Soutenir les jeunes entrepreneurs

Image

GRAHAM HOLLIDAY / NVTC

Une conférence régionale qui a eu lieu à Kigali a mis de l’avant le besoin d’établir des formations techniques dans chaque quartier pour combattre le chômage parmi les jeunes

PERSPECTIVE | CROISSANCE POUR TOUS

Les nouveaux venus sur le marché du travail sont généralement les derniers embauchés et les premiers mis à pied. Dans ces conditions, plusieurs jeunes adultes décident de créer leur propre entreprise même s’ils disposent, la plupart du temps, de peu de ressources. Le CRDI finance un certain nombre de projets visant à promouvoir l'entrepreneuriat comme solution pour aider particulièrement les femmes et les jeunes à se sortir de la pauvreté, puisqu’il s’agit des deux groupes qui se heurtent aux plus grands obstacles sur le marché du travail.

Le Global Entrepreneurship Monitor (GEM) est la plus longue étude continue sur l’entrepreneuriat menée dans le monde. Au moyen de ses enquêtes nationales, le GEM mesure les niveaux d’activité entrepreneuriale, les taux dedémarrage des entreprises, le cycle de vie des entreprises et les aspirations des entrepreneurs. Depuis 2009, le CRDI finance les travaux du GEM en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est et dans les Caraïbes. Le rapport mondial du GEM intitulé 2012 Global Report est le tout premier du genre permettant à des pays en développement de se comparer à des économies similaires.

Grâce au rapport régional sur l’Afrique subsaharienne du GEM intitulé Sub-Saharan Regional Report, il est possible, pour la toute première fois, d’avoir accès à des données comparatives fiables sur dix pays de cette région. Afin de mieux saisir les points de vue des jeunes, la recherche s'est penchée sur les types d'activités commerciales auxquelles ceux-ci prennent part, sur la mesure dans laquelle l’expérience des jeunes hommes diffère de celle des jeunes femmes, sur les rapprochements entre les jeunes de cette région et ceux d’autres régions, ainsi que sur les types de politiques et de programmes qui contribuent à leur succès. Bien que le rapport confirme le goût prononcé des jeunes pour l'entrepreneuriat, il révèle également qu'un trop grand nombre de propriétaires potentiels d'entreprise sont mus par la nécessité plutôt que par l’occasion qui s’offre à eux. Il convient de mettre en place des politiques et des mesures visant à engager les jeunes entrepreneurs sur la voie d’activités productives plus prometteuses. 

Comme c’est le cas dans plusieurs autres pays de la région, le taux de chômage chez les jeunes d’Éthiopie demeure obstinément élevé malgré une forte croissance économique. Par conséquent, le gouvernement a décidé d’axer son plan national de croissance et de transformation 2011-2015 sur les jeunes adultes dans le but de lutter contre le chômage. Le soutien à la création et à l’expansion de micro et de petites entreprises par les jeunes fait partie des stratégies clés mises en oeuvre. Un projet de recherche  ntrepris en 2013 par l'Association of Ethiopian Microfinance Institutions évalue dans quelle mesure ces efforts contribuent à surmonter les grandes difficultés auxquelles les jeunes font face. Il examine à qui ces efforts profitent et ne profitent pas et comment il est possible d’améliorer les politiques et les interventions en vue de mieux appuyer les jeunes. Les données probantes issues de ce projet seront prises en compte au moment de la préparation du prochain plan quinquennal éthiopien de croissance économique et de transformation. 

Compte tenu de l’urgence des besoins en matière d’emploi des jeunes Africains, le CRDI a cofinancé deux conférences de haut niveau qui ont, par la suite, servi à l’élaboration de plans d'action régionaux. En janvier 2014, plus de 100 chercheurs et représentants de gouvernements et d’organismes d’aide se sont réunis à Dakar, au Sénégal, pour envisager des façons de s'attaquer au chômage chez les jeunes. On a formulé un certain nombre de recommandations qui ont par la suite été présentées à l’occasion d'une session extraordinaire de la conférence de l’Union Africaine (UA) des ministres du Travail tenue en avril, et dont on s’inspirera ultérieurement pour mettre au point le nouveau plan d'action de l’UA concernant la promotion de l'emploi. En juillet 2014, une conférence de haut niveau organisée à Abidjan, en Côte d’Ivoire, s'est intéressée aux stratégies de formation et de création d’emplois que les pays africains ont mises en oeuvre. Le CRDI a en outre financé 5 des 24 études présentées sur le développement des compétences techniques et professionnelles. Ces études ont alimenté le plan d’action interpays pour la formation et l’emploi des jeunes 2014-2017 qui a été adopté à la conférence. Vingt-cinq ministres chargés du développement des compétences techniques et professionnelles ont, du reste, résolu d’accroître la coopération inter-pays dans ce domaine.

Retour à L’emploi des jeunes au coeur de la croissance