huile contenue dans la plante, et elle fera connaître ses constatations aux responsables des politiques oeuvrant à l’élaboration d’une politique nationale en matière d’énergie.

Une autre équipe de chercheurs, de l’Université du Manitoba et de l’Université de Nairobi, s’est concentrée sur la santé de la mère et de l’enfant au Kenya. Trois nouveaux membres du corps professoral de l’Université de Nairobi sont venus suivre des cours au Manitoba pendant trois mois afin d’accroître leurs compétences en épidémiologie, en élaboration de projets de recherche et en statistique. Deux chercheurs canadiens ont quant à eux passé trois mois à Nairobi, où ils ont aidé à concevoir une étude ayant pour but d’évaluer la santé des mères et des nouveau-nés au Kenyatta National Hospital. Depuis, l’équipe de chercheurs a reçu des fonds en vue de l’exécution d’une importante initiative axée sur la santé maternelle et infantile qu’appuie l’Agence canadienne de développement international.

En juin 2012, 21 chercheurs ayant bénéficié des SCR-CA ont assisté à un atelier à Ottawa au cours duquel ils ont fait part des résultats de leurs travaux et ont examiné la possibilité d’amorcer une nouvelle phase.