Soutien à la recherche sur l’emploi et la croissance pour le développement de carrière

18 décembre 2017
Image
Participants à une session de formation technique à la conférence PEP 2017

PEP

Participants à une session de formation technique
à la conférence PEP 2017

En 2017, 29 équipes et leurs 143 chercheurs ont rejoint les rangs toujours plus nombreux des boursiers bénéficiant de l’accompagnement professionnel du Partenariat en politiques économiques (PEP). Les projets de recherche, qui seront réalisés dans 22 pays, sont issus d’un processus de sélection rigoureux qui a débuté avec 420 candidats répondant à plusieurs appels à propositions en 2016.

PEP a fait du renforcement des capacités de recherche un art. Leur programme d’Analyse de politiques de croissance et d’emploi (PAGE) permet aux candidats et aux équipes sélectionnées de bénéficier d’un processus de soutien à la recherche comprenant le mentorat, plusieurs étapes d’évaluation, l’examen par les pairs et la formation en application des connaissances. En juin 2017, jusqu’à deux membres de chaque équipe présélectionnée ont assisté à la conférence annuelle à Nairobi (Kenya), où ils ont suivi quatre jours de formation. Le programme comprenait des séances techniques portant spécifiquement sur leurs méthodes de recherche, en plus d’une formation générale sur l’engagement politique et la communication des résultats de la recherche.

Financé en partie par le CRDI, le programme PAGE se concentre actuellement sur l’emploi des jeunes, l’autonomisation économique des femmes, l’entrepreneuriat, l’inclusion financière et la croissance économique, avec une priorité accordée aux chercheurs des pays à faible revenu et des États fragiles. Le programme est aussi soutenu par le Department for International Development (Royaume-Uni).

Pleins feux sur l’autonomisation économique des femmes

Un tiers des 29 projets sont dirigés par des femmes et un nombre similaire se concentre principalement sur les questions de sexospécificité. Au moyen de diverses approches méthodologiques, les projets relatifs à la sexospécificité documenteront les obstacles et les défis qui limitent la pleine participation des femmes à l’économie. Une équipe de Mongolie, par exemple, documente les répercussions de l’accès gratuit aux services de garde d’enfants sur le travail rémunéré des femmes et le développement cognitif des enfants. Une équipe au Nicaragua étudie comment les produits de microfinancement pourraient mieux cibler les micro-entreprises des femmes rurales.

Les bénéficiaires de subventions atteignent des auditoires clés

Au cours d’une phase antérieure de 2012 à 2016, le programme PAGE a soutenu 65 projets dans 34 pays, auxquels ont participé 274 chercheurs, dont beaucoup ont constaté l’impact du renforcement des capacités de recherche du PEP au cours de leur carrière. En 2016, 52% des chercheurs participants ont déclaré avoir vécu des événements de promotion de carrière qui étaient attribuables, du moins en partie, à leur participation à un projet financé par le programme PAGE.

Abdoulaye Seck, par exemple, a été invité à présenter ses conclusions sur la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes au Sénégal lors de la Huitième conférence annuelle sur les affaires et l’entrepreneuriat en Afrique qui s’est tenue à Richmond (Virginie) en octobre 2017. Le document de M. Seck s’est inspiré des conclusions de plusieurs projets du programme PAGE, a mis en lumière les lacunes dans les connaissances et a recommandé des options stratégiques. Sa participation à la conférence lui a donné l’occasion de discuter de son travail avec des chercheurs universitaires, des professionnels du monde des affaires et des représentants gouvernementaux de partout au monde.

Un autre ancien boursier du programme PAGE, Thierry Kame Babilla, a présenté les conclusions de son équipe sur l’impact d’un accès limité au crédit sur l’entrepreneuriat féminin au Cameroun lors de la Conférence du FMI sur le genre et la macroéconomie en 2017 à Washington, D.C. Sa présentation était l’une des 25 sélectionnées parmi plus de 1 000 propositions. « Notre projet a reçu une attention internationale sans précédent. De nombreux organismes, de nombreuses personnes nous ont parlé pour connaître nos résultats et collaborer », a-t-il déclaré au CRDI. Ces échanges pourraient amener d’autres personnes à reproduire le projet en Afrique.

Jusqu’à 50 équipes de recherche bénéficient d’un soutien financier

Le PEP annoncera les résultats des appels à propositions plus récents dans les mois à venir. On s’attend à ce qu’une cinquantaine d’équipes soient soutenues par le programme PAGE au cours de cette deuxième phase. Les membres des équipes concernées renforceront leurs capacités de recherche, bénéficieront d’un échange unique entre pairs et d’une expérience de réseautage international, et apporteront des éléments d’information essentiels et pertinents sur le plan des politiques en matière de croissance et l’emploi dans les pays en développement.

Voir les 29 projets sélectionnés par le programme PAGE en 2017

Lire d’autres articles sur la façon dont le CRDI renforce les capacités de recherche économique en Afrique